44 000 cas de violence sur des enfants, selon le ministère des Affaires Sociales
Rechercher

44 000 cas de violence sur des enfants, selon le ministère des Affaires Sociales

Les 3/4 des auteurs présumés sont des membres de la famille ; une victime sur cinq présente des besoins particuliers

Une infirmière porte dans ses bras la petite victime présumée de sa mère, à Jérusalem, le 26 juillet 2009. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)
Une infirmière porte dans ses bras la petite victime présumée de sa mère, à Jérusalem, le 26 juillet 2009. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)

Les travailleurs sociaux ont reçu environ 44 000 plaintes portant sur des violences physiques, sexuelles ou psychologiques commises sur des enfants l’année dernière, selon un rapport publié jeudi par le ministère des Affaires Sociales et des Services Sociaux.

Près d’un quart des signalements effectués concernaient des violences physiques et 11 % des abus de type sexuel. Un tiers des plaintes déposées était relative à des négligences.

Une victime sur cinq présente des besoins particuliers. Et parmi ces mêmes enfants, les trois quart souffrent de difficultés mentales ou psychologiques, et 11 % sont catégorisées comme étant d’une intelligence limitée.

Trois sur quatre des auteurs de violence présumés figurent parmi les membres de la famille, affirme le rapport.

Un parent soupçonné d'abus sur un enfant au tribunal de Tel Aviv, le 4 novembre 2013. (Crédit : Roni Schutzer/Flash90)
Un parent soupçonné d’abus sur un enfant au tribunal de Tel Aviv, le 4 novembre 2013. (Crédit : Roni Schutzer/Flash90)

Environ 1 700 enfants ont été enlevés à leurs familles par des ordonnances du tribunal, tandis que dans 1 300 cas, les juges ont réclamé le maintien de l’enfant au sein du foyer mais sous surveillance par les services sociaux concernés.

Ce phénomène reflète un changement dans l’approche des travailleurs sociaux, qui favorisent davantage le maintien de l’enfant dans son entourage familial, tout en travaillant aux côtés des victimes et de leurs parents.

Le ministre des Affaires Sociales Haim Katz a appelé l’opinion publique à être vigilante face aux signes de détresse des enfants, et à rapporter tout cas suspect aux autorités.

Le rapport note que les méthodes de signalement ont récemment changé, ce qui rend difficile une comparaison des chiffres de 2015 avec les années précédentes.

Il présente toutefois une comparaison, affirmant qu’en 2013, il y a eu 50 000 signalements de violence sur enfant, dont 15 500 de violences physiques, 6 000 concernant des abus sexuels et 12 000 portant sur des négligences.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...