Quand le Kaiser Wilhelm II a visité la Terre sainte en 1898, il a commencé par le sommet du mont Carmel. Pas étonnant : l’endroit, où l’empereur allemand s’est tenu, offre l’un des panoramas les plus spectaculaires au monde.

Juste en-dessous, les toits de tuiles rouges de la colonie allemande de Haïfa, établie par les Templiers allemands en 1868. Légèrement au-delà de ces petites maisons pittoresques, une Méditerranée scintillante brille au soleil. Au nord, on peut apercevoir Acco (Acre). Et, si le temps le permet, les hauteurs de Rosh Hanikra.

Aujourd’hui, le belvédère de Wilhelm fait partie d’un charmant passage. Baptisée la Promenade Louis, cette chaussée resplendit dans une série de panoramas splendides. L’aménagement paysager est riche et paisible et il y a beaucoup d’ombre.

A presque tout moment sur la promenade vous pouvez voir des maisons sur la route de 550 mètres en direction du sommet de la montagne. Mais la caractéristique la plus importante de ces versants reste le temple Bahai, avec son dôme étincelant.

Construit au-dessus de la tombe de l’oracle qui annonçait la venue du prophète bahai, le sanctuaire a été constitué en 1953 de matériaux tous importés. Le plaqué or du dôme, toujours brillant, a été importé de Hollande.

Les splendeurs de Baha’i  (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Les splendeurs de Baha’i (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Les fabuleux jardins du temple sont une attraction touristique majeure depuis des décennies. Au début du 21e siècle, 18 superbes jardins suspendus ont été ajoutés au complexe du temple Bahai.

Les disciples bahaïs croient que les fleurs répandent un amour fraternel et cette conviction a inspiré les jardins plus anciens comme les derniers ajouts. Les jardins suspendus commencent juste en-dessous d’une porte ornée minutieusement gardée par un couple d’aigles sculptés : le portail est juste en face de la rue.

Le monument en l'honneur de Kaiser Wilhelm et de sa femme Augusta Victoria (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Le monument en l’honneur de Kaiser Wilhelm et de sa femme Augusta Victoria (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Sur la promenade, se trouve un monument dédié au Kaiser Wilhelm et à son épouse Augusta Victoria : en 1910, les Templiers ont marqué le lieu où il s’est tenu en plantant un jardin et le nommant le square du Kaiser. Le petit-fils de l’empereur a érigé un mémorial lors de sa visite à Haïfa en 1982.

En dessous, le grand port dans la baie de Haïfa est en effervescence. Les navires dans l’eau peuvent être des paquebots de luxe, des porte-avions américains, ou des bateaux britanniques ou néerlandais.

Les marins viennent à Haïfa pour se détendre ou pour acheter des fournitures. Certains font venir leurs navires ici pour maintenance. Le port puise ses origines au milieu du 18e siècle, et s’est étendu pendant le mandat britannique.

Le monument en l'honneur de Kaiser Wilhelm et de sa femme Augusta Victoria (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Le monument en l’honneur de Kaiser Wilhelm et de sa femme Augusta Victoria (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Haïfa est mentionnée dans les écrits juifs datant d’il y a près de 2 000 ans. Mais cette Haïfa, connue sous le nom Shikmona, se trouvait au nord-ouest de l’emplacement actuel de la ville. Egalement appelée « el-Atika » (l’ancienne), la Haïfa antique était peuplée d’un pourcentage élevé de résidents juifs et a traversé l’époque romaine et la période des Croisades.

Après une bataille sanglante avec les Juifs de l’antique Haïfa en 1100, les croisés massacrèrent tous ceux qu’ils trouvaient sur leur passage. Ce que les croisés n’ont pas détruit a été ravagé 650 années plus tard par un Bédouin nommé Daher el-Amar, qui a gouverné la Galilée une période durant l’occupation turque du pays, et qui a érigé sa demeure dans la ville portuaire beaucoup plus importante d’Acre.

Lorsque El-Amar a décidé de construire un port dans la baie de Haïfa et avait besoin d’ouvriers et de dockers, il a réinstallé les ruines de Haïfa el-Atika. Malheureusement, les murs entourant la région étaient en si mauvais état qu’ils étaient incapables de résister aux attaques.

En conséquence, lorsque les troupes turques ont progressé vers Haïfa en 1761, le chef bédouin a décidé de niveler totalement la ville antique. Le peuple a été déplacé dans une bande étroite entre le port et les montagnes, où Daher el-Amar a établi un nouveau petit village entouré de murailles défensives.

Un petit moment sur le front de mer d'Haifa (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Un petit moment sur le front de mer d’Haifa (Crédit : Shmuel Bar-Am)

En 1868, lorsque les Templiers allemands ont gagné à Haïfa, ils ont trouvé la petite ville bondée, bruyante et sale. Consternés par son état, les Templiers ont immédiatement acquis le droit de s’installer à proximité. Ils ont construit trois excellentes routes menant de la Méditerranée aux montagnes du Carmel, et les ont parsemées de maisons, jardins et terrains agricoles.

Au cours de la période du mandat, les Britanniques ont construit un port moderne. Les principales installations et entrepôts se trouvent au coin sud-est de la baie où le Carmel Range les protège du vent. Pour permettre à de très grands navires d’accoster, les Britanniques ont drainé un cours d’eau d’environ 400 mètres de large et approfondi le niveau du sol.

En fin d’après-midi, sur fond de coucher de soleil, les futurs mariés de Haïfa peut être vus posant en tenue pour leurs photos prénuptiales. Les promeneurs profitent de la vue tandis que, ombragés par des arbres de pin, d’eucalyptus, et les pergolas décoratives, ils se reposent confortablement sur de beaux bancs de bois et de pierre. Souvent, un musicien ou deux jouent du violon ou de l’alto sur la promenade – ou même chantent l’opéra !

Cet article est adapté d’un chapitre du livre d’Aviva Bar-Am Israel Travels from Metulla to Eilat.
Shmuel Bar-Am est un guide agréé, qui propose des visites privées personnalisées en Israël pour les individus, les familles et petits groupes.