Les clients de quelques restaurants de Tel-Aviv ont peut-être remarqué que leur laitue avait un nouveau goût étrange récemment : un petit goût de fraîcheur.

Deux restaurants de Tel Aviv servent de la laitue qui a été cultivée dans des lits d’eau flottant sur le toit du Dizengoff Center, dans un nouveau système de jardinage urbain innovant qui vise à fournir aux citadins avec des légumes sortis tout droit de la ferme.

« Les gens sont habitués à ce que la laitue ait un certain goût, après qu’elle soit restée dans un sac dans le réfrigérateur pendant une semaine », a déclaré Mendi Falk, le directeur de 42 ans de Grenn in the City, un projet de culture hydroponique dans le centre-ville de Tel Aviv. « Avec la culture hydroponique, la laitue est récoltée seulement 15 minutes plus tôt. Il y a un goût différent ».

Falk dirige sa ferme de 100 mètres carré ferme, qui fournit les légumes à feuilles pour les deux restaurants et le marché fermier du Dizengoff Center, sur le toit du centre commercial central de Tel Aviv avec seulement trois heures de travail et 120 watts par semaine. (L’ampoule moyenne des ménages est de 60 watts). Il utilise un certain nombre de systèmes de la culture hydroponique différents, ce qui signifie que ses légumes poussent tout en flottant dans un mélange spécial d’eau et d’engrais.

Il n’y a pas de saleté. Il n’y a pas aussi de désherbage, pas d’arrosage supplémentaire ou des processus de fertilisation, et pas de pulvérisation de pesticides.

De la laitue rouge qui pousse dans un système de culture hydroponique sur le toit du Dizengoff Center (Crédit : Green in the City)

De la laitue rouge qui pousse dans un système de culture hydroponique sur le toit du Dizengoff Center (Crédit : Green in the City)

« J’étais au Technion dans le domaine de l’ingénierie informatique et étais dans la haute technologie pendant dix ans jusqu’à ce que je fasse un burn out », a expliqué Falk, en s’occupant d’un lit de laitue. « Je voulais être un agriculteur, et je rêvais de conduire un tracteur. Mais maintenant, je suis dans le jardinage high-tech ».

Israël a une longue histoire avec la culture hydroponique, en particulier pour les légumes à feuilles, car il permet d’éviter la présence des parasites qui rendent les produits non casher. Habituellement, supervisés, les légumes à feuilles sans insectes sont coûteux et replis de pesticides. Le Gush Katif, une zone juive dans la bande de Gaza d’où Israël s’est retiré en 2005 était surtout connu pour ses serres hydroponiques parce que le sol de Gaza était trop sablonneux pour l’agriculture.

The Green in the City veut utiliser la culture hydroponique comme un moyen d’intégrer l’agriculture dans les environnements urbains denses.

Selon l’ONU, 54 % de la population mondiale vit actuellement dans les villes, et ce chiffre devrait augmenter pour atteindre 66 % en 2050, lorsque plus de six milliards de personnes vivront dans des environnements urbains.

Comme la vie en ville devient de plus en plus répandue, le monde a besoin de comprendre comment faire pousser assez de nourriture pour nourrir les personnes qui ne possèdent pas leur propre terre et ne cultivent pas leur propre nourriture.

Un système de culture hydroponique construit dans les tuyaux, avec une pompe dans le coin inférieur droit pour faire circuler en permanence la solution fertilisante. Les particuliers peuvent concevoir et acheter leurs propres unités (Crédit : Melanie Lidman / Times of Israël)

Un système de culture hydroponique construit dans les tuyaux, avec une pompe dans le coin inférieur droit pour faire circuler en permanence la solution fertilisante. Les particuliers peuvent concevoir et acheter leurs propres unités (Crédit : Melanie Lidman / Times of Israël)

La culture hydroponique a un certain nombre d’avantages par rapport à l’agriculture traditionnelle dans les environnements urbains. La plus évidente, bien sûr, est le faible espace requis.

Avec des radeaux flottants, Falk peut faire pousser quatre fois la quantité de légumes qui serait possible de cultiver sur la même surface dans le sol. Pour les tuyaux verticaux (photo ci-dessus), il peut y pousser huit fois la quantité de légumes que dans un jardin traditionnel.

