18 rabbins ont été arrêtés lors de la manifestation contre le décret anti-réfugiés de Trump
Rechercher

18 rabbins ont été arrêtés lors de la manifestation contre le décret anti-réfugiés de Trump

Les dirigeants ont refusé de se disperser après leur participation à une manifestation devant la Trump Tower, en soutien aux réfugiés

Un groupe de rabbis manifestant devant la Trump Tower à Manhattan, à NEw York, le 6 février 2017. (Crédit : Ben Sales via JTA)
Un groupe de rabbis manifestant devant la Trump Tower à Manhattan, à NEw York, le 6 février 2017. (Crédit : Ben Sales via JTA)

Dix-huit rabbins ont été arrêtés pendant une manifestation aux États-Unis. Ils protestaient contre le décret anti-réfugiés devant l’International Trump Hotel à New York lundi soir.

Les rabbins, qui s’étaient réunis dans le cade de la conférence organisée par T’ruah, un groupe de défense des droits de l’Homme, ont été arrêtés pour obstruction à la circulation devant l’hôtel.

Après avoir défilé avec 200 autres personnes dans les rues de Manhattan, les rabbins se sont assis devant l’hôtel et n’ont pas fait cas des avertissements de la police. Ils avaient l’intention de se faire arrêter pour la symbolique du geste.

Les nombreux rabbins présents à la manifestation étaient enveloppées de leur châle de prières, d’autres sonnaient du chofar pour manifester leur opposition au décret anti-réfugiés de la semaine dernière.

Ce décret, signé le 27 janvier, bloque l’accès au territoire américains aux ressortissants de 7 pays majoritairement musulman. Il a été maintenu sur décision d’un juge fédéral.

La foule, barricadée par la police, scandait : « Sans haine ni crainte, les réfugiés sont les bienvenus ici ». Des manifestants brandissaient des affiches : « mes parents aussi étaient des réfugiés » ou encore « un autre rabbin qui se lève pour la justice ».

« Nous nous souvenons de notre histoire, et nous nous souvenons que ce pays nous a fermé ses portes en 1924, et les conséquences ont été désastreuses, avec l’Holocauste », a déclaré madame le rabbin Jill Jacobs, directeur exécutif de T’ruah au New York Times.

« Nous savons que le discours tenu aujourd’hui pour écarter les musulmans est similaire à celui utilisé pour empêcher l’entrée des réfugiés juifs ».

Elle a ensuite envoyé une série de tweets depuis le véhicule de police.

T’ruah est l’un des groupes du mouvement du judaïsme libéral. Il s’est toujours montré opposé à la politique du président, déjà du temps de la campagne. Le groupe s’est élevé contre les politiques de Trump contre l’immigration, les réfugiés, les droits civiques et se sont également opposés à la nomination de Stephen Bannon comme conseiller.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...