Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

4 arrestations lors du démantèlement d’un avant-poste illégal en Cisjordanie

La police va ouvrir une enquête sur le supérieur qui a menacé des résidents pendant les échauffourées ; les occupants décrient l'action du gouvernement

Les forces de sécurité évacuant un avant-poste illégal de Cisjordanie, "Sde Givat Yonatan", le 27 septembre 2023. (Crédit : Capture d'écran d'une vidéo Twitter ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Les forces de sécurité évacuant un avant-poste illégal de Cisjordanie, "Sde Givat Yonatan", le 27 septembre 2023. (Crédit : Capture d'écran d'une vidéo Twitter ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Les forces de sécurité ont évacué un avant-poste illégal de Cisjordanie mercredi matin, ce qui a suscité un tollé parmi les résidents d’implantations activistes et chez au moins un membre radical de la coalition, qui comprend certains des plus ardents partisans du mouvement pro-implantations.

Quatre résidents d’implantations ont été arrêtés au cours d’échauffourées avec des dizaines d’agents de la police des frontières et du personnel de l’Administration civile arrivés pour procéder à l’évacuation de l’avant-poste, connu sous le nom de Givat Sde Yonatan, près de l’implantation de Maale Mikhmash.

Le commandant présent sur place, Miki Biton, a été filmé en train de dire à un habitant : « Si vous vous approchez [de moi] encore une fois, je vous déchire en huit [morceaux] ». Il a ensuite indiqué, sur un ton moqueur, à l’activiste qui a filmé la remarque qu’il n’avait rien contre le fait d’être filmé.

La police a déclaré dans un communiqué que les actions du policier n’étaient pas conformes à ses principes et qu’elles feraient l’objet d’une enquête.

Des responsables anonymes de la sécurité ont déclaré à la Douzième chaîne que l’évacuation a été effectuée parce que les bâtiments ont été construits sur des terres palestiniennes privées.

Les habitants de l’avant-poste ont déclaré qu’en plus de la démolition de leurs maisons, une bergerie a été détruite et du matériel a été confisqué.

« Au cours de l’évacuation, la police a exercé des violences contre des dizaines d’habitants de la région venus protester contre la destruction », peut-on lire dans une déclaration des activistes de l’avant-poste, qui affirment que l’une des personnes arrêtées a été frappée par la police.

Le communiqué précise que pendant l’évacuation, « les Arabes du village de Deir Dibwan, de l’autre côté de la route, qui tentent par tous les moyens d’évacuer la colline stratégique, ont célébré avec des acclamations joyeuses le fait que quelqu’un fasse le travail à leur place ».

La déclaration dénonce ensuite le gouvernement, « élu avec les voix des résidents d’implantations et du peuple de droite afin de mettre fin à la politique de persécution des implantations et de fermer les yeux sur la prise de contrôle par les Arabes ».

« Tout législateur ou ministre qui reste silencieux ce matin face à ces images choquantes est un complice à part entière du crime », a-t-il ajouté.

L’évacuation de Givat Sde Eliyahu est la troisième fois que le gouvernement actuel de Netanyahu évacue un avant-poste.

La députée d’extrême-droite Limor Son Har-Melech (Otzma Yehudit) a publié des images de la scène sur X – anciennement Twitter –  avec la légende : « Quoi de neuf, Bezalel Smotrich ? »

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich (HaTzionout HaDatit), qui est également ministre délégué au ministère de la Défense et qui a autorité sur les questions civiles en Cisjordanie, aurait probablement dû approuver le déménagement, malgré sa position en faveur de l’expansion de la présence juive et son plaidoyer pour l’annexion de la Cisjordanie. Mercredi après-midi, il n’avait pas encore commenté cette décision.

Le mois dernier, les forces de sécurité ont évacué Aira Shahar, un avant-poste illégal situé près de l’implantation de Kochav HaShahar.

Une source proche de Smotrich, qui a approuvé cette décision, avait déclaré à l’époque que le terrain sur lequel l’avant-poste était construit était catégoriquement une terre palestinienne privée, ce qui signifie qu’il aurait été totalement impossible de légaliser l’avant-poste.

En janvier, dans les premières semaines du mandat du gouvernement, les forces avaient évacué l’avant-poste d’Or Chaïm sur ordre du ministre de la Défense Yoav Gallant, ce qui avait alors déclenché un conflit avec Smotrich.

Alors que la majorité de la communauté internationale considère toutes les implantations comme illégales, Israël fait une distinction entre les maisons construites et autorisées par le ministère de la Défense sur des terres appartenant à l’État, et les avant-postes illégaux construits sans les autorisations nécessaires, souvent sur des terres palestiniennes privées. Toutefois, les avant-postes sont parfois établis avec l’approbation tacite de l’État, et les gouvernements successifs ont cherché à légaliser au moins quelques-unes de la centaine de communautés non reconnues.

Jeremy Sharon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.