Une salve de coups de feu a été tirée à un barrage de la police des frontières de Qalandiya – tandis qu’un soldat a été poignardé, à Pisgat Zeev, au nord de Jérusalem, jeudi matin.

Aucun blessé n’a été signalé dans la fusillade. 29 douilles ont été trouvées après la fusillade, a déclaré un porte-parole de l’armée israélienne.

Le poste de contrôle de Qalandiya est un lieu, où des affrontements entre les forces israéliennes et les manifestants palestiniens, sont fréquents.

Dans le nord du quartier de Pisgat Zeev à Jérusalem, un soldat a été poignardé par plusieurs assaillants, a indiqué la police.

Le soldat a été légèrement blessé à la jambe et a été pris en charge pour être soigné.

La police soupçonne que l’attaque a été motivée par le nationalisme, et sont à la recherche d’un suspect .

Au cours du week-end, trois groupes armés palestiniens ont menacé de venger les attaques après que trois Palestiniens aient été tués par les forces israéliennes samedi dans le camp de réfugiés de Jénine pendant une opération pour neutraliser un terroriste du Hamas.

Dans une rare déclaration conjointe, les trois principaux groupes du Hamas – du Jihad islamique, de la branche armée du Fatah et des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa – ont prévenu Israël qu’il y aurait des représailles, et qui viseraient aussi la direction de l’Autorité palestinienne pour avoir coopéré avec Israël.

L’incident de samedi a commencé par un raid israélien, qui a indiqué l’armée visait à arrêter Hamza Abu al-Hija, un homme de 22 ans, appartenant au Hamas. Il était recherché en raison de son implication dans le tir contre des Israéliens.

En l’espace de quelques minutes, des centaines de résidents en colère et des hommes armés se sont rassemblés et ont attaqué les soldats.

Les troupes ont ouvert le feu – au nom de la légitime défense, tuant deux Palestiniens et en blessant plusieurs autres.