Le dirigeant d’un groupe israélien d’extrême droite s’opposant à l’intégration judéo-arabe a préconisé mardi de mettre le feu aux mosquées et aux églises en Israël lors d’un débat public.

Le président de Lehava, Bentzi Gopstein, a pris part mardi soir à un panel pour débattre de la loi religieuse juive aux côtés du rabbin Moché Klein, le rabbin des hôpitaux Hadassah ; Tsuriel Krispal, le maire-adjoint d’Elad ; et Benny Rabinovitch, qui écrit dans le journal ultra-orthodoxe Yated Neeman.

Les propos de Gopstein sont survenues dans le contexte de l’incident d’incendie criminel à l’église de la Multiplication en juin. La police a arrêté trois suspects juifs qui seraient impliqués dans l’attaque, dont certains ont été impliqués dans de précédentes attaques sur des sites chrétiens en Israël.

Selon un enregistrement du débat publié mercredi par le site d’informations ultra-orthodoxe Kikar Hashabat, au cours du débat, Rabinovitch a demandé de but en blanc à Gopsein s’il plaidait pour l’incendie des églises.

« Selon Maïmonide … », a débuté Gopstein, faisant apparemment allusion aux Sage juif du 12ème siècle, « vous devez brûler [les églises], êtes-vous contre Maïmonide ou en faveur de Maïmonide ? ».

« Ne me parlez pas de Maïmonide, je vous ai demandé ce que vous en pensez », lui a répondu Rabinovitch.

« Bien sûr que je suis pour », a alors déclaré Gopstein.

En décembre, à la suite de l’incendie d’une école judéo-arabe à Jérusalem et de son arrestation pour incitation au terrorisme, Gopstein a déclaré que son organisation n’a pas agi illégalement et a accusé le service de sécurité du Shin Bet d’essayer d’encadrer Lehava pour contrecarrer sa « sainte œuvre de sauver les filles d’Israël ». En juillet, les membres de Lehava ont été condamnés pour l’attaque de l’école.

Les trois membres de Lehava suspectés d'avoir mis le feu à l'école bilingue lors de leur audience devant la cour de district de Jérusalem le 15 décembre 2014 (Crédit : Yonathan Sindel/Flash90)

Les trois membres de Lehava suspectés d’avoir mis le feu à l’école bilingue lors de leur audience devant la cour de district de Jérusalem le 15 décembre 2014 (Crédit : Yonathan Sindel/ Flash90)

Plus tôt cette semaine, un rapport interne des services de sécurité du Shin Bet a conclu qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour mettre Lehava sur la liste noire. Le rapport a été un coup dur pour les efforts du ministre de la Défense Moshe Yaalon, qui avec l’agence de la sécurité et des experts juridiques souhaitait monter un dossier pour interdire l’organisation.

Lehava s’oppose à l’homosexualité et à l’assimilation des Juifs. Les militants manifestent régulièrement contre les relations personnelles ou d’affaires entre Juifs et non-Juifs, notamment les mariages entre Juifs et Arabes.

« La conclusion à ce stade est que la preuve est insuffisante pour déclarer l’organisation illégale », a révélé le Shin Bet à Haaretz dans un communiqué mardi. Selon l’article, l’agence de sécurité a dit qu’elle reconsidérerait son appréciation si de nouvelles preuves contre le groupe nationaliste émergeaient.

Le rapport du Shin Bet a été publié en pleine vague de répression des groupes extrémistes juifs suite à la bombe incendiaire de la semaine dernière lancée sur une maison palestinienne près de Naplouse, qui a tué un bébé ans et grièvement blessé ses parents et son frère. Trois extrémistes soupçonnés d’être impliqués dans des activités terroristes juives ciblant des Palestiniens ont été placés en détention administrative – emprisonnement sans procès – dans le sillage de l’attaque.

Un prêtre inspecte les dommages causés à l'Eglise de la Multiplication, à Tabgha, sur le lac de Tibériade, qui a  pris feu dans ce que la police suspecte être un incendie criminel, 18 juin 2015 (Crédit photo: Basel Awidat / Flash90)

Un prêtre inspecte les dommages causés à l’Eglise de la Multiplication, à Tabgha, sur le lac de Tibériade, qui a pris feu dans ce que la police suspecte être un incendie criminel, 18 juin 2015 (Crédit photo: Basel Awidat / Flash90)

Lundi, Yaalon a promis de mener une lutte « sans compromis » contre le terrorisme juif, après la bombe incendiaire de la maison des Dawabsha, près de Naplouse et l’agression au couteau d’un extrémiste ultra-orthodoxe de Jérusalem à la Gay Pride qui a fait un mort et cinq autres blessés.

Plus tard dans la conversation de groupe de mercredi, Klein, le rabbin de Hadassah, s’est adressé à Gopstein, et lui a dit : « Bentzi, juste là, maintenant, vous avez été filmé et enregistré, et [si cette vidéo] parvient à la police vous serez arrêté ».

« C’est la dernière chose qui me dérange », a retorqué Gopstein. « Si c’est la vérité alors je suis prêt à rester 50 ans en prison pour cela ».

Gopstein a répondu aux articles rapportant qu’il préconisait de brûler les églises en disant : « La loi est simple, l’interprétation de Maïmonide est que l’on doit brûler l’idolâtrie. Il n’y a pas un seul rabbin qui peut contester ce fait. Je pense que le gouvernement d’Israël doit l’appliquer ».

Il a déclaré à Kikar Hashabat, « J’ai dit que pour dire la vérité, je suis prêt à aller en prison. Et j’ai souligné que je ne brûlais pas et ne vais pas aller brûler les églises ».