À Montréal, lutte contre les bus scolaires hassidiques avec des badges jaunes
Rechercher

À Montréal, lutte contre les bus scolaires hassidiques avec des badges jaunes

Les groupes juifs dénoncent l'« horrible » utilisation de ces emblèmes ; les porteurs du badges affirment qu’ils représentent les autobus scolaires qui entravent la circulation

Illustration : Un juif ultra-orthodoxe marche devant un autobus scolaire juif, qui a un signe yiddish sur le devant, dans le quartier de Borough Park à Brooklyn, le 1er janvier 2014 (Crédit : Nati Shohat / Flash90)
Illustration : Un juif ultra-orthodoxe marche devant un autobus scolaire juif, qui a un signe yiddish sur le devant, dans le quartier de Borough Park à Brooklyn, le 1er janvier 2014 (Crédit : Nati Shohat / Flash90)

MONTRÉAL — Des tensions qui durent depuis plusieurs décennies dans un quartier de Montréal entre les Juifs hassidiques et leurs voisins ont à nouveau pris une autre tournure après que certains de ces derniers ont arboré des insignes jaunes qui rappelaient ceux que les Juifs avaient été forcés de porter durant l’ère nazie.

Les huit manifestants présents lors d’une réunion du Conseil de l’arrondissement d’Outremont lundi, avec à leur tête Ginette Chartre, ont déclaré que les insignes rectangulaires qu’ils portaient symbolisaient les autobus scolaires jaunes hassidiques, qui selon les résidents, entravent régulièrement la circulation dans leurs rues.

Mais le symbolisme des badges jaunes épinglés aux vêtements n’est pas passé inaperçu aux yeux des résidents et des groupes juifs indignés.

La personne qui a conçu une telle protestation n’a aucune connaissance de l’histoire, ou si elle comprenait, elle aurait sûrement réalisé que c’était une façon horrible d’exprimer son opinion », a déclaré Steven Slimovitch de Bnai Brith Canada.

Le rabbin Reuben Poupko du Centre pour les affaires juives et israéliennes a déclaré : « Certains habitants de l’arrondissement semblent déterminés à semer la discorde à Outremont, bien que des progrès significatifs aient été réalisés ces derniers mois en termes de relations de bon voisinage et d’harmonie sociale. »

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a également donné son avis sur le conflit entre les autobus, déclarant dans un communiqué : « je trouve inacceptable de lancer une action politique contre les enfants ».

Chartre, cependant, semblait ne pas être d’accord avec les critiques et s’est demandé : « Devrions-nous changer la couleur des bus scolaires maintenant, car cela rappelle aux [Juifs] leur passé ? ».

Environ le quart des 25 000 résidents de l’arrondissement d’Outremont est hassidique, qui comprend l’une de ses quatre conseillers, Mindy Pollak.

Au fil des ans, les deux communautés ont eu des différends sur des questions allant de la répartition du territoire à la légalité des synagogues hassidiques au stationnement pendant les fêtes juives.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...