Rechercher
Affaire 4000

Affaire 4 000 : Netanyahu invoque des failles, intente une action en justice

Shaul et Iris Elovitch, les deux autres accusés, ont intenté une action similaire mercredi, alléguant des pressions injustifiées sur des témoins clés de l'État

Le leader de l'opposition, l'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, arrive pour témoigner devant la commission d'enquête sur la catastrophe de Meron, à Jérusalem, le 21 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader de l'opposition, l'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, arrive pour témoigner devant la commission d'enquête sur la catastrophe de Meron, à Jérusalem, le 21 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu a intenté jeudi une action devant le tribunal de district de Jérusalem afin d’annuler les charges retenues contre lui dans l’affaire 4000, affirmant que l’enquête sur l’affaire de corruption comportait de graves failles.

Mercredi, l’ancien propriétaire de Bezeq et Walla, Shaul Elovitch, et sa femme Iris, qui sont aussi accusés avec Netanyahu dans l’affaire 4000, ont intenté une procédure similaire fondée sur les mêmes allégations.

Leur requête fait valoir que de nombreux aspects de l’enquête ont été menés de manière inappropriée, en particulier la manière dont les témoins de l’État ont été recrutés, selon les informations dans la presse israélienne.

Le témoin clé de l’État, Nir Hefetz, un ancien proche de Netanyahu, a déclaré au tribunal qu’il avait été privé de sommeil et de nourriture et été soumis à d’autres formes de pression physique et émotionnelle par la police pendant sa détention, dans un effort des enquêteurs pour le faire témoigner contre celui qui était alors Premier ministre.

En raison de ces failles et d’autres lacunes de l’enquête, le couple Elovitch a fait valoir que les accusations portées contre eux devaient être abandonnées.

L’avocat de Netanyahu, Boaz Ben Tzur, a cité la demande des Elovitch dans sa lettre au tribunal de district de Jérusalem, indiquant que l’ancien Premier ministre souhaitait se joindre à cette requête.

L’homme d’affaires israélien Shaul Elovitch arrive pour une audience dans le procès contre l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu au tribunal de district de Jérusalem, le 2 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ben Tzur a ajouté qu’avant que le tribunal ne délibère sur la motion, il devrait entendre les « enquêteurs de police concernés ».

Netanyahu est jugé dans trois affaires de corruption. Il est accusé de fraude et d’abus de confiance dans les affaires 1000 et 2000, et de corruption, de fraude et d’abus de confiance dans l’affaire 4000. Il n’a cessé de clamer son innocence et affirme que les accusations ont été fabriquées dans le cadre d’un coup politique mené par la police et le ministère public

L’affaire 4000 est considérée comme la plus sérieuse des trois affaires contre l’ancien Premier ministre.

Netanyahu aurait fait avancer des décisions réglementaires en tant que ministre des Communications et Premier ministre qui ont énormément profité à Elovitch, qui était également l’actionnaire majoritaire de Bezeq, la plus grande société de télécommunications du pays, malgré l’opposition des responsables du ministère des Communications.

En échange, il aurait reçu une sorte de contrôle éditorial sur le site d’information Walla, appartenant à Elovitch.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...