Un homme de 25 ans a été tué et une femme de 20 ans grièvement blessée mercredi soir à Jérusalem après qu’une voiture ait percuté un arrêt de bus dans le quartier de French Hill.

Le commissaire de police Yohanan Danino a déclaré jeudi que l’attaque bélier à Jérusalem mercredi soir qui a tué Shalom Sherki et grièvement blessée une femme, était susceptible d’être délibérée et pourrait avoir un motif nationaliste.

La police a révélé le nom de l’auteur présumé de l’attaque de la nuit dernière dans le quartier de Franch Hill : Khaled Koutineh, 37 ans, de la ville d’Anata en Cisjordanie au nord-est de Jérusalem, selon le site d’informations Ynet.

La police et le service de sécurité du Shin Bet ont interrogés Koutineh mais étaient, dans un premier temps, réticents à préciser s’il avait perdu le contrôle de son véhicule ou s’il avait délibérément écrasé les deux piétons.

Ce matin, la police a présenté Koutineh au tribunal de district de Jérusalem a déposé une requête demandant la prolongation de sa détention. Avant l’audience les fonctionnaires de police ont déclaré qu’ils avaient maintenant plus de raisons de soupçonner que Koutineh a délibérément écrasé les deux victimes.

Les deux victimes ont été évacuées sous sédation vers l’hôpital Hadassah Ein Kerem, où l’homme a été déclaré mort jeudi matin.

Un médecin de Hadassah à déclaré à la radio israélienne que les deux personnes avaient subi des blessures graves à la tête lorsque la voiture a heurté l’arrêt de bus.

Les médecins luttent encore pour sauver la jeune femme, qui était jeudi matin dans un état critique.

Le conducteur du véhicule, un Palestinien de 37 ans du nord de Jérusalem, a été légèrement blessé dans l’accident. Il a été soigné sur place par les paramédicaux du Magen David Adom et a été transporté à l’hôpital.

Une fois libéré, le suspect a été remis au service de sécurité du Shin Bet pour subir un interrogatoire afin de déterminer si l’accident était une attaque ou un accident.

La famille de Sherki, cependant, n’a pas attendu les résultats de l’enquête.

En s’adressant à la presse, la famillé a qualifié de « scélérat » le conducteur et a employé une expression en hébreu pour décrire leur fils défunt qui est généralement utilisée quand un Juif est tué pour le fait d’être juif.

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, était sur les lieux peu après l’incident pour recevoir des mises à jour de la part des autorités.

Sherki, 25 ans, qui a été tué dans l’attaque, était le fils du rabbin Uri Sherki, un rabbin de la communauté du quartier Kiryat Moshe à Jérusalem, et le frère de Yair Sherki, un journaliste de la Deuxième chaîne. Il a été inhumé jeudi soir au cimetière séfarade de Givat Shaul à Jérusalem.

La capitale a connu une série d’attaques à la voiture bélier au cours de l’année écoulée, dans lesquelles les assaillants de type « loup solitaire » palestiniens ont utilisé leurs véhicules comme une arme pour faucher des civils israéliens.

Ces attaques sont généralement spontanées et les autorités ne pensent pas qu’elles soient orchestrées par des organisations terroristes.