La ville chinoise d’Harbin a rouvert au public sa synagogue de 105 ans après une importante restauration.

Selon l’agence d’informations Xinhua, la grande synagogue de la rue de Tongjiang à Harbin a été rouverte la semaine dernière après 12 mois de travaux, lors d’une cérémonie festive avec une performance du quatuor à cordes du Conservatoire de l’Etat Glazunovs de la ville de Petrozavodsk en Russie.

Aux 19ème et 20ème siècles, des milliers de Juifs ont immigré au nord-est de la ville d’Harbin pour échapper aux persécutions en Europe et de la Russie impériale, créant ainsi l’une des plus grandes communautés juives de l’Extrême-Orient.

Le gouvernement chinois a mené le projet de restauration avec l’aide de Dan Ben-Canaan, un chercheur israélien qui a vécu à Harbin pendant plus de dix ans et y travaille en tant que directeur du Centre de recherche et d’étude sino-Israël de l’Université du Heilongjiang.

La synagogue restaurée, a-t-il déclaré à Xinhua, « ressemble exactement à la synagogue qui a ouvert ses portes en 1909, ce qui en fait un endroit unique ».

Autrefois, la synagogue orthodoxe pouvait accueillir jusqu’à 450 personnes. L’extérieur du bâtiment est décoré d’une étoile de David au sommet de la coupole.

A l’intérieur, la galerie des femmes au deuxième étage, la salle de prière des hommes et la plate-forme de la bimah du rabbin ont toutes été restaurées, avec des rails de sécurité comportant des décorations élaborées qui combinent des symboles juifs et chinois.

Cependant, la synagogue n’est pas destinée à être utilisée comme un lieu de culte mais comme une salle de spectacle, selon Xinhua.

La synagogue a été endommagée en 1931 par un incendie qui, selon Ben-Canaan, a été allumée par des gangs de Russes anti-communistes. Elle a été rénovée après l’incendie et fermée en 1963. Elle a été transformée en un hôpital et une auberge de jeunesse, laissant son intérieur très endommagé, selon le rapport.