Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

150 000 Palestiniens ont quitté Rafah ; 10 tunnels découverts lors d’un raid

Tsahal dit détruire les infrastructures du Hamas dans la ville de Gaza ; selon Israël, l'aide humanitaire peut circuler, selon l'ONU rien n'est arrivé à Gaza depuis 24 heures

Les troupes de Tsahal opèrent dans l'est de Rafah dans le sud de la bande de Gaza, sur une image de l'armée publiée le 8 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de Tsahal opèrent dans l'est de Rafah dans le sud de la bande de Gaza, sur une image de l'armée publiée le 8 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Dans le cadre de l’opération en cours menée par l’armée israélienne dans la partie est de Rafah, au sud de la bande de Gaza, une cinquantaine de terroristes ont été tués par les troupes, selon les dernières estimations de l’armée. Celle-ci indique également que 150 000 Palestiniens auraient évacué la zone jusqu’à présent.

Dix autres conduits de tunnel ont été découverts au cours de l’opération de Rafah, lancée lundi en fin de journée, et leur démolition est en cours de préparation.

L’armée a indiqué qu’elle ne prévoyait pas d’étendre l’ordre d’évacuation à d’autres zones de Rafah, car l’opération en cours reste d’une portée relativement limitée dans le cadre des négociations sur les otages avec le Hamas.

Tsahal a également lancé un nouveau raid ciblé dans le quartier Zeitoun de la ville de Gaza, a confirmé l’armée. L’opération est menée par la 99e division et vise à « poursuivre le démantèlement de l’infrastructure terroriste et à éliminer les terroristes dans la région ».

Les troupes des brigades Nahal, Yiftah et Carmeli sont entrées dans la banlieue pour la débarrasser des infrastructures du Hamas.

Avant leur entrée, l’armée de l’air israélienne a frappé quelque 25 sites dans la zone, dont des bâtiments utilisés par des groupes terroristes, des tunnels d’attaque, des postes d’observation, des positions de tireurs d’élite et d’autres infrastructures, a indiqué Tsahal.

Tsahal a opéré une première fois à Zeitoun au début de l’offensive terrestre israélienne à Gaza l’année dernière, quelques semaines après les attaques meurtrières du Hamas du 7 octobre qui ont déclenché la guerre. Fin février, Tsahal a lancé un deuxième raid qui a duré deux semaines dans le quartier.

Par ailleurs, Tsahal et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet ont annoncé mercredi que le commandant des forces navales du Hamas à Gaza City, Ahmed Ali, avait été tué lors d’une récente frappe aérienne.

Ahmed Ali, selon les militaires, avait participé à des attaques menées contre Israël et contre les troupes déployées dans la bande de Gaza pendant le conflit en cours, plus récemment dans le corridor de Netzarim, au centre de Gaza.

Dans le sud de la bande de Gaza, Tsahal a déclaré qu’Israël avait rouvert le passage de Kerem Shalom après plusieurs jours de fermeture. Le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT) a partagé jeudi une vidéo sur les réseaux sociaux montrant des camions remplis d’aide humanitaire traversant la bande de Gaza.

Les Nations unies (ONU) ont toutefois affirmé qu’aucune aide humanitaire n’était arrivée à Gaza jeudi et qu’il n’y avait personne pour recevoir les camions de l’autre côté du point de passage, après la fuite des travailleurs mardi, lorsque Tsahal a pris le contrôle du côté palestinien du point de passage de Rafah avec l’Égypte.

Cette opération de Tsahal, qui s’est déroulée tôt mardi, a entraîné la fermeture du point de passage de Rafah, l’une des principales voies d’acheminement de l’aide vers la bande de Gaza. Le point de passage de Kerem Shalom, situé à proximité, a été fermé après une attaque à la roquette du Hamas qui a tué quatre soldats de Tsahal et en a blessé dix autres qui se trouvaient à proximité. Mercredi, un autre soldat de Tsahal a été légèrement blessé par un barrage de roquettes tiré par le Hamas depuis Rafah sur Kerem Shalom.

Avec la prise du point de passage de Rafah, Israël contrôle à présent tous les points de passage vers Gaza, pour la première fois depuis le retrait des troupes et de ses implantations, il y a près de vingt ans. Le point de passage de Rafah est une voie essentielle pour l’entrée de nourriture, de médicaments et d’autres fournitures humanitaires pour les 2,3 millions d’habitants de Gaza ; c’est le seul endroit par lequel les gens peuvent entrer et sortir, tandis que Kerem Shalom est le principal terminal de fret de Gaza.

« L’organisation terroriste du Hamas continue de mettre délibérément en danger les civils gazaouis et de mener des attaques depuis des zones civiles pour s’en prendre aux civils israéliens et aux troupes de Tsahal », a déclaré Tsahal dans un communiqué mercredi.