Ceci parce que le mélange spécial de nutriments et d’engrais ajoutée à l’eau va directement aux racines des plantes, de sorte que les plantes peuvent pousser proches des unes des autres. Les systèmes utilisent également beaucoup moins d’eau – environ 20 % que la même quantité de plantes dans le sol exigeraient.

Falk dit que la sensation viscérale de plonger ses mains dans le sol tout en plantant des rangées de légumes ne lui manque pas. « Il y a une énergie dans la terre, mais il y a aussi une énergie dans l’eau », a-t-il souligné. Beaucoup de gens commencent des jardins potagers avec de bonnes intentions mais se sentent frustrés lorsque le sol s’appauvrit en éléments nutritifs et devient moins fertile. « Ici, vous contrôlez exactement tout, c’est donc un moyen pour les gens de devenir écolo dans leur vie ».

Légumes, même les oignons, poussent bien dans la solution d'engrais riche de la culture hydroponique sur le toit du Dizengoff Center à Tel-Aviv (Crédit : Melanie Lidman / Times of Israël)

Légumes, même les oignons, poussent bien dans la solution d’engrais riche de la culture hydroponique sur le toit du Dizengoff Center à Tel-Aviv (Crédit : Melanie Lidman / Times of Israël)

Green in the City accueillera des centaines de personnes lors de séminaires de formation cet été. Ils organiseront des ateliers spéciaux destinés aux enfants dès l’âge de 4 ans, ainsi que pour les retraités de partout au pays. Mais le jardin ne sert pas seulement à être montré et à en parler.

Falk veut aussi que le jardin soit durable financièrement par la vente des produits aux restaurants locaux. Le projet actuel est trop petit pour être commercialement viable. Falk estime qu’il aurait besoin d’environ 500 mètres carrés pour récolter 1 500 plantes par mois pour avoir une ferme urbaine financièrement stable.

Le projet actuel fait pousser des légumes à feuilles pour les deux restaurants du Dizengoff Center, le Café Greg et le Garden Restaurant du chef Nir Zook, ainsi que le marché fermier du Dizengoff Center. Il y a aussi une liste d’attente de restaurants qui veulent acheter les légumes hydroponiques. Falk prévoit d’étendre le projet à d’autres parties du toit du Dizengoff Center, ainsi que d’autres bâtiments autour de la ville.

Falk envisage réseau de systèmes de culture hydroponique sur les toits qui pourrait fournir des légumes pour chaque quartier de Tel-Aviv. (Crédit : Autorisation de Green in the City)

Falk envisage réseau de systèmes de culture hydroponique sur les toits qui pourrait fournir des légumes pour chaque quartier de Tel-Aviv. (Crédit : Autorisation de Green in the City)

Il veut aussi lancer des projets de culture hydroponique de satellites pour les restaurants locaux à Netanya, Haifa, Holon, où les restaurants ont exprimé leur intérêt pour acheter ses légumes.

Falk envisage de monter une entreprise où un système de réseau de toit hydroponique fournira des légumes pour chaque kilomètre carré de la ville. Et chaque restaurant aura sa propre section d’un jardin sur le toit pour cultiver des légumes rares pour répondre à la demande de leurs chefs.

Un aspect intéressant de l’utilisation de légumes hydroponiques signifie que les restaurants peuvent stocker leurs produits dans l’eau et utiliser tout ce dont ils ont besoin pour la journée, réduisant ainsi des déchets à partir de légumes inutilisés. Cela signifie également que les salades seront composées d’ingrédients récoltés littéralement quelques instants avant qu’ils n’arrivent dans les assiettes des clients.

La culture hydroponique sur le toit d’un immeuble a ses limites. Falk se concentre sur les légumes à feuilles, car ils ont le cycle de vie le plus court. Falk fait aussi pousser des fraises, des tomates, des oignons, des herbes, des concombres, du chou frisé, et même de la papaye dans les systèmes hydroponiques.

Les arbres fruitiers peuvent aussi bien pousser dans la culture hydroponique, mais cela prend si longtemps pour leur permettre d’atteindre le stade où la récolte est possible que cela en devient impossible, parce que l’espace est limité sur les toits.

