La cyber-sécurité ne consiste pas seulement à éloigner les pirates criminels et les hacktivistes, selon le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Dans ses commentaires adressés à la troisième conférence annuelle des cyber-technologies mardi, Netanyahu a loué les prouesses israéliennes en cyber-sécurité comme un rempart contre « les forces médiévales ».

Ces médiévaux, a souligné le Premier ministre, « sont menés par deux forces de l’islam militant, ceux menés par l’Iran sur le côté de l’extrémisme musulman chiite, et ceux menés par l’Etat islamique sur le côté de l’extrémisme musulman sunnite ».

Mais bien que médiévaux dans leur philosophie, les islamistes des deux côtés sont assez modernes dans leurs méthodes.

« Ces militants utilisent les technologies qui nous utilisons », a-t-il déclaré. Israël, a-t-il ajouté, doit être le contrepoids de cela : une superpuissance technologique qui utilise les technologies pour faire avancer l’humanité, pas pour la faire reculer.

Pour apprendre comment Israël fait cela, aussi bien que comment il défend des individus, des compagnies, et des gouvernements de cyber-menaces banales comme des pirates qui volent des informations de cartes de crédit ou entrent dans des bases de données, plus de 3 000 personnes sont venues au Cybertech 2016, un évènement annuel organisé par le magazine IsraelDefense et des soutiens académiques, privés et gouvernementaux.

L’évènement rassemble des multinationales de pointe, des start-ups, des compagnies israéliennes importantes, des investisseurs, des entrepreneurs, et un groupe d’orateurs qui discute de tous les aspects des cyber-technologies : technique, financier, orienté vers la sécurité nationale, et plus.

Parmi les orateurs présents aux côtés de Netanyahu, l’on trouvait le ministre des Infrastructures nationales, de l’Energie et de l’Eau Yuval Steinitz, le ministre des Sciences et de l’Espace Ofir Akunis, et le député Erel Margalit, qui dirige le lobby cyber-sécurité à la Knesset, des ministres, des gouverneurs, des maires, et d’autres fonctionnaires gouvernementaux du monde entier, ainsi que des agents de firmes multinationales comme Intel, Microsoft, IBM, et beaucoup d’autres.

Comptant déjà pour 10 % des ventes dans le monde de la cyber-sécurité, Israël est devenu une puissance mondiale dans ce domaine – mais il n’y a pas de raison qu’il ne puisse pas aller plus loin, a déclaré Netanyahu.

A la première cyber-conférence, en 2014, Netanyahu avait fixé pour but qu’Israël devienne « l’une des cinq puissances mondiales dans le monde. Nous avons réussi cela, mais nous devrions lutter pour être la première. »

Bien que concentré sur les accomplissements d’Israël en cyber-business, Netanyahu a souligné le besoin d’une coopération mondiale. « Il y a un besoin critique de gouvernements ayant les mêmes opinions pour avoir des discussions sérieuses sur la coopération dans le plus large domaine international », a-t-il déclaré.

« Je ne cherche pas à avoir un code universel, parce que cela fonctionnera pour le maintien de la cyber-paix de la même manière que l’ONU fonctionne pour maintenir la paix dans le monde – ça ne fonctionne pas. Ce dont nous avons besoin est d’une réunion de dirigeants internationaux pour discuter de ce qui peut être fait parmi les pays qui veulent maintenir la liberté et la sécurité de leurs sociétés. Nous serons alors capables d’établir des standards internationaux qui augmenteront la cyber-sécurité. C’est quelque chose qui doit encore être fait, mais j’en ai déjà parlé avec des dirigeants du monde. »

Et le plus tôt sera le mieux, a déclaré Netanyahu – parce que derrière les ennuis habituels et les menaces posées par les pirates communs, le monde doit maintenant contenir des islamistes fanatiques médiévaux qui sont allés dans certaines des meilleures universités mondiales et utilisent les compétences ultramodernes apprises là-bas pour ramener le monde vers des heures sombres.

« Nous avons la possibilité de ce qui semble un futur quasi sans limite. Et pourtant au même moment nous affrontons une autre force qui défie la modernité, et cette force est une médiévalisation sauvage, précoce et primitive qui cherche à ramener notre monde vers les heures sombres de l’humanité, il y a plus de 1 000 ans, a déclaré Netanyahu. C’est l’une des rares fois de l’histoire où les forces qui semblent faire reculer l’humanité utilisent certaines des forces qui font avancer l’humanité. Et ceci nous pose un grand défi. Israël est au premier plan de la modernité. »