« Israël ne fera pas de retraits unilatéraux de la Cisjordanie, en particulier si le Hamas continue d’y avoir une emprise », ont déclaré dimanche des responsables du bureau du Premier ministre. Les fonctionnaires répondaient à un nouveau plan de paix de Yair Lapid, ministre des Finances, qui a appelé à l’évacuation de plusieurs parties de la zone.

Les fonctionnaires ont également rejeté la demande du ministre des Finances selon laquelle le gouvernement israélien devrait produire des cartes décrivant les futures frontières, en indiquant que « tout plan qui est présenté deviendra le point de départ pour les revendications des Palestiniens ».

« Toute personne ayant de l’expérience politique sait que vous ne faites pas de concessions sans rien en retour. Et surtout avec un gouvernement en partenariat avec une organisation terroriste qui veut détruire
Israël », ont indiqué des responsables. Les sources ont également évoqué le désengagement de Gaza en 2005 comme preuve de l’inutilité de ces mesures.

« Nous avons vu à Gaza les résultats du retrait unilatéral », ont-ils poursuivi.

« Le Premier ministre continuera à diriger l’Etat d’Israël de façon responsable, tout en préservant les intérêts nationaux des citoyens d’Israël, à commencer par leur sécurité ».

Lors de la conférence de Herzliya, un rassemblement annuel sur le thème de la sécurité nationale, Lapid a lancé un appel à reprendre les négociations avec les Palestiniens – en dépit du nouveau gouvernement d’unité Fatah-Hamas – et a présenté un nouveau cadre pour la paix qui prévoit de tracer des frontières et d’avancer en trois étapes distinctes quant au retrait de Cisjordanie.

Le ministre des Finances a également menacé de renverser le gouvernement si la droite appelait à annexer unilatéralement des zones de la Cisjordanie.

Le leader de l’opposition, Isaac Herzog, a demandé à Lapid d’en venir aux actes et de mettre en place une coalition avec le Parti travailliste.
« Allez, sortez du gouvernement, il n’est pas trop tard », a-t-il lancé après le discours de Lapid. « Rejoignez-nous, et je vous promets que je trouverai les autres partenaires ».

Le ministre du Logement Uri Ariel du parti Habayit Hayehudi a répondu par dérision aux menaces du ministre des Finances, affirmant que « les gouvernements israéliens ont existé dans le passé sans Yesh Atid, et qu’ils pourront continuer à exister sans ».