2,2 millions d’élèves israéliens retournent sur les bancs de l’école
Rechercher

2,2 millions d’élèves israéliens retournent sur les bancs de l’école

C'est la fin des vacances d'été, l'année scolaire recommence sans 'drame' et sans les manifestations habituelles des associations de parents et d'enseignants

Des enfants du cours préparatoire dans leur classe de l'école Borohov, à Givatayim , le jour de la rentrée, le 1er septembre 2017. (Crédit :  Miriam Alster/Flash90)
Des enfants du cours préparatoire dans leur classe de l'école Borohov, à Givatayim , le jour de la rentrée, le 1er septembre 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Ce sont plus de 2,2 millions d’élèves et d’adolescents israéliens et un personnel enseignant de 180 000 personnes qui ont repris le chemin de l’école vendredi, jour de la rentrée scolaire 2017-2018.

Alors que les vacances d’été ont touché à leur fin, environ 160 000 enfants sont entrés au cours préparatoire tandis que 123 000 ont abordé leur dernière année de lycée, selon des chiffres du ministère de l’Education.

Le thème national présenté par le ministère de l’Education pour l’année à venir est le 70e anniversaire de l’établissement de l’Etat d’Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu devrait inaugurer l’année scolaire dans une école de la ville de Harish, dans le nord d’Israël.

Dans un établissement de la ville de Maale Adunim, en Cisjordanie, le président Reuven Rivlin a vivement recommandé aux enfants d’apprendre à se respecter les uns les autres.

« Même lorsqu’on ne s’aime pas beaucoup, nous comprenons qu’il faut que nous nous respections les uns les autres et nous devons comprendre le point de vue de l’autre, celui avec lequel nous sommes en désaccord », a dit le président.

Des enfants du cours préparatoire dans leur classe à Maale Adumim, le jour de la rentrée, le 1er septembre 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Des enfants du cours préparatoire dans leur classe à Maale Adumim, le jour de la rentrée, le 1er septembre 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le début de l’année scolaire, habituellement marqué par quelques grèves et manifestations, semble avoir commencé dans le calme et sans perturbations majeures de la part des associations de parents d’élèves ou d’enseignants.

A Tel Aviv, toutefois, des douzaines de parents ont organisé un mouvement de protestation aux abords d’une école où un enseignant avait été accusé de pédophilie. Ils ont appelé le principal à démissionner pour avoir embauché le professeur soupçonné de délits sexuels.

« Il n’y a pas de drame », a tweeté pour sa part le ministre de l’Education Naftali Bennett jeudi soir.

« Il n’y a pas de grèves, c’est calme. Un bon dialogue avec tout le monde ».

Le ministre de l'Education Naftali Bennett accompagne ses enfants à l'école le 1er septembre 2017 (Crédit : Oded Karni/GPO)
Le ministre de l’Education Naftali Bennett accompagne ses enfants à l’école le 1er septembre 2017 (Crédit : Oded Karni/GPO)

Mercredi, Bennett a annoncé un programme de 70 millions de shekels pour améliorer les compétences en anglais chez les élèves israéliens avec l’accent mis sur l’oral.

Ce plan, inititulé « Give me five » en référence au haut niveau d’études en anglais disponible pour les lycéens, permettra l’embauche de plus de 1 000 enseignants supplémentaires et des heures de cours supplémentaires offertes dans cette matière.

A LIRE : Le fossé éducatif entre Juifs et Arabes se referme

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...