La Turquie a convoqué dimanche le représentant du Vatican à Ankara afin qu’il s’explique sur la position du pape François qui a prononcé pour la première fois le terme de « génocide » à propos du massacre des Arméniens il y a 100 ans, ont annoncé les télévisions turques.

Selon des médias turcs, un communiqué officiel devrait être publié dans la journée par le ministère.

Le pape François a qualifié dimanche les massacres de 1915 de « premier génocide du XXe siècle », lors d’une messe à Rome concélébrée avec le patriarche arménien Nerses Bedros XIX Tarmouni et en présence du président arménien, Serge Sarkissian.

Les Arméniens estiment que 1,5 million des leurs ont été tués de manière systématique à la fin de l’empire ottoman. Nombre d’historiens et plus d’une vingtaine de pays, dont la France, l’Italie et la Russie, ont reconnu le génocide.

La Turquie affirme pour sa part qu’il s’agissait d’une guerre civile, doublée d’une famine, dans laquelle 300 à 500 000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.

En 2014, le président Recep Tayyip Erdogan, alors Premier ministre, avait présenté pour la première fois des condoléances aux Arméniens, sans pour autant cesser de contester toute volonté d’extermination.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a jugé dimanche « sans fondement » et « loin de la réalité historique » l’utilisation par le pape François du mot « génocide » pour qualifier le massacre des Arméniens il y a 100 ans.

« La délaration du pape, qui est loin de la réalité légale et historique, ne peut pas être acceptée », a dit sur son compte Twitter le ministre, jugeant les propos de François « sans fondement ».