Rechercher

2 soldats israéliens interdits d’entrer au mont du Temple

À l'issue d'une visite durant Yom HaAtsmaout, deux membres de la Brigade Kfir en uniforme ont reçu une injonction d'éloignement, après avoir effectué un salut devant le lieu

Un groupe de Juifs israéliens, accompagnés par Yehuda Glick, dans la cour du mont du Temple à proximité de la mosquée Al Aqsa, le 19 novembre, 2013. (Crédit : Sliman Khader / FLASH90)
Un groupe de Juifs israéliens, accompagnés par Yehuda Glick, dans la cour du mont du Temple à proximité de la mosquée Al Aqsa, le 19 novembre, 2013. (Crédit : Sliman Khader / FLASH90)

Deux soldats israéliens sont désormais interdits de se rendre au mont du Temple après avoir rendu hommage à l’endroit où se trouvait à l’époque le Temple juif.

En uniforme et bérets de la Brigade Kfir, les deux soldats se sont rendus sur le mont du Temple à l’occasion de Yom HaAtsmaout. Alors qu’ils passaient à proximité de l’endroit où se trouvait l’Arche du Témoignage, ils ont effectué un salut militaire, selon une confirmation du porte-parole de la police.

À la fin de leur visite, un policier leur a indiqué qu’ils ne pourront plus se rendre sur les lieux. Les soldats ont déclaré au site Israel National News que la police leur a interdit de revenir, en raison de leur hommage.

Le mont du Temple est le lieu le plus saint du judaïsme. Pour les musulmans, ce lieu, appelé Haram al-Sharif, est le troisième lieu saint.

Temple Mount – Yom HaatzmautCredit: Waqf

Posted by Joshua Wander on Tuesday, 2 May 2017

Dans le cadre d’un statu quo fragile qui régit le mont depuis des années, les juifs et non-musulmans peuvent s’y rendre mais n’ont pas le droit d’y prier. Le Waqf, dirigé par la Jordanie, qui a placé des agents palestiniens, gère les lieux saints de l’islam a Jérusalem, mais n’a aucune autorité sur ceux qui entrent sur le mont du Temple. En effet, c’est la police israélienne qui monte la garde.

Plus tard dans la journée de mardi, l’UNESCO a adopté une résolution qui rejette la souveraineté de l’État d’Israël sur Jérusalem.

À l’heure actuelle, la résolution de mardi, contrairement aux résolutions précédentes, ne
désigne pas le mont du Temple exclusivement comme Haram al-Sharif, ni l’esplanade du mur Occidental comme l’esplanade al-Burak, les désignations musulmanes de ces lieux. En réalité, ces lieux ne sont pas mentionnés du tout.

En outre, la résolution 201 EX/PX/DR.30.1 affirme « l’importance de la Vieille Ville de Jérusalem et ses murailles pour les trois religions monothéistes ».

Elle souligne également que le Tombeau des Patriarches à Hébron et le Tombeau de Rachel à Bethléem « revêtent une signification pour le judaïsme, le christianisme et l’islam », bien qu’elle s’y réfère identifiés comme des « sites palestiniens ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...