La Knesset approuve en première lecture l’interdiction des options binaires
Rechercher

La Knesset approuve en première lecture l’interdiction des options binaires

Dov Khenin demande que la loi soit étendue pour inclure plus de produits financiers “toxiques”

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Le quartier de la bourse du diamant à Ramat Gan, où sont situées de nombreuses entreprises d'options binaires, le 23 juin 2015. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le quartier de la bourse du diamant à Ramat Gan, où sont situées de nombreuses entreprises d'options binaires, le 23 juin 2015. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La plénière de la Knesset a approuvé lundi soir la première lecture d’un projet de loi qui interdira l’industrie des options binaires en Israël, majoritairement frauduleuses.

Les 31 députés présents en plénière ont voté en faveur de ce projet de loi en première lecture.

Au total, l’industrie des options binaires génèrerait entre cinq et dix milliards de dollars par an. Comme l’a documenté le Times of Israël avec une série d’articles publiée depuis l’année dernière, une grande partie de la fraude aux options binaires, et de la fraude au Forex, provient de centres d’appels situés en Israël.

Yitzhak Cohen, vice-ministre des Finances du parti Shas, a présenté la loi lundi, affirmant qu’elle était nécessaire au bien commun, puisque de nombreuses familles ont été dévastées par l’industrie des options binaires.

Yitzhak Cohen, speaking at the Knesset in 2011 (photo credit: Kobi Gideon/Flash90)
Yitzhak Cohen, à la Knesset en 2011 (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

« J’espère qu’elle passera devant la commission des Finances et sera rapidement adoptée, et que cette loi aidera à sauver de nombreuses familles », a-t-il déclaré.

Dov Khenin, député de l’opposition de la Liste arabe unie, s’est félicité de l’interdiction d’une industrie « toxique et dangereuse ».

Khenin a cependant appelé à étendre le projet de loi pour qu’il concerne d’autres produits financiers spéculatifs frauduleux, sans préciser de quels produits il parlait.

Le projet de loi indique que les entreprises vendant des produits de Forex installées en Israël devront avoir une autorisation des pays dans lesquels elles les vendent, mais n’interdit pas la vente de Forex aux particuliers.

Le projet de loi va à présent être étudié par la commission des Affaires internes de la Knesset, qui la transmettra ensuite à la commission parlementaire qu’elle jugera la plus appropriée et qui sera chargée de la préparer pour ses deuxième et troisième lectures en plénière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...