3 ados blessés par balles à Rahat dont deux dans un état critique
Rechercher

3 ados blessés par balles à Rahat dont deux dans un état critique

Deux des adolescents sont frères et le troisième est leur cousin ; la police est à la recherche du tireur

La police a Rahat après une fusillade, le 8 avril 2021. (Crédit : police israélienne)
La police a Rahat après une fusillade, le 8 avril 2021. (Crédit : police israélienne)

Trois adolescents ont été blessés par balle dans la nuit de mercredi à jeudi dans la ville bédouine de Rahat.

La police a fait savoir que les jeunes, âgés de 13 à 14 ans, ont été blessés dans le 21e arrondissement de la ville, située au sud du pays.

Les policiers avaient été alertés que deux personnes avaient été blessées par balle et les agents qui sont arrivés sur les lieux ont trouvé deux des adolescents, l’un souffrant de blessures graves et l’autre dans un état modéré, a indiqué la police dans un communiqué.

Après avoir quadrillé le secteur, un troisième garçon a été retrouvé dans un état critique.

La police a Rahat après une fusillade, le 8 avril 2021. (Crédit : police israélienne)

Les trois jeunes ont été transportés à l’hôpital Soroka de Beer Sheva pour y être soignés.

La police a ouvert une enquête impliquant un grand nombre d’officiers ainsi que le soutien aérien d’hélicoptères.

Les ambulanciers du Magen David Adom ont déclaré qu’à leur arrivée sur les lieux, ils ont trouvé deux des garçons allongés dans la rue avec des blessures par balle. Ils ont prodigué les premiers secours et les ont transportés d’urgence à l’hôpital. Le troisième garçon, qui a été retrouvé plus tard, a été transporté à l’hôpital dans une ambulance de soins intensifs.

Deux des adolescents sont frères et le troisième est leur cousin, selon le site web Ynet, qui rapporte qu’ils sont tous membres de la famille Abu Shivan.

Une première évaluation a conclu que l’incident n’était pas un affrontement entre clans mais plutôt un problème familial interne.

La semaine dernière, la police a arrêté deux individus suspectés d’être impliqués dans la fusillade mortelle qui a coûté la vie à un Arabe israélien de la ville de Jaljulia.

Muhammad Abdelrazek Ades, 14 ans, est mort pendant la fusillade et Mustafa Osama Hamed, 12 ans, a été grièvement blessé.

Des Arabes israéliens et des militants protestent contre le meurtre de l’adolescent Mohammed Adas, à Jaljulia, le 12 mars 2021. (Flash90)

Les deux jeunes ont essuyé des tirs dans la ville de Jaljulia, dans le centre d’Israël. Ils étaient assis à 100 mètres seulement d’un commissariat de police au moment de l’attaque, selon un reportage diffusé le mois dernier.

L’attaque a suscité une nouvelle vague d’indignation concernant les violences au sein de la communauté arabe israélienne. Ades est le 23e Arabe israélien, cette année, à mourir dans des circonstances violentes et le 3e âgé de moins de 20 ans. Le bilan est monté à 28 depuis.

Les forces de l’ordre ont été accusées de négliger les crimes violents dans les communautés arabes – une accusation qui se trouve mise en exergue par ces tirs qui se sont produits aux abords même d’un commissariat.

Le crime organisé est largement considéré comme le catalyseur de la propagation des violences dans les villes et villages arabes. Les Arabes israéliens dénoncent la police qui, disent-ils, ne parvient pas à réprimer les organisations criminelles puissantes.

Plus de 90 % des fusillades survenues en Israël l’année dernière ont eu lieu dans des communautés arabes, selon la police. Les Arabes israéliens représentent environ un cinquième de la population du pays.

Selon l’organisation à but non lucratif Abraham Initiatives, 28 Arabes ont été tués violemment en Israël depuis le début de l’année 2021. Six ont été tués par la police, tandis que 22 ont été tués dans le contexte d’une activité criminelle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...