Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

150 haredim s’enrôlent dans Tsahal et des milliers d’autres devraient suivre

Plus de 2 100 hommes ultra-orthodoxes s'engagent à effectuer un service volontaire dans les semaines à venir ; ils intégreront les forces en cas de besoin

Des hommes ultra-orthodoxes qui ont décidé de s'engager dans l'armée pendant la guerre entre Israël et le Hamas, dans les bureaux de recrutement de Tsahal, à Tel Hashomer, près de Tel Aviv, le 23 octobre 2023 (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90).
Des hommes ultra-orthodoxes qui ont décidé de s'engager dans l'armée pendant la guerre entre Israël et le Hamas, dans les bureaux de recrutement de Tsahal, à Tel Hashomer, près de Tel Aviv, le 23 octobre 2023 (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90).

Environ 150 haredim sont venus au bureau de recrutement de Tel Hashomer alors que l’armée israélienne a commencé à les enrôler comme volontaires dans le cadre d’une mobilisation sans précédent.

Selon le site d’information Walla, la majorité des volontaires sont issus du courant lithuanien de l’ultra-orthodoxie en Israël. Ils sont âgés de 26 à 39 ans.

Samedi, le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, avait déclaré que les militaires avaient reçu plus de 2 000 demandes de la part des haredim depuis le massacre commis, le 7 octobre, par le groupe terroriste du Hamas sur le territoire israélien.

Selon un article publié lundi par le nouveau site Ynet, citant des données de la direction des effectifs de Tsahal, quelque 3 000 haredim ont manifesté leur intérêt pour un engagement volontaire dans la guerre contre le Hamas. Parmi eux, 2 100 ont rempli des documents et entamé le processus d’incorporation.

En ont finalement été enrôlés 120, qui seront affectés à des missions de soutien, infirmiers ou chauffeurs, a annoncé l’armée, qui n’a pas autorisé les journalistes à leur parler.

Ils suivront une formation de base de deux semaines avant d’être intégrés dans les forces actives là où on a besoin d’eux, notamment en tant qu’ambulanciers et cuisiniers. Il n’est pas prévu qu’ils participent à des combats, car cela nécessiterait une formation beaucoup plus longue.

Le ministre de l’intérieur, Moshe Arbel, du parti ultra-orthodoxe Shas, a offert aux volontaires une prière pour leur sécurité.

Des ultra-orthodoxes qui ont décidé de rejoindre l’armée dans le cadre de la guerre contre le Hamas au bureau de recrutement de Tel Hashomer, près de Tel Aviv, le 23 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

« À mes frères ultra-orthodoxes qui se sont présentés aujourd’hui aux portes du centre de recrutement, que Dieu vous protège dans vos allées et venues à partir de maintenant et pour toujours, avec tous les soldats de l’armée israélienne. »

Le ministre, qui a lui-même servi dans le Commandement du Front intérieur, a conclu sa brève allocution par une citation de la Bible : « En ses jours, Juda sera délivré et Israël habitera en sécurité. »

Très actifs dans des associations caritatives, les ultra-orthodoxes sont aussi nombreux au sein de Zaka, une ONG qui s’occupe d’identifier des corps en Israël. Parmi les ultra-orthodoxes engagés, beaucoup le sont d’ailleurs dans l’unité militaire spécialisée dans ce domaine.

Le personnel de la Zaka enlève les corps des civils israéliens morts près de la frontière de Gaza, le 9 octobre 2023 (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Les dirigeants spirituels du judaïsme ultra-orthodoxe, soit 12 % de la population israélienne, ont demandé de redoubler de prières et de se « renforcer » dans la pratique religieuse. Mais des appels à s’engager dans l’armée et participer à l’effort de guerre sous l’uniforme se sont également fait entendre.

Le rabbin Raphael Kreuzer, d’un courant plus moderne, a jeté un pavé dans la mare en appelant les étudiants des yeshivot (écoles talmudiques) à s’engager.

« Il s’agit de notre peuple, il s’agit de nous et nous devons agir », a-t-il affirmé, expliquant que les étudiants devaient exiger de leurs rabbins « d’être partie prenante de la défense de leur terre ».

« Dire que demain tous les élèves des yeshivot vont aller à l’armée, non, je ne le pense pas, mais c’est une vraie guerre… C’est un devoir religieux de servir et de garder son pays », affirme à l’AFP, le député Yossi Taieb du parti Shass (ultra-orthodoxe séfarade).

« Chacun à son niveau doit venir aider l’armée et le pays à gagner cette guerre », ajoute le parlementaire, ancien soldat combattant.

Les images sur les réseaux sociaux d’un officier supérieur venu sermonner les élèves d’une yechiva importante, les implorant de laisser leurs livres pour s’engager, pendant qu’élèves et rabbins tentaient de le faire taire, ont suscité de nombreux commentaires en Israël.

« Je continuerai de le faire jusqu’à ce que 10 000 étudiants des yeshivot s’enrôlent », a prévenu l’officier Erez Eshel, au journal de droite Makor Rishon.

Un rabbin influent, Yaakov-Tzvi Boshkovski, a même qualifié de « provocation à la face divine », la rave party durant laquelle au moins 260 personnes ont été massacrées, qui avait eu lieu durant le shabat, le repos hebdomadaire dans le judaïsme.

Un projet de loi devait être discuté au Parlement avant la guerre sur la poursuite du report pour les ultra-orthodoxes, qui fait débat depuis des décennies.

Les deux partis ultra-orthodoxes membres de la coalition gouvernementale du Premier ministre Benjamin Netanyahu (18 députés sur 120) avaient soutenu son projet controversé de réforme judiciaire en échange de son soutien à cette loi.

Les femmes ultra-orthodoxes et les étudiants en yeshiva sont généralement exemptés de service militaire en raison d’un accord controversé de statu-quo. En 2017, la Haute-cour avait invalidé cette exemption juridique, ordonnant au gouvernement de faire adopter une nouvelle loi sur la conscription. Le gouvernement a depuis prolongé la politique permettant le non-recrutement des ultra-orthodoxes au sein de l’armée et les politiciens haredim cherchent, pour leur part, à faire approuver une législation qui officialiserait l’exemption de service militaire des membres de cette catégorie de la population.

De nombreux haredim pensent que l’étude de la Torah aide à protéger le peuple juif et même l’État tandis que le service militaire pourrait les éloigner de leur mode de vie strict, détournant les plus impressionnables de leur communauté.

L’armée offre plusieurs options aux juifs religieux, leur permettant de faire un service militaire sans renoncer à leur mode de vie. Mais ils ne sont que quelques centaines à prendre le risque d’être mis au ban de leurs communautés en s’engageant.

L’immense majorité des dirigeants de ce courant religieux est très hostile à toute démarche visant à enrôler des jeunes.

Pour certains Israéliens non-orthodoxes, ce positionnement s’apparente souvent à un acte de désertion de la part d’un groupe qui se refuse à intégrer la société mainstream.

L’attaque du Hamas et la guerre qui s’en est suivie ont conduit les commentateurs à noter qu’une nouvelle loi exemptant les membres de la société haredi semble de plus en plus improbable.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.