Green in the City dispose également de systèmes de culture aqua-ponique sur le toit, qui disposent d’un système fermé de légumes connectés dans un petit étang. Les déchets de poisson est l’engrais pour les plantes.

Les participants à un atelier examinent le système aquaponique, qui utilise des déchets de poisson comme engrais pour les plantes. (Crédit : Autorisation Green in the City)

Les participants à un atelier examinent le système aquaponique, qui utilise des déchets de poisson comme engrais pour les plantes. (Crédit : Autorisation Green in the City)

Une autre société de Falk, LivingGreen, propose également des systèmes hydroponiques destinés à la vente pour un usage familial. Les clients peuvent concevoir leur propre système approprié à un balcon, qui comprend une pompe pour assurer la circulation régulière de l’eau.

L’année dernière, LivingGreen a remporté 20 000 dollars du Pears Challenge pour son projet de mini-ferme « LivingBox », qui ne nécessite pas de terre, d’eau courante, ni d’électricité.

L’objectif est d’aider les gens dans les pays du tiers-monde à cultiver leur propre nourriture, mais le habitants urbains en Israël peuvent également acheter leur propre kit pour 150 shekels.

Cultiver sur les toits à Tel Aviv exige aussi une certaine créativité. « Nous avons eu un hiver difficile, principalement à cause du vent », a déclaré Falk. « Les légumes hauts ont simplement été détruits par le vent. Avant qu’une grosse pluie n’arrive, nous mettons des toiles en nylon sur [les lits] pour protéger les plantes ».

Il y a aussi un problème de pollution de l’air dans les villes, dont Falk dit qu’il est encore à l’étude pour comprendre comment elle affecte les plantes. Toutefois, il a souligné que les légumes, et surtout les légumes à feuilles, sont pulvérisés dans les champs d’importantes quantités de pesticides, alors que le système de culture hydroponique n’utilise pas de pesticides. Les engrais ajoutés à l’eau contiennent des composants comme de l’ail et de la nicotine pour conjurer les insectes nuisibles, et sont certifiés biologiques.

Green in the City a environ 100 mètres carrés pour leur jardin, mais espère l'étendre à 500 mètres carrés de sorte que le jardin peut être financièrement viable (Crédit : Autorisation Green in the City)

Green in the City a environ 100 mètres carrés pour leur jardin, mais espère l’étendre à 500 mètres carrés de sorte que le jardin peut être financièrement viable (Crédit : Autorisation Green in the City)

Green in the City s’est domicilié sur le toit du centre commercial parce que le Dizengoff Center a déjà entrepris un certain nombre d’initiatives environnementales.

Egalement sur le toit il y a dix ruches en activité et une pépinière avec plus de 1 400 arbres, qui sont destinés à être plantés dans des jardins communautaires à travers la ville. Les projets font partie des efforts déployés par le centre commercial pour réduire de 15 % son empreinte carbone.

Le Dizengoff Center a remporté le 23 juin les Green Globes, l’équivalent d’un Oscar pour l’environnement, comme l’entreprise la plus verte pour la 12e année consécutive.

Un groupe de coordination de plus de 130 organisations environnementales appellé Vie et Environnement – L’Union israélienne des ONG environnementales décerne chaque année des prix dans un certain nombre de catégories aux entreprises et organismes qui se sont engagés à améliorer l’environnement.

Le Centre offre un espace de toit aux nouvelles organisations de durabilité urbaine, comme Green in the City, pour les aider à démarrer afin qu’elles puissent se répandre dans toute la ville.

Le centre commercial de 40 000 mètres carrés a plus de 400 magasins. Au cours des dernières années, il a également réduit sa consommation d’électricité de 13 % grâce à divers initiatives de conservation.

Alors que le soleil se couche dans un lit d’épices, Falk fait quelques de contrôles supplémentaires pour mesurer le pH de l’eau avec un appareil qui ressemble à un thermomètre. Avec une vue panoramique sur de grands immeubles d’un orange rayonnant dans le soleil couchant, le projet sur le toit n’a que peu de ressemblance avec le concept traditionnel d’une ferme.

Mais cette poche de verdure, entourée de gratte-ciels, peut être l’avenir pour les légumes pour les citadins.