L’armée israélienne a annoncé un renfort limité de réservistes aux abords de la bande de Gaza, après des salves de roquettes contre Israël, afin de faire passer « un message de désescalade » au mouvement islamiste Hamas, qui contrôle ce territoire palestinien.

« Nous avons déployé des forces. Il s’agit d’effectifs limités d’officiers de réserve dépêchés dans différents QG militaires afin de renforcer notre capacité près de la frontière avec Gaza et non pas sur le terrain », a insisté un porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Peter Lerner.

« Il s’agit d’effectifs limités d’officiers de réserve dépêchés dans différents QG militaires afin de renforcer notre capacité près de la frontière avec Gaza », a déclaré aux journalistes un porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Peter Lerner.

« Plusieurs dizaines » d’officiers seront stationnés dans les villes autour de l’enclave palestinienne, dans le sud d’Israël.

« Nous nous donnons pour mission de faire passer un message de désescalade au Hamas et en même temps nous voulons être préparés à toutes les situations s’il ne recule pas de son plein gré parce que nous avons assisté à une hausse importante du nombre de roquettes, certaines tirées par le Hamas lui même », a ajouté M. Lerner.

Au total, près de 20 roquettes ont été lancées en direction d’Israël depuis mercredi minuit de la bande de Gaza, dont deux interceptés par le système de défense antimissile Dôme de fer.

Deux maisons de Sdérot, ville du sud d’Israël proche de l’enclave palestinienne, ont été directement touchées, l’une dans la nuit et l’autre, abritant une colonie de vacances, en début de matinée, par des roquettes qui ont causé des dégâts matériels mais pas de victime, selon l’armée.

En représailles, l’aviation israélienne a mené 15 frappes sur la bande de Gaza qui ont fait 11 blessés, dont un Palestinien grièvement blessé, ont indiqué des sources palestiniennes et israéliennes.

« La désescalade dépend du Hamas et de sa lecture de la situation, car il paye actuellement le prix fort en Cisjordanie pour le kidnapping de trois adolescents (israéliens) et il est en même temps soumis à une forte pression à Gaza », a analysé le lieutenant-colonel Lerner.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réuni mercredi soir son cabinet de sécurité pour discuter de la riposte anti-palestinienne à la suite de la découverte lundi des corps de trois jeunes Israéliens enlevés le 12 juin en Cisjordanie.