L’État islamique a prétendu avoir capturé un espion israélien travaillant pour le Mossad, dans la dernière édition de son magazine de propagande en langue anglaise publiée jeudi.

Dans une interview à la revue en langue anglaise Dabiq, Muhammad Saïd Ismail Musallam, 19 ans, a déclaré qu’il était originaire de Jérusalem-Est et qu’il avait été recruté pour travailler pour les services israéliensde renseignement par son voisin juif, un agent de police nommé « Eli ».

Musallam a dit qu’il a accepté l’offre de son voisin après avoir obtenu le soutien de sa famille et après avoir entendu le salaire et les conditions financières.

« Ils [son père et son frère] m’ont tous deux encouragé à le faire et m’ont dit que c’était un très bon travail. Ils m’ont dit qu’il y avait beaucoup d’argent à faire, et que je pourrais accéder à des postes plus élevés. J’ai compris à ce moment-là qu’ils travaillaient eux-mêmes comme espions », a-t-il dit

Musallam a déclaré que son salaire de base était de 5 000 shekels par mois, mais augmenterait en fonction de l’importance de la mission et du niveau de risque encouru.

Après un cours de formation d’un mois où il a reçu une formation sur les armes et où on lui a enseigné comment passer un interrogatoire, Musallam a dit qu’il a été chargé de tourner chez les marchands d’armes et de dénoncer des potentiels terroristes à l’agence de renseignement.

Plus tard, Musallam a déclaré qu’un agent du Mosssad nommé « Miro » l’a approché, avec une offre pour espionner l’État islamique en Syrie.

Selon le magazine, sa mission était de recueillir des renseignements précis sur les armes, où elles étaient stockées et d’ identifier les Arabes israéliens ou les Palestiniens combattant dans les rangs du groupe djihadiste.

La revue rapporte que, remarquant que son comportement était inhabituel pour un djihadiste volontaire, ses commandants ont commencé à soupçonner Musallam et ont commencé à le surveiller.

Musallam a été arrêté et a avoué être un informateur.

L’authenticité de l’interview n’a pas été vérifiée.

Sa famille a nié qu’il était un espion du Mossad, même si son père a confirmé aux informations de la Deuxième chaîne israélienne qu’il avait été capturé en Syrie dans une zone contrôlée par l’État islamique.

On pense qu’un certain nombre d’Israéliens ont rejoint l’Etat islamique, qui aurait attiré 20 000 djihadistes étrangers, selon un rapport des États-Unis publié cette semaine.

En janvier, un homme a été arrêté à Nazareth à son retour en Israël après avoir rejoint l’Etat islamique pour combattre en Irak.

Le groupe, qui a remporté de larges pans de territoire en Syrie et en Irak, est connu pour son approche brutale et l’utilisation habile de matériel de propagande pour diffuser son message islamiste.

Le magazine a également publié une interview avec Hayat Boumeddiene, la compagne d’Amedy Coulibaly, qui est soupçonnée de l’avoir aidé dans l’attaque d’un supermarché casher de Paris qui a coûté la vie à quatre personnes le mois dernier.

On estime que Boumeddiene, qui est appelée Umm al-Basir Muhajirah dans le magazine, a fui la France pour la Syrie la veille de l’attentat du 9 janvier.

Coulibaly a été tué par la police après avoir tué quatre hommes juifs, et avoir retenu une quinzaine de personnes en otage pendant plusieurs heures.

Dans le magazine, elle parle de l’excitation de Coulibaly à rejoindre l’Etat islamique.

« Ses yeux brillaient chaque fois qu’il regardait les vidéos de l’État islamique », dit-elle. « Il disait:« Ne me montre pas ça », « parce qu’en regardant les films, cela lui donnait envie d’effectuer immédiatement le hijrah [le voyage vers l’endroit où vous pouvez pratiquer librement votre religion] et cela aurait été en conflit avec son intention d’ effectuer les opérations en France « .