13 ans après sa mort, un Israélien honoré pour avoir sauvé des soldats au Liban
Rechercher

13 ans après sa mort, un Israélien honoré pour avoir sauvé des soldats au Liban

Le Commandement du nord a remis la décoration aux parents du sergent Ohad Klausner qui a été tué dans la bataille de Bint Jbeil pendant la Deuxième Guerre du Liban

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le général Amir Baram, commandant en chef du nord, remet une certificat de bravoure à Yisrael et Orit Klausner, dont le fils, Ohad, a été tué le 26 juillet 2006 dans la deuxième guerre du Liban, lors d'une cérémonie de mai 2019. (Crédit : armée israélienne)
Le général Amir Baram, commandant en chef du nord, remet une certificat de bravoure à Yisrael et Orit Klausner, dont le fils, Ohad, a été tué le 26 juillet 2006 dans la deuxième guerre du Liban, lors d'une cérémonie de mai 2019. (Crédit : armée israélienne)

Treize ans après avoir été tué pendant la Deuxième guerre du Liban de 2006, le sergent Ohad Klausner a été décoré, à titre posthume, par l’armée israélienne pour son « courage et esprit d’initiative » lors d’une bataille mortelle.

Mardi, l’armée a déclaré qu’un examen récent du rôle que l’unité de Klausner, le 51ème bataillon de la Brigade Golani, a joué dans la bataille sanglante de Bint Jbeil a démontré que ses actions méritaient une reconnaissance sous la forme d’un certificat de bravoure.

La décoration a été remise à ses parents Yisrael et Orit Klausner, la semaine dernière dans le cadre de la cérémonie annuelle des récompenses du Commandement du nord de Tsahal par son chef, le général Amir Baram.

« Au nom de la Brigade Golani et de tout le commandement du nord, je salue Ohad pour le courage de son coeur, pour son combat. Et je salue Orit et Yisrael, ses parents, qui sont avec nous ici en son nom et en sa mémoire », a déclaré Baram.

Le sergent Ohad Klausner, qui a été tué le 26 juillet 2006, lors de la Deuxième guerre du Liban, et qui a été décoré à titre posthume d’un certificat de bravoure de l’armée israélienne en mai 2019. (Crédit : armée israélienne).

Klausner a grandi dans l’implantation de Beit Horon, autour de Jérusalem, avant que sa famille ne déménage à Eilat. Il est revenu dans la capitale à l’adolescence, pour étudier à la pension Mae Boyar. Après avoir obtenu son bac en 2004, Klausner a rejoint le 51ème bataillon de la brigade Golani. Il a servi en tant que radio pour le commandant de compagnie et comme tireur d’élite dans le peloton d’élite du bataillon.

Le 24 juillet 2006, les « éclaireurs » du 51ème bataillon ont commencé à approcher la ville bastion du Hezbollah de Bint Jbeil dans le sud Liban, à environ 4 kilomètres de la frontière israélienne.

Le plan voulait que la Brigade Golani entre dans la ville par l’est et la brigade de parachutistes par l’ouest dans un mouvement en tenaille afin de conquérir la ville et de forcer le Hezbollah à battre en retraite vers le nord.

Les deux premiers jours de la bataille, au cours desquels la Brigade Golani a opéré autour de l’est de la ville, ont vu un succès relatif. Mais la situation a changé le 26 juillet 2006, peu avant l’aube, quand les soldats ont reçu l’ordre de renter dan Bint Jbeil elle-même.

Alors qu’ils ont pénétré dans une oliveraie autour de la ville, la compagnie de Klausner a été confrontée à une résistance acharnée d’un contingent plus important que prévu de terroristes du Hezbollah armés de missiles anti-tanks, de fusils automatiques et de grandes, qui ont tiré sur des soldats de toutes les directions.

Maj. Roi Klein. (Crédit : armée israélienne)

Au début du combat, le lieutenant Amichai Merhavia, le commandant de la compagnie de Klausner, a été mortellement blessé par une attaque de grenade. Peu après, une autre grenade a été lancée au-dessus d’un mur vers un groupe de soldats.

Le major Roi Klein, le commandant en second du 51ème bataillon, a crié la bénédiction du « Shema Yisrael » et s’est sacrifié, en se jetant sur la grenade afin d’utiliser son corps comme bouclier pour protéger les soldats de l’explosion. Il a aussi été grièvement blessé, et a profité de ses derniers instants pour diriger les médecins vers Merhavia plutôt que lui, mais ce fut en vain. Il a passé le commandement à un autre officier. Klein est monté en grade, à titre posthume, et a reçu la Médaille du Courage, la deuxième récompense la plus importante de l’armée.

Selon des soldats qui ont pris part au combat, Klausner a sauvé plusieurs soldats blessés avant d’être tué lui aussi.

« L’un des blessés a déclaré qu’Oahu l’avait sauvé du danger, en le mettant derrière un bâtiment à proximité, et de cette manière, il aurait sauvé sa vie », a déclaré l’armée dans le récit de la mort de Klausner sur son site internet de mémoire

« Un médecin du bataillon a déclaré qu’il a vu Ohad faire un bandage à un soldat blessé lors de la bataille. Je lui ai dit qu’il devrait courir dans une maison pour se sauver, mais il a refusé et il est resté dans le champ, a-t-il dit. Nous avons travaillé ensemble, j’ai fait un bandage à une personne et il a bandé un autre soldat », selon Tsahal.

Klausner a été touché dans la poitrine par un sniper et a été tué presque sur le coup vers 5h50 du matin, environ 45 minutes après le début de la bataille.

« Lors de la bataille, Ohad – que sa mémoire soit bénie – a fait preuve de courage et d’esprit d’initiative. Il a joué un rôle significatif dans la destruction d’une cellule de combattants du Hezbollah et a contribué, de manière significative, à changer le cours de la bataille », a déclaré l’armée dans son communiqué de mardi.

Des combats intenses ont continué tout au long de la matinée à très courte distance, ce qui a empêché l’armée d’envoyer des renforts aériens ou d’avoir recours à l’artillerie, puisqu’ils auraient probablement touché les soldats israéliens tout autant que les terroristes du Hezbollah.

Des soldats évacuent un camarade blessé lors de la Deuxième Guerre du Liban, le 24 juillet 2006 (Haim Azoulay/ Flash 90/ File)

Les morts de Klein et Merhavia, et la blessure d’autres officiers, a conduit à une rupture de la chaîne de commandement, compliquant encore plus le combat pour les soldats.

A cause de la menace posée par des missiles du Hezbollah, il a fallu plusieurs heures avant que des hélicoptères de sauvetage ne puisse arriver sur place pour évacuer les blessés vers le centre médical Rambam de Haïfa dans le nord d’Israël.

Au total, huit soldats israéliens ont été tués dans la bataille de Bint Jbeil le 26 juillet 2006. En plus de Klausner, Klein et Merhavia, le capitaine Alexandre Schwartzman, le sergent Shimon Dahan, le sergent Idan Cohen, le sergent Shimon Adaga et le sergent Asaf Namer sont tombés au combat.

Selon une estimation de Tsahal, entre 30 et 40 combattants du Hezbollah ont été tués dans la bataille ce jour-là.

Israël n’a pas été en capacité de conquérir Bint Jbeil dans cette opération, et le 29 juillet, Tsahal a retiré ses troupes de la ville. Une autre mission, qui a été organisée le 1er août, a aussi échoué. Le Hezbollah a gardé le contrôle sur le bastion pendant toute la guerre, qui s’est terminée deux semaines plus tard.

Plus d’une centaine de soldats israéliens ont été tués pendant cette guerre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...