JTA – Vers le début du débat démocratique de jeudi soir, Bernie Sanders a eu l’opportunité parfaite de vanter qu’il pourrait être le premier président américain juif.

Interrogé pour savoir s’il s’inquiétait de bloquer l’inauguration de la première femme présidente, le sénateur indépendant du Vermont a souligné que lui aussi ferait l’histoire s’il était élu à la Maison Blanche.

« Eh bien, vous savez, d’un point de vue historique, quelqu’un avec mon histoire, quelqu’un avec mes opinions, quelqu’un qui a passé sa vie entière à combattre les intérêts financiers – je pense qu’une victoire Sanders pourrait aussi bien être une réussite historique », a-t-il déclaré.

Par « origine et opinions », Sanders a évidemment signifié qu’il était un juif socialiste de 74 ans de New York avec plus qu’un léger accent de Brooklyn.

Les racines de Sanders ont recueilli une attention croissante quand il montait dans les sondages.

La semaine dernière, il y a eu des révélations sur le kibboutz israélien dans lequel il a travaillé, son apparition sur le plateau du « Saturday Night Live » en tant que Bernie Sanderswitzky, le battage autour du fait qu’il soit le premier juif à avoir remporté une primaire présidentielle dans le New Hampshire et son retour télévisé dans le quartier de Brooklyn.

Mais le sénateur du Vermont n’a toujours pas prononcé le mot « juif » sur une scène politique nationale, faisant certains déçus dans la communauté juive – ou simplement confus.

Comme annoncé par le Jewish Insider, un panel d’experts et d’autres ont utilisé Twitter pendant le débat de jeudi soir pour demander : pourquoi ?

Quand le débat s’est orienté sur la politique étrangère – un domaine politique où Clinton a été en tête pendant toute la course – Sanders a également évité de prononcer le mot « Israël ».

Sanders pourrait être concentré pour unifier les Américains pour un meilleur futur, mais certains juifs voudraient l’entendre clairement reconnaître son passé.