5 soldats arrêtés pour avoir laissé entrer illégalement des Palestiniens en Israël
Rechercher

5 soldats arrêtés pour avoir laissé entrer illégalement des Palestiniens en Israël

Les soldats auraient accepté des dizaines de milliers de shekels et de la drogue pour fermer les yeux au checkpoint

Checkpoint du camp de réfugiés de Shuafat, à l'est de Jérusalem, le 22 décembre 2015. Illustration. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Checkpoint du camp de réfugiés de Shuafat, à l'est de Jérusalem, le 22 décembre 2015. Illustration. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Cinq soldats israéliens ont été arrêtés mardi. Ils sont soupçonnés d’avoir accepté des pots-de-vin pour permettre à des Palestiniens sans permis d’entrer en Israël.

Les cinq soldats servaient tous au checkpoint Teenim, entre Israël et la Cisjordanie, près de la ville de Tulkarem. La Dixième chaîne a annoncé que l’un d’eux était le commandant du checkpoint.

Les soldats auraient accepté des dizaines de milliers de shekels et des drogues fournis par un Arabe israélien pour fermer l’œil sur les Palestiniens entrant illégalement en Israël. L’homme, Ziyad Hadija, qui habite dans la ville arabe israélienne voisine de Qalansawe, est soupçonné par la police de diriger les entrées illégales de Palestiniens non autorisés.

Hadija a également été arrêté pour son implication dans l’affaire, ainsi que Fadi Hantash, un Palestinien qui habite à Tulkarem et qui, selon la police, menait les Palestiniens non autorisés au checkpoint de Teenim, d’où Hadija assurait leur entrée en Israël en corrompant les soldats soupçonnés.

Le checkpoint Teenim, entre Israël et la Cisjordanie. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Le checkpoint Teenim, entre Israël et la Cisjordanie. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

L’avocat de Hadija a déclaré à la Deuxième chaîne que son client démentait toutes les charges portées à son encontre.

Hantash a été arrêté la semaine dernière à son domicile, près de Tulkarem.

L’enquête, qui a été menée par la police israélienne et par la police militaire, a été ouverte quand une unité de la police des frontières a reçu une information concernant l’entrée illégale de Palestiniens dans le pays.

Les enquêteurs ont travaillé pendant six mois sous couverture au checkpoint Teenim, où ils ont observé comment les Palestiniens passaient en Israël, et comment les soldats recevaient des pots-de-vin en argent et en drogue. Certains soldats sont allés jusqu’à ouvrir un compte en banque sur lequel Hadija déposait l’argent.

L’interrogatoire des suspects sera probablement terminé dans les prochains jours. Les soldats, Hantash et Hadija seront ensuite inculpés, selon la Deuxième chaîne.

En août, le chef d’Etat-major Gadi Eizenkot a déclaré qu’entre 50 000 et 60 000 Palestiniens entraient illégalement en Israël chaque jour pour travailler en exploitant les faiblesses de la barrière de sécurité entre Israël et la Cisjordanie.

Le chef de l’armée avait ajouté que plus de 40 % des attaques terroristes commises depuis octobre 2015 étaient d’une manière ou d’une autre liées à des Palestiniens entrés illégalement en Israël.

Des Palestiniens entrent en Israël en passant par un trou de la clôture de sécurité avec la Cisjordanie, le 7 juillet 2016. (Crédit : Wisam Haslamoun/Flash90)
Des Palestiniens entrent en Israël en passant par un trou de la clôture de sécurité avec la Cisjordanie, le 7 juillet 2016. (Crédit : Wisam Haslamoun/Flash90)

En juin dernier, Muhammad et Khalid Muhamra, deux cousins de Yatta, dans le sud de la Cisjordanie, ont tué quatre Israéliens dans une attaque à main armée au populaire marché Sarona de Tel Aviv. Ils étaient entrés illégalement en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...