Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

2 arrestations après une rixe entre la sécurité de l’hôpital Rambam et une famille en deuil

On ignore encore comment les échauffourées ont éclaté à l’hôpital de Haïfa entre les agents de sécurité et les proches d'Iham Abu Saleh

Bagarres entre les parents d'une victime de meurtre et les agents de sécurité à l’hôpital Rambam, à Haïfa, le 9 août 2023. (Crédit : Capture d'écran utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Bagarres entre les parents d'une victime de meurtre et les agents de sécurité à l’hôpital Rambam, à Haïfa, le 9 août 2023. (Crédit : Capture d'écran utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Les proches d’un jeune homme tué par balle à Shfaram mardi ont été impliqués dans de violentes bagarres avec les agents de sécurité de l’hôpital où il avait été transporté.

Deux personnes ont été arrêtées dans le cadre de ces violences, selon la chaîne publique israélienne Kan. La police n’a encore fait aucun commentaire.

Iham Abu Saleh, 19 ans, a été transporté à l’hôpital Rambam de Haïfa après avoir été blessé par balle mardi.

Des images de vidéosurveillance de l’hôpital, diffusées mercredi par Kan, montrent un certain nombre d’hommes se battant contre des agents de sécurité, sans que l’on sache exactement comment l’incident a débuté.

« Les agents de sécurité étaient la dernière ligne [de défense] avant qu’ils ne pénètrent dans la salle de traumatologie, où, outre le décès, d’autres patients dans un état grave sont traités », a déclaré le directeur de la sécurité de l’hôpital, Benny Keller, à la chaîne d’information.

Les cas de violence à l’encontre du personnel des établissements médicaux ne sont pas rares en Israël – en janvier, le personnel des hôpitaux et des dispensaires avait organisé une journée de grève pour protester contre une série d’incidents violents à l’encontre du personnel médical.

Selon Kan, Abu Saleh était connu des services de police et avait déjà été arrêté à Dubaï, soupçonné d’avoir participé à une tentative d’assassinat.

Moins d’un jour après le meurtre d’Abu Saleh, la police a arrêté cinq suspects, dont le chef d’un gang criminel, lors d’une descente dans un appartement à Akko.

Le reportage indique que le meurtre d’Abu Saleh, qui était joueur de football pour une équipe locale, serait lié à une querelle entre deux organisations criminelles.

Ce meurtre s’ajoute à une vague de crimes violents qui continue de ravager la communauté arabe d’Israël, et ce de façon record.

Quelques heures après le meurtre d’Abu Saleh, deux hommes âgés d’une vingtaine d’années ont été tués lors d’une autre fusillade dans la ville de Rahat, à majorité bédouine.

Il s’agissait des 143e et 144e membres de la communauté arabe tués cette année à la suite de la vague de criminalité. En 2022, 116 membres de la communauté arabe ont été tués dans des crimes violents, et un record annuel de 126 membres de la communauté a été atteint en 2021.

Des manifestants défilant avec des cercueils symboliques pour dénoncer les crimes violents commis contre les communautés arabes, dans la ville côtière israélienne de Tel Aviv, le 6 août 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

De nombreux dirigeants de la communauté imputent la vague de crimes à la police qui, selon eux, n’a pas réussi à sévir contre les puissantes organisations criminelles et a largement ignoré la violence. Ils pointent également du doigt des décennies de négligence et de discrimination de la part des services gouvernementaux comme étant la cause première du problème.

Le ministre d’extrême-droite des Finances, Bezalel Smotrich, a été accusé mardi de racisme pour avoir refusé de débloquer des centaines de millions de shekels destinés aux municipalités arabes israéliennes.

Ces fonds, destinés à stimuler l’économie, à moderniser les infrastructures et à lutter contre la criminalité dans les communautés arabes, ont été approuvés par le gouvernement précédent qui comprenait le parti islamiste Raam aux côtés de partis de gauche, centristes et de droite qui s’étaient unis contre leur opposant Benjamin Netanyahu, redevenu Premier ministre.

Par ailleurs, le ministre d’extrême-droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, qui a fait campagne en promettant de renforcer la sécurité publique et dont le ministère supervise la police, est resté largement silencieux sur la montée en flèche de la criminalité.

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans le centre de Tel Aviv dimanche soir pour demander au gouvernement de faire plus pour endiguer la montée en flèche de la violence criminelle dans les communautés arabes.

Les participants ont défilé de la place Habima au Musée de Tel Aviv en portant des cercueils symboliques et en brandissant des pancartes accusant le gouvernement de se contenter de belles paroles au lieu de s’attaquer à la criminalité.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.