Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

ADL : De nombreux campus américains échouent à lutter contre l’antisémitisme – étude

Sur 85, seuls deux établissements supérieurs reçoivent la note "A", tandis que toute l'Ivy League, à l'exception du Dartmouth College, se voit attribuer la note "D" ou "F"

Des étudiants pro-palestiniens participant à une manifestation sur le campus de l'Université Columbia, à New York le 14 novembre 2023. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)
Des étudiants pro-palestiniens participant à une manifestation sur le campus de l'Université Columbia, à New York le 14 novembre 2023. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)

L’Anti-Defamation League (ADL) a constaté que de nombreux établissements d’enseignement supérieur américains de premier plan ne parviennent pas à lutter contre l’antisémitisme, dans un rapport sur l’antisémitisme dans les campus publié jeudi.

C’est la première fois qu’un tel rapport est publié. L’ADL « a examiné 85 établissements et leur a attribué des notes allant de A à F, afin de donner aux dirigeants des campus, aux parents, aux étudiants, aux anciens élèves et aux parties prenantes un mécanisme permettant d’évaluer l’état de l’antisémitisme sur les campus et la manière dont les écoles à travers le pays y répondent ».

L’ADL a déclaré que la sélection des écoles représentait les meilleurs collèges nationaux et d’arts libéraux, ainsi que les écoles comptant le plus grand nombre d’étudiants juifs.

Notamment, les deux seules établissements à avoir reçu la note A sont l’Université Brandeis et l’Université Elon. 17 écoles ont reçu la note B, 29 la note C, 24 la note D et 13 la note F.

Parmi les principales écoles ayant reçu une note insuffisante figurent le Massachusetts Institute of Technology (MIT), l’Université de Harvard, l’Université de Princeton, l’Université de Tufts et l’Université de Caroline du Nord – Chapel Hill. Sur les huit écoles de l’Ivy League, seul le Dartmouth College a obtenu la note « passable » de C.

« Chaque campus devrait obtenir un A – ce n’est pas une inflation des notes, c’est le minimum que chaque groupe sur chaque campus attend. Comme tous les étudiants, les étudiants juifs méritent de se sentir en sécurité et soutenus sur le campus. Ils méritent un environnement d’apprentissage exempt d’antisémitisme et de haine. Mais cela n’a pas été le cas, l’antisémitisme sévissant sur les campus avant même le 7 octobre », a déclaré Jonathan Greenblatt, directeur-général de l’ADL.

Des étudiants participant à une manifestation devant le campus de l’Université de Columbia, en novembre 2023. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)

Outre Brandeis et Elon, le rapport souligne que l’Université de Miami, l’Université du Maryland, l’Université du Texas à Austin et l’Université Washington à Saint-Louis ont été « meilleures que la plupart » dans la lutte contre l’antisémitisme.

« À une époque où les incidents antisémites sur les campus atteignent des niveaux historiques, les administrateurs doivent adopter de nouvelles politiques pour lutter contre ce fléau et avoir la volonté d’appliquer les codes de conduite existants afin de garantir la sécurité de tous les étudiants », a déclaré Greenblatt.

Depuis que la guerre entre Israël et le Hamas a éclaté il y a six mois par l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien sur le sud d’Israël le 7 octobre, les campus universitaires des États-Unis ont été le théâtre de protestations et de manifestations dénonçant les actions d’Israël et soutenant les Palestiniens. Les manifestations organisées par les étudiants sont restées largement pacifiques, mais des activités antisémites ont été signalées par des étudiants et des enseignants juifs qui se sont souvent sentis pris pour cible.

Une enquête récente commandée par Hillel International a révélé que l’assaut du 7 octobre a affecté une écrasante majorité de parents juifs et d’étudiants de Terminale dans leur décision d’aller à l’université. De nombreuses familles ont écarté des écoles en raison de préoccupations liées à l’antisémitisme, selon l’enquête, et une proportion relativement faible mais significative – 19 % – a déclaré qu’elle envisageait de renoncer purement et simplement à l’enseignement supérieur pour ses enfants. »En parcourant le pays, j’entends des familles juives se demander constamment où elles enverront leurs enfants à l’université », a déploré Greenblatt en commentant le rapport de son organisation.

« La direction des établissements scolaires doit procéder à de sérieux changements pour soutenir les communautés juives sur leur campus ; nous n’en attendons pas moins. Avec le rapport, nous fournissons des lignes directrices et des ressources sur la façon dont les écoles peuvent améliorer le climat sur le campus et donc améliorer leurs notes, et nous sommes impatients de travailler avec eux et d’autres partenaires pour atteindre cet objectif raisonnable. »

L’ADL a consulté un groupe d’experts comprenant des religieux juifs, des présidents et chanceliers d’université actuels et anciens, des responsables d’initiatives contre l’antisémitisme sur les campus et des membres de l’administration des campus lors de l’élaboration de son rapport.

Un important groupe juif libéral américain a exprimé samedi de « sérieuses inquiétudes » au sujet du rapport de l’ADL.

Dans un communiqué, J Street a déclaré que les étudiants affiliés qui fréquentent des universités ayant reçu la note F ou D ont qualifié le rapport « d’absurde », « d’exagéré » et « d’inutile ».

Illustration : Des étudiants chantant et brandissant des pancartes lors d’une manifestation anti-Israël à l’entrée de leur campus du Hunter College, à New York, le 12 octobre 2023. (Crédit : Michael Nigro/Pacific Press/LightRocket via Getty Images/via JTA)

« Nous avons reçu des réponses frustrées dans tout le pays de la part d’étudiants juifs qui trouvent cela profondément improductif et s’indignent de l’absence de consultation. Des étudiants d’universités qui ont reçu des notes F ou D nous ont dit qu’ils trouvaient les classements détachés de la réalité. De nombreux étudiants juifs qui défendent les droits de l’Homme et protestent contre le gouvernement israélien sont également très préoccupés par les définitions qui semblent désigner les activités pro-palestiniennes comme intrinsèquement antisémites », a déclaré Erin Beiner, directrice de J Street U, dans le communiqué.

Beiner a ajouté que le rapport de l’ADL « manque de nuance » et met « trop l’accent sur les activités liées à Israël ».

« Le rapport est déjà utilisé par des groupes de droite qui cherchent à délégitimer les établissements d’enseignement supérieur qui se concentrent sur les initiatives DEI [Diversité, Équité et Inclusion]
, que de nombreux étudiants juifs considèrent comme fondamentales pour soutenir leurs propres communautés et d’autres minorités », a déclaré J Street.

J Street, un lobby libéral israélien doté d’un budget de plusieurs millions de dollars, est le porte-drapeau du mouvement sioniste libéral aux États-Unis.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.