Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

5 suspects traduits en justice pour le saccage d’un village palestinien

Les suspects, dont un soldat qui n'était pas en service, seraient impliqués dans l'attaque d'Umm Safa et seraient en contact étroit avec des proches de Ben Gvir et Smotrich

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Une capture d'écran d'une vidéo montrant des résidents d'implantations tirant sur le village d'Umm Safa en Cisjordanie, le 24 juin 2023. (Crédit : Capture d'écran/Twitter - Utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une capture d'écran d'une vidéo montrant des résidents d'implantations tirant sur le village d'Umm Safa en Cisjordanie, le 24 juin 2023. (Crédit : Capture d'écran/Twitter - Utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Cinq suspects ont été présentés pour une audience lundi au tribunal de première instance de Jérusalem après avoir été arrêtés à la suite d’une violente attaque contre un village palestinien en Cisjordanie, a déclaré la police israélienne lundi.

Plusieurs dizaines d’Israéliens extrémistes se sont déchaînés samedi dans le village d’Umm Safa, incendiant des véhicules et des maisons et ouvrant le feu, au cinquième jour d’attaques visant des civils palestiniens. Ces violentes attaques interviennent après une fusillade terroriste palestinienne survenue mardi dernier et au cours de laquelle quatre Israéliens ont été tués à l’extérieur de l’implantation d’Eli.

Sur les cinq personnes arrêtées, trois étaient des adultes et deux des mineurs, a indiqué la police.

L’un d’entre eux était un soldat qui n’était pas en service et qui, selon l’armée israélienne, a été arrêté par la police après les émeutes et remis à l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet pour un interrogatoire plus approfondi.

Quatre autres suspects ont été arrêtés pour des émeutes survenues avant samedi. Ils ont été interrogés par l’agence de sécurité Shin Bet, et leur détention provisoire a été prolongée dimanche avec la présence au tribunal de Limor Son Har-Melech, députée d’Otzma Yehudit.

Certains de ces extrémistes, communément appelés « Jeunes des collines« , sont également en contact étroit avec des confidents de membres de la Knesset et de ministres d’extrême droite, tels que le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir et le ministre des finances Bezalel Smotrich, a rapporté lundi le site d’information Ynet.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.