Abbas rencontre la famille d’Avera Mengistu et lui propose son aide
Rechercher

Abbas rencontre la famille d’Avera Mengistu et lui propose son aide

Le chef de l'AP a déclaré qu'il allait parler aux parties ayant de l'influence sur le Hamas pour garantir sa libération, selon deux anciens élus israéliens

La famille d'Avraham Abera Mengistu proteste devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 26 juin 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La famille d'Avraham Abera Mengistu proteste devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 26 juin 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas a rencontré mercredi le père d’un Israélien d’origine éthiopienne qui serait détenu par le Hamas et promis de parler aux parties ayant de l’influence sur le groupe terroriste pour garantir sa libération, selon deux anciens députés israéliens ayant assisté à la rencontre organisée à Ramallah.

Au mois de septembre 2014, Avera Avraham Mengistu qui, selon sa famille, est atteint d’une pathologie mentale, avait franchi la frontière avec le nord de la bande de Gaza, depuis la plage de Zikim. Le Hamas l’aurait arrêté après son entrée dans l’enclave côtière.

« Abbas a déclaré qu’il considère le cas d’Avera comme une affaire humanitaire et qu’il ne croit pas en la détention de civils », a déclaré l’ancien député de Hatnua, Shlomo Molla, lors d’un entretien téléphonique avec le Times of Israël. « Il a fait savoir qu’il agira directement et indirectement pour obtenir des informations sur son état et le ramener à sa famille, notamment en travaillant avec les parties ayant de l’influence sur le Hamas ».

Si Abbas et le Hamas sont en conflit depuis des années, le Qatar, la Turquie et l’Égypte ont des liens avec les deux factions, et le président de l’Autorité palestinienne pourrait demander à l’un de ces pays d’intercéder en faveur de Mengistu.

Au mois d’août, le président de l’AP avait promis d’agir pour permettre la libération de l’Israélien, avait déclaré le député Issawi Frej à l’époque.

Ce dernier a expliqué qu’Abbas avait fait cette promesse lorsque lui et Noa Rothman, candidate pour le Camp démocratique, l’avaient rencontré dans son bureau de Ramallah.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas rencontre la famille d’Avera Mengistu, le 11 septembre 2019. (Crédit : Wafa)

Shlomo Molla, qui a quitté la Knesset en 2013, a également indiqué que le dirigeant espérait apporter à la famille Mengistu des informations sur Avera dans les jours à venir.

En plus de Mengistu, le Hamas détiendrait en captivité un autre civil israélien — Hisham al-Sayed, un Bédouin qui aurait été arrêté après avoir traversé la frontière et qui souffrirait lui aussi d’une maladie mentale, selon sa famille – ainsi que les dépouilles de deux soldats israéliens morts pendant la guerre de Gaza en 2014, Hadar Goldin et Oron Shaul.

L’ancien parlementaire israélien a ajouté que la famille de Mengistu avait demandé à rencontrer Abbas après avoir été très frustré de la façon dont Israël gérait le cas d’Avera.

« La famille a placé sa confiance dans le gouvernement israélien ces cinq dernières années, mais a vu qu’ils ne faisaient rien. Ils ont donc demandé à rencontrer Abbas pour qu’il intercède en leur faveur », a-t-il déclaré, avant de préciser qu’il avait organisé cette rencontre avec l’ancien député Taleb el-Sana.

Avera Avraham Mengistu, non datée. (Crédit : famille Mengistu via AP)

L’agence de presse Sana a confirmé les propos de Molla.

Iyeli Mengistu, le père d’Avera, et Ilan, son frère, ainsi que sept personnes de la communauté israélo-éthiopienne, ont assisté à la rencontre à Ramallah.

Molla a ajouté qu’Abbas avait semblé ému par la demande de la famille de Mengistu et qu’il allait prendre des mesures pour faire rapatrier Avera en Israël.

« Nous pouvions voir qu’il était touché. Il a dit au père d’Avera qu’il veut faire revenir le sourire sur son visage et sur celui de tous les membres de la communauté éthiopienne », a-t-il fait savoir.

Après la capture du soldat israélien Gilad Shalit en 2006, Abbas avait assuré à de nombreuses reprises qu’il œuvrait en faveur de sa libération. Gilad Shalit avait finalement été libéré par le Hamas en 2011 en échange de la libération de plus d’un millier de prisonniers palestiniens par Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...