« En outre, l’organisation terroriste continue de lancer des roquettes depuis des zones peuplées de la région de Rafah vers le point de passage de Kerem Shalom afin d’attaquer les troupes de Tsahal, ainsi que [d’entraver] le fonctionnement du point de passage », a ajouté l’armée.

Les troupes de l’armée israélienne, du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah, le 7 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’opération de mardi ne semblait pas être le début de l’invasion complète de Rafah qui, selon les déclarations répétées d’Israël, serait essentielle à la destruction des capacités militaires et de gouvernance du Hamas et à la libération des 128 otages enlevés le 7 octobre et qui se trouveraient encore à Gaza.

Les responsables de l’aide humanitaire ont prévenu que la fermeture prolongée des deux points de passage pourrait entraîner la rupture des opérations d’aide, ce qui aggraverait la crise humanitaire à Gaza, où une « véritable famine » sévirait déjà dans le nord, selon l’ONU.

Carl Skau, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial de l’ONU, a indiqué à l’Associated Press que l’agence avait perdu l’accès à son entrepôt alimentaire de Gaza à Rafah, qui, selon lui, a été « désigné comme une zone interdite ».

Ces derniers jours, les États-Unis ont achevé la construction d’une nouvelle jetée maritime qui sera utilisé pour l’acheminement de grandes quantités d’aide dans la bande de Gaza.

Un navire transportant de l’aide vers le quai a quitté le port chypriote de Larnaca jeudi matin, comme l’ont montré des sites web de suivi maritime.

Les autorités américaines ont précisé que le Sagamore, navire battant pavillon américain, sera utilisé pour décharger des fournitures sur la jetée flottante construite pour accélérer l’acheminement de l’aide dans l’enclave.

Les troupes de Tsahal opèrent dans l’est de Rafah dans le sud de la bande de Gaza, sur une image de l’armée publiée le 8 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Du côté israélien de la frontière, des militants d’une organisation de droite qui s’oppose à l’aide à Gaza tant que des otages y sont encore détenus ont déclaré jeudi matin qu’ils avaient poursuivi leurs tentatives de blocage des camions en route vers Gaza pendant la nuit et les premières heures de la matinée.

Le groupe, qui s’est attiré la colère de la communauté internationale, a déclaré que près de 500 personnes, dont des parents d’otages, avaient bloqué des camions près d’Eilat et les avaient retardés pendant quelques heures au cours de la nuit de mercredi à jeudi.

Jeudi matin, des militants du groupe ont bloqué des camions près de Mitzpe Ramon.

« Nous passons à la vitesse supérieure. Nous voulons que les otages rentrent chez eux. Aucune aide ne passera tant que le dernier otage ne sera pas rentré », a déclaré le groupe dans un communiqué.

Les autorités israéliennes, soumises à une forte pression internationale pour faciliter l’acheminement de l’aide, ont dispersé les foules et veillé à ce que les cargaisons parviennent à destination.

Dans le cadre d’une nouvelle crise des relations israélo-américaines, le président américain Joe Biden a déclaré mercredi que Washington ne fournirait pas certaines munitions à Israël si ce dernier procédait à une invasion massive de Rafah.

De la fumée s’échappe suite aux frappes israéliennes à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 9 mai 2024. (Crédit : AFP)

Les États-Unis, l’Égypte et le Qatar ont intensifié leurs efforts pour combler les lacunes dans une nouvelle tentative de parvenir à un éventuel accord sur un cessez-le-feu temporaire et la libération des otages. Israël a lié la menace de l’opération Rafah à l’issue de ces négociations. Le chef de la CIA, William Burns, qui a fait la navette dans la région pour discuter de l’accord de trêve, a rencontré mercredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a indiqué un responsable américain.

La guerre à Gaza a éclaté après les attaques du Hamas du 7 octobre, au cours desquelles quelque 3 000 terroristes ont pénétré en Israël par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant près de 1 200 personnes et prenant 252 otages, pour la plupart des civils, se livrant souvent à des actes d’une extrême cruauté et à des agressions sexuelles.

Cette guerre a tué plus de 34 800 Palestiniens, selon les autorités sanitaires de Gaza, mais les données publiées par les autorités dirigées par le Hamas ne peuvent être vérifiées de manière indépendante et incluraient à la fois des civils et des membres du Hamas tués à Gaza, y compris ceux qui sont morts à la suite de tirs de roquettes du groupe terroriste.

Tsahal affirme avoir tué plus de 13 000 agents à Gaza, en plus des quelque 1 000 terroristes qui se trouvaient en Israël le 7 octobre.

267 soldats israéliens ont été tués au cours de l’offensive terrestre contre le Hamas et lors des opérations menées le long de la frontière de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.