Hanane Ashrawi,membre du Comité de direction de l’OLP, affirme qu’Israël, en projetant d’ouvrir une deuxième au entrée sur l’esplanade du mont du Temple pour les visiteurs juifs, « porte atteinte au caractère sacré des sites religieux ». Ce projet mettrait fin à toute possibilité de paix et provoquerait un conflit régional « désastreux ».

« Israël est en train de créer une nouvelle réalité au détriment des Palestiniens, de leur droit religieux, de leur site et de leur identité historique », affirme Ashrawi dans une déclaration reprise par l’agence de presse palestinienne Maan.

« Ils portent atteinte au caractère sacré des sites religieux sans subir de conséquence, ce qui met un terme à toute possibilité de paix et qui au final entraînerait la région dans un conflit désastreux », explique-t-elle.

Ashrawi, une Chrétienne palestinienne, a accusé Israël d’utiliser la religion pour prendre le contrôle de sites saints qui ne leur appartiennent pas, et en appelle à la communauté internationale. Elle souhaite qu’Israël soit tenu responsable de ce qu’elle appelle les « violations » des sites chrétiens et musulmans de Jérusalem-Est et dans les zones palestiniennes.

Actuellement, dix entrées sur onze du mont du Temple sont réservées aux Musulmans, alors que les visiteurs non-Musulmans – les Juifs et les touristes – ne peuvent accéder au complexe que par l’entrée de Mughrabi, que l’on peut rejoindre en passant par une passerelle en bois qui s’élève au-dessus du mont du Temple.

La radio militaire a indiqué lundi que le ministère du Tourisme justifie cette décision par le nombre important de visiteurs, ce qui nécessiterait l’ouverture d’une autre entrée, le marché du coton en l’occurrence, dédiée aux non-Musulmans.

Le mont du Temple, où se trouvent le dôme du Rocher et la mosquée d’Al-Aqsa, est considéré comme étant le troisième site saint de l’islam et le site le plus saint pour les Juifs, car c’était le lieu où se trouvaient les deux anciens temples juifs.

L’entrée de Mughrabi est le lieu de fréquents conflits entre les forces de sécurité israéliennes et les fidèles musulmans car la communauté musulmane locale est persuadée que la communauté juive tente de s’approprier le mont du Temple dans le cadre d’une campagne pour « judaïser » la partie ouest de Jérusalem.

Le mois dernier, après de violents affrontements au mont du Temple avant les fêtes de Rosh Hashana, le ministre de la Sécurité publique, Yitzhak Aharonovitch, a lancé un appel pour que les fidèles juifs puissent accéder au site.

Actuellement, les Juifs n’ont pas le droit de prier là-bas pour maintenir le statu quo négocié avec le Waqf islamique, la fondation jordanienne qui gère le site.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.