Rechercher

200 millions de shekels pour financer le premier ordinateur quantique d’Israël

Le ministère de la Défense et l'Autorité de l'Innovation investissent dans la capacité de calcul israélienne vers des progrès en économie, technologie, sécurité, ingénierie et science

Le Quantum System One d'IBM, premier système d'informatique quantique intégré dans le monde. (Crédit : IBM)
Le Quantum System One d'IBM, premier système d'informatique quantique intégré dans le monde. (Crédit : IBM)

L’Autorité israélienne de l’innovation et le ministère de la Défense alloueront environ 200 millions de shekels pour développer le premier ordinateur quantique d’Israël et jeter les bases de la capacité de calcul israélienne, ce qui, selon eux, conduira à des progrès en économie, technologie, sécurité, ingénierie et science.

Selon leur annonce conjointe mardi, le budget financera deux voies parallèles. L’Autorité israélienne de l’innovation se concentrera sur le développement de l’infrastructure pour la capacité de calcul quantique qui, selon elle, pourrait inclure l’utilisation de technologies étrangères. La Direction de la recherche et du développement de la défense (DDR&D) du ministère de la Défense, quant à elle, établira un centre national doté de capacités quantiques qui travaillera avec des partenaires universitaires, industriels et gouvernementaux pour développer un processeur quantique, puis un ordinateur quantique complet.

Pour résumer, les ordinateurs quantiques traitent exponentiellement plus de données que les ordinateurs classiques, en utilisant des bits quantiques, ou qubits, l’unité de base de l’information quantique. Alors que les ordinateurs classiques effectuent des opérations logiques basées sur l’une des deux positions – 1 ou 0, on ou off, up ou down – les ordinateurs quantiques peuvent maintenir les qubits en « superposition », un principe de la mécanique quantique selon lequel ils sont tous deux simultanément. Dans cet état, les ordinateurs quantiques « peuvent passer en revue un grand nombre de résultats potentiels simultanément », selon une explication du MIT Technology Review.

Il y a aussi le concept d’intrication, où des paires de qubits existent dans un seul état quantique. « Les ordinateurs quantiques exploitent les qubits enchevêtrés dans une sorte de guirlande quantique pour faire fonctionner leur magie. La capacité de ces machines à accélérer les calculs à l’aide d’algorithmes quantiques spécialement conçus explique pourquoi leur potentiel suscite tant d’intérêt », selon le magazine.

Photo d’illustration : Un ordinateur quantique. (Crédit : sakkmesterke; iStock by Getty Images)fleve

Le domaine est relativement nouveau et extrêmement complexe, mais les experts affirment que l’informatique quantique peut être extrêmement bénéfique dans des secteurs comme la cyber-sécurité, les matériaux et les produits pharmaceutiques, la banque et la finance, ainsi que l’industrialisation.

Israël compte environ une vingtaine de start-ups et d’entreprises actuellement axées sur les technologies quantiques, dont Quantum Machines, qui a levé 50 millions de dollars en septembre dernier. L’entreprise a été fondée en 2018 et a ensuite développé un langage universel standard pour les ordinateurs quantiques, ainsi qu’une plateforme unique qui les aide à fonctionner.

Les géants de la technologie tels que Google, Microsoft, IBM et Intel font tous la course pour rendre l’informatique quantique plus accessible et construire leurs propres systèmes, tandis que des pays comme la Chine, les États-Unis, l’Allemagne, l’Inde et le Japon versent des millions pour développer leurs propres capacités quantiques.

Selon des projections récentes du marché, la taille du marché mondial de l’informatique quantique devrait avoir été de 487,4 millions de dollars en 2021 et atteindre 3,7 milliards de dollars en 2030.

Illustration. Processeurs d’ordinateurs. Les ordinateurs conventionnels traitent des informations, ou bits, dont chacun peut être soit un zéro, soit un un, dans le langage binaire de l’informatique. En revanche, les bits quantiques, utilisés par les ordinateurs quantiques, peuvent être simultanément un zéro et un. (Crédit : Rost-9D ; iStock by Getty Images)

« L’informatique quantique est une technologie que l’industrie israélienne ne peut ignorer », a déclaré Dror Bin, PDG de l’Autorité israélienne de l’Innovation, dans un communiqué mardi. « L’industrie doit développer des connaissances et un accès à des infrastructures dans lesquelles elle peut développer des moteurs de croissance pour des activités dans lesquelles elle décidera d’être leader. »

Danny Gold, chef de la DDR&D du ministère de la Défense, a déclaré que « l’informatique quantique, à tous les niveaux, semble être une composante future importante de la sécurité de l’État et de sa supériorité technologique ».

« Le démarrage de ce processus dans le cadre du programme national constitue une étape importante vers la réalisation de l’indépendance israélienne dans ce domaine », a-t-il ajouté.

Cette nouvelle initiative s’inscrit dans le cadre du lancement en 2018 du Programme national israélien de science et de technologie quantiques, doté d’un budget de 200 millions de shekels, étendu par la suite à 1,25 milliard de shekels. Le programme a été lancé pour faciliter la recherche quantique pertinente, développer le capital humain dans le domaine, encourager les projets industriels et inviter la coopération internationale en matière de recherche et de développement.

L’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré lors du lancement du programme que celui-ci contribuerait à renforcer la capacité d’Israël à collecter des renseignements. « Ce dont il est question aujourd’hui, c’est de promouvoir Israël en tant que leader mondial de la science de l’information quantique », avait déclaré Netanyahu en 2018.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...