Abbas à Netanyahu : tenez compte de Trump et gelez les implantations
Rechercher

Abbas à Netanyahu : tenez compte de Trump et gelez les implantations

Alors que le président américain ne favorise pas nécessairement la solution à 2 états, le chef de l'AP, lui, réaffirme son engagement envers cette formule

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Le président américain Donald Trump, le 3 février 2017 (à gauche), et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 30 janvier 2017. (Crédits :  Mandel Ngan/AFP ; Zacharias Abubeker/AFP)
Le président américain Donald Trump, le 3 février 2017 (à gauche), et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 30 janvier 2017. (Crédits : Mandel Ngan/AFP ; Zacharias Abubeker/AFP)

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré mercredi qu’il continuera à travailler avec l’administration américaine pour faire progresser la solution à 2 États. Il a également exhorté Israël à prendre en compte l’appel de Trump à geler les constructions dans les implantations.

Trump a rejeté l’engagement des États-Unis dans la solution à 2 États, comme moyen de résoudre le conflit israélo-palestinien, aux côtés du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dans une conférence de presse conjointe à la Maison Blanche.

« Je regarde [la solution à] deux États et [la solution à] un État et si Israël et les Palestiniens sont contents, je suis content avec la solution qu’ils préfèrent. Les deux me conviennent », a-t-il dit, manifestant sa réceptivité à l’appel de Netanyahu a une approche régionale qui conduirait à l’amélioration des relations entre Israël et les pays arabes.

« Les États-Unis encourageront la paix, et un bel accord de paix », a déclaré Trump avant d’ajouter que cette question « est très importante pour moi, à titre personnel ».

À un autre moment de la conférence de presse, Trump a également lancé un avertissement à Netanyahu, sur le ton de la plaisanterie, sur les constructions dans les implantations en Cisjordanie, et s’est tourné vers le Premier ministre en disant : « J’aimerais que vous ralentissiez dans les implantations pour un moment ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avec le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche le 15 février 2017. (Crédit : AFP/SAul Loeb)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avec le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche le 15 février 2017. (Crédit : AFP/SAul Loeb)

En réaction à ces propos, Abbas a déclaré que Netanyahu doit « répondre à la requête de Netanyahu et de la communauté internationale, et interrompre les activités d’Israël dans les implantations, et notamment à Jérusalem-Est », selon un communiqué de son cabinet.

Le dirigeant palestinien a réaffirmé son engagement envers la solution à 2 États, « vivant en paix aux côtés de l’État d’Israël sur les frontières de juin 1967 » et exprimé sa « disposition à négocier positivement avec le président américain Donald Trump pour parvenir à la paix ».

« L’insistance dont fait preuve le gouvernement israélien à détruire la solution à 2 États en continuant à construire dans les implantations et à imposer des conditions sur le terrain ne conduira qu’à davantage d’extrémisme et d’instabilité », a-t-il mis en garde.

Abbas a souligné que le fait que Netanyahu exige de garder le contrôle de la sécurité sur la Vallée du Jourdain, et que les Palestiniens reconnaissent l’État d’Israël « est considéré comme une tentative visant à imposer des conditions sur le terrain et à détruire la solution à 2 États, et de la remplacer par le principe d’un seul État avec deux systèmes, ce qui équivaut à l’apartheid ».

Wasel Abu Yousef, un membre de la Commission exécutive de l’OLP a déclaré au Times of Israel : « je pense qu’il est clair que le président Trump essaye d’adopter la position de Netanyahu, en ce qui concerne l’effacement de la solution à 2 états. Cela détruit toute la stratégie de la précédente administration américaine. »

« En tant que Palestiniens, nous pensons qu’aucune autre solution n’est ni pragmatique ni réaliste », a-t-il dit.

Plus tôt dans la journée, Saeb Erekat, secrétaire général de l’OLP a déclaré que la seule alternative à la solution à 2 États est celle d’un État unique dans lequel tous les Palestiniens auraient le droit de vote.

« Contrairement au plan [du Premier ministre Benjamin] Netanyahu pour un état et deux systèmes, l’apartheid, la seule alternative à deux états démocratiques et souverains sur les lignes de 1967 est un seul état démocratique et laïc avec des droits identiques pour tous, chrétiens, musulmans et juifs, sur toute la Palestine historique », a déclaré Erekat pendant une réunion à Ramallah avec John Bercow, le président de la Chambre des Communes britannique.

John Bercow (Crédit : CC BY SA 3.0)
John Bercow (Crédit : CC BY SA 3.0)

Lorsqu’on lui demande à quels compromis il pense, Trump affirme que les Israéliens « devront faire preuve de souplesse » et devront démontrer l’authenticité de leur engagement vis-à-vis de cet accord. De son côté, les Palestiniens devront cesser l’incitation.

« Je pense que les Palestiniens doivent se débarrasser de cette haine, qu’ils apprennent depuis l’enfance », a-t-il dit. « Ils doivent reconnaitre Israël. Ils le doivent. »

Netanyahu, qui s’est exprimé après Trump, a réitéré ses exigences, notamment sur la reconnaissance d’Israël en tant qu’État juif et sur la démilitarisation, et a accusé Ramallah d’avoir des paroles creuses en ce qui concerne les négociations.

« Je n’ai non seulement pas abandonné ces conditions à la paix, mais elles se sont renforcées », a-t-il dit, maintenant le droit historique des juifs au sol de Cisjordanie, et accusant les Palestiniens de glorifier le terrorisme.

« Nous devons étudier d’autres pistes » pour parvenir à la paix, a-t-il dit. Il a appelé à une approche « à l’échelle régionale » qui inclurait les États arabes. Netanyahu a indiqué que cette initiative serait discutée avec Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...