Rechercher

6e mois de conflit en Ukraine ; Moscou dit avoir visé des cibles militaires à Odessa

L'Ukraine a accusé Poutine d'avoir "craché au visage" de l'ONU et de la Turquie et de compromettre la mise en œuvre de l'accord visant à permettre le transport de céréales

Des pompiers enlèvent les débris d'un bâtiment résidentiel endommagé par une frappe aérienne russe dans la ville de Serhiivka, au sud-ouest d'Odessa, en Ukraine, le 2 juillet 2022. (Crédit : Maxim Penko/AP)
Des pompiers enlèvent les débris d'un bâtiment résidentiel endommagé par une frappe aérienne russe dans la ville de Serhiivka, au sud-ouest d'Odessa, en Ukraine, le 2 juillet 2022. (Crédit : Maxim Penko/AP)

L’invasion russe de l’Ukraine est entrée dimanche dans son sixième mois, au lendemain de frappes sur le port d’Odessa qui menacent l’application de l’accord sur la reprise des exportations des céréales bloquées par la guerre.

Moscou a assuré dimanche avoir détruit la veille dans ce port, vital pour le commerce des céréales ukrainiennes, un bâtiment de guerre ainsi que des missiles fournis par les Etats-Unis.

« Des missiles de haute précision et de longue portée tirés de la mer ont détruit un navire militaire ukrainien à quai et un stock de missiles antinavires Harpoon livrés par les Etats-Unis au régime de Kiev », a déclaré le ministère russe de la Défense.

« Une usine de réparation et de modernisation de navires de l’armée ukrainienne a aussi été mise hors d’usage », a-t-il poursuivi dans un communiqué.

Plus tôt, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, avait affirmé qu’une « vedette militaire » ukrainienne avait été détruite dans cette attaque.

« Des missiles Kalibr ont détruit des infrastructures militaires du port d’Odessa, avec une frappe de haute précision », a-t-elle assuré.

L’AFP n’a pas été en mesure de confirmer de source indépendante les déclarations russes.

Après les tirs sur Odessa, l’Ukraine a accusé Vladimir Poutine d’avoir « craché au visage » de l’ONU et de la Turquie et de compromettre la mise en œuvre de l’accord signé vendredi à Istanbul pour à nouveau permettre le transport en mer Noire des céréales immobilisées par le conflit.

Des grains de blé dans un entrepôt d’une ferme près d’Izmail, dans la région d’Odessa, en pleine invasion russe de l’Ukraine, le 14 juin 2022. (Crédit : Oleksandr GIMANOV/AFP)

Samedi, la Russie avait pourtant démenti auprès d’Ankara avoir été impliquée dans ce bombardement.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie – deux pays qui assurent notamment 30% des exportations mondiales de blé – a conduit à une flambée des cours des céréales et des huiles, qui a en particulier durement frappé le continent africain.

Pas de répit sur le front

La guerre en Ukraine ne connaît pas de répit sur les fronts de Mykolaïv (sud), dans la région de Kharkiv (nord-est), la deuxième plus grande ville de ce pays, dans celle de Kherson (sud) et dans les deux territoires séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk, dans l’est, selon la présidence ukrainienne.

« Mykolaïv a de nouveau été bombardée » dimanche matin après avoir été visée la veille au soir soir par « quatre missiles de croisière de type Kalibr », qui ont fait cinq blessés dont un adolescent et endommagé plusieurs immeubles, a-t-elle ajouté.

Elle a également fait état de bombardements dans la région de Kharkiv, où « plusieurs bâtiments d(habitation ont été endommagés et des bâtiments résidentiels incendiés ».

Dans la région de Kherson, largement occupée par les troupes russes, les Ukrainiens affirment amplifier leur contre-attaque.

Des pompiers éteignent un incendie dans le port après une attaque de missiles russes à Odesa, en Ukraine, samedi 5 juin 2022. (Crédit : Bureau de presse de la mairie d’Odesa via AP)

« Nous pouvons parler de retournement de situation sur le terrain. Au cours des récentes opérations, ce sont les forces armées ukrainiennes qui ont eu l’avantage », a assuré dimanche le conseiller du chef de l’administration militaire régionale fidèle à Kiev, Sergiy Khlan.

« Notre armée avance franchement, nous passons d’une phase défensive à une contre-offensive », a-t-il ajouté, promettant que la région « sera définitivement libérée d’ici à septembre et que tous les plans des occupants échoueront ».

Les Russes se sont emparés le 3 mars de Kherson, la première grande ville ukrainienne à être tombée entre leurs mains depuis le déclenchement de leur offensive le 24 février.

Dans ce contexte, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé dimanche soir ses compatriotes à « être unis et à travailler ensemble pour la victoire », avant de « célébrer pour la première fois le Jour de la souveraineté de l’Ukraine, le 28 juillet ».

« Guerre contre l’unité de l’Europe »

Son homologue allemand, Frank-Walter Steinmeier, a quant à lui estimé que la guerre russe en Ukraine était aussi « une guerre contre l’unité de l’Europe ».

« Nous ne devons pas nous laisser diviser, nous ne devons pas laisser détruire la grande œuvre d’une Europe unie que nous avons entamée de manière si prometteuse », a-t-il lancé.

La Corée du Nord, qui vient de reconnaître officiellement les deux régions séparatistes prorusses autoproclamées de l’est de l’Ukraine, a pour sa part accusé les Américains de fabriquer des armes biologiques en Ukraine, faisant écho à une accusation déjà formulée par Moscou et rejetée par l’ONU en mars.

Les Etats-Unis ont « installé de nombreux laboratoires biologiques dans des dizaines de pays et de régions, dont l’Ukraine, au mépris des traités internationaux », a écrit l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA, faisant référence à des éléments « détectés » par la Russie.

Washington et Kiev réfutent de leur côté l’existence d’installations destinées à produire des armes biologiques en Ukraine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...