Abbas appelle le Conseil de sécurité de l’ONU à rejeter le rapport du Quartet
Rechercher

Abbas appelle le Conseil de sécurité de l’ONU à rejeter le rapport du Quartet

Le Quartet n'a pas officiellement réagi aux critiques, mais une source impliquée dans la rédaction du rapport y a vu un signe positif

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant un discours pendant un déjeuner de Noël avec des membres de la communauté chrétienne orthodoxe à Bethléem, le 6 janvier 2016 (Crédit : Thomas Coex/AFP)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant un discours pendant un déjeuner de Noël avec des membres de la communauté chrétienne orthodoxe à Bethléem, le 6 janvier 2016 (Crédit : Thomas Coex/AFP)

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a appelé mercredi le Conseil de sécurité de l’ONU à rejeter les conclusions du Quartet sur le Proche-Orient, qui met face à face Israéliens et Palestiniens dans leurs responsabilités sur l’enlisement du conflit.

Dans un rapport publié vendredi, le Quartet -Union Européenne, Russie, Etats-Unis et Nations unies- a exhorté Israëliens et les Palestiniens à renoncer respectivement à la construction dans les implantations et au terrorisme, qui minent les chances de paix et d’une solution à deux Etats.

Ce document de huit pages, qui a pour objectif de relancer un processus de paix dans l’impasse depuis avril 2014, doit être présenté au Conseil de sécurité dans les semaines à venir.

Dans un communiqué, Abbas a ainsi affirmé que ce rapport « ne faisait pas avancer la cause de la paix » et dit espérer que le Conseil de sécurité ne soutiendrait pas ses conclusions. Mais il n’a pas condamné les violences relevées dans le rapport.

Saëb Erekat, numéro deux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a condamné ce qu’il considère être « une tentative de mettre sur le même plan les responsabilités des personnes victimes de l’occupation et la force étrangère d’occupation ».

Saeb Erekat, secrétaire général de l'Organisation de la libération de la Palestine (OLP), à Ramallah le 23 novembre 2015. (Crédit : AFP/Abbas Momani)
Saeb Erekat, secrétaire général de l’Organisation de la libération de la Palestine (OLP), à Ramallah le 23 novembre 2015. (Crédit : AFP/Abbas Momani)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a lui estimé que ce rapport « perpétuait le mythe que les constructions israéliennes en Cisjordanie sont un obstacle à la paix ». « Quand Israël a gelé la colonisation, il n’a pas obtenu la paix », a-t-il fait entre autres valoir dans un communiqué.

Pour lire la réponse exhaustive de Netanyahu au rapport

Quelque 570 000 résidents juifs vivent actuellement en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

 

Le Quartet n’a pas officiellement réagi aux critiques, mais une source impliquée dans la rédaction du rapport y a vu un signe positif.

« Si et le Président Abbas et le Premier ministre Netanyahu ont tous les deux été gênés par ce rapport, c’est qu’il doit contenir quelques vérités qui dérangent », a déclaré à l’AFP cette source qui a demandé à rester anonyme.

Un responsable palestinien a par ailleurs annoncé que l’Autorité palestinienne allait cesser de collaborer avec le Quartet mais continuerait à s’adresser séparément à ses quatre membres.

« Ce n’est pas seulement à cause du rapport, il y a d’autres choses, mais il confirme à quel point le Quartet est inutile », a-t-il confié.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...