110 Palestiniens empêchés de participer au Jour du souvenir israélo-palestinien
Rechercher

110 Palestiniens empêchés de participer au Jour du souvenir israélo-palestinien

Le ministre de la Défense a qualifié l’événement de "démonstration de mauvais goût et d'insensibilité" ; les organisateurs vont faire appel

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, visite un nouveau centre militaire à Katzrin, dans le nord d'Israël, le 10 avril 2018 (Meir Vaknin / Flash90)
Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, visite un nouveau centre militaire à Katzrin, dans le nord d'Israël, le 10 avril 2018 (Meir Vaknin / Flash90)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a déclaré qu’il interdisait l’entrée en Israël de 110 Palestiniens qui devaient assister à un service commémoratif israélo-palestinien organisé à Tel Aviv mardi soir, affirmant que l’événement était une « profanation » du Jour de commémoration des soldats morts au combat.

« Ce n’est pas une cérémonie commémorative, mais une démonstration de mauvais goût et d’insensibilité qui fait mal aux familles endeuillées qui nous sont les plus précieuses », a-t-il tweeté mardi.

Les Palestiniens ont été invités à participer à la cérémonie organisée par les « Combattants pour la Paix » et par les « Groupes de familles israéliennes et palestiniennes pour la paix » afin de proposer une alternative aux événements habituels du Jour du souvenir en Israël.

Les organisateurs ont accusé Liberman de profaner la journée.

« Le ministre de la Défense Liberman est celui qui profane le Jour du souvenir par son action et il blesse les familles israéliennes et palestiniennes endeuillées qui cherchent à promouvoir un dialogue de réconciliation », ont-ils déclaré. « C’est une utilisation politique cynique d’un outil qui est destiné à servir la sécurité », a rapporté Walla news.

Les organisateurs ont ajouté que la décision de Liberman a été prise « dans le seul but de blesser les familles israéliennes et palestiniennes endeuillées qui veulent marquer le Jour du souvenir ensemble par le respect mutuel et la reconnaissance que la souffrance n’est pas seulement la leur et n’appartient à aucune partie ».

Ils ont affirmé qu’ils feraient appel de la décision du ministre de la Défense à la Haute Cour.

Les participants à une cérémonie commémorative israélo-palestinienne tenue à Tel Aviv le 30 avril 2017, alors qu’Israël célèbre son Jour commémoratif annuel pour les soldats tombés au combat et les victimes de la terreur ; des Palestiniens de Cisjordanie ont été empêchés d’entrer en Israël pour l’événement (Tomer Neuberg / Flash90)

L’événement a lieu pour la treizième fois, et il s’agit de la deuxième année lors de laquelle les participants palestiniens en sont exclus. Les organisateurs ont déclaré que l’événement était mis en danger en raison d’un manque de financement. Ils ont affirmé qu’ils avaient « beaucoup de difficulté » à trouver un lieu qui accepterait d’accueillir l’événement, et ont été forcés de l’organiser en extérieur, dans le parc Yarkon de Tel Aviv.

« Nous avons un message puissant de non-violence et de dignité mutuelle que certains voudraient faire taire », a déclaré le groupe dans son appel aux fonds.

« Ce qui a commencé comme une petite cérémonie de 50 personnes en 2005 est maintenant le plus grand événement du mouvement de paix israélo-palestinien », a déclaré le groupe.

La dirigeante du parti Meretz, Tamar Zandberg, a déclaré qu’il était triste que Liberman transforme le Jour du souvenir en une question politique.

« Il s’agit d’une nouvelle manœuvre politique sur le dos des familles endeuillées », a-t-elle dit. « Le gouvernement de Netanyahu et de Liberman veut également se servir des familles endeuillées pour diviser les citoyens d’Israël », a rapporté la Dixième chaine.

L’année dernière, les Palestiniens se sont également vu refuser l’entrée en Israël pour l’événement, qui a eu lieu peu de temps après qu’un adolescent palestinien entré en Israël avec un laissez-passer d’une journée pour une « visite de paix » a attaqué quatre personnes dans un hôtel de Tel Aviv, blessant légèrement chacun d’eux.

Les participants à la cérémonie regardent une vidéo préenregistrée de Palestiniens qui s’expriment après que le ministère de la Défense leur ait interdit d’assister à une cérémonie commémorative israélo-palestinienne à Tel Aviv le 30 avril 2017, alors qu’Israël célèbre son Jour commémoratif annuel pour les soldats tombés au combat et les victimes de la terreur (Tomer Neuberg / Flash90)

L’année dernière, les Palestiniens de Cisjordanie qui prévoyaient d’assister à la cérémonie à Tel Aviv se sont réunis à Beit Jala, près de Bethléem, afin de regarder les débats sur un écran de télévision. Les deux Palestiniens qui devaient prendre la parole lors de l’événement ont livré leurs discours à travers des vidéos préenregistrées.

Mardi soir (17 avril) et mercredi (18 avril), Israël célèbre son Jour du souvenir, connu en hébreu sous le nom de Yom HaZikaron, en l’honneur des milliers de soldats tombés au combat et des victimes de la terreur.

Le pays fera sonner deux sirènes, une fois à 20h00 mardi et une autre fois à 11h00 mercredi. Mercredi soir (18 avril), le pays débutera les festivités du Jour de l’indépendance.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...