Rechercher

Afghanistan: une vingtaine de femmes manifestent à Kaboul pour leurs droits

Depuis leur retour au pouvoir, les talibans ont imposé une série de restrictions, dont une grande partie visent à soumettre les femmes à leur conception intégriste de l'islam

Une Afghane attend de recevoir des rations alimentaires distribuées par un groupe d’aide humanitaire saoudien, à Kaboul, en Afghanistan, le lundi 25 avril 2022. (Crédit : AP Photo/Ebrahim Noroozi)
Une Afghane attend de recevoir des rations alimentaires distribuées par un groupe d’aide humanitaire saoudien, à Kaboul, en Afghanistan, le lundi 25 avril 2022. (Crédit : AP Photo/Ebrahim Noroozi)

Une vingtaine d’Afghanes ont manifesté dimanche à Kaboul aux cris de « Pain, travail, liberté », pour protester contre les restrictions imposées par les talibans aux libertés des femmes en Afghanistan, a constaté l’AFP.

Depuis leur retour au pouvoir en août dernier, les islamistes fondamentalistes ont progressivement rogné les libertés conquises par les femmes ces 20 dernières années, depuis la chute de leur précédent régime (1996-2001).

« L’éducation est mon droit ! Rouvrez les écoles ! », ont aussi scandé les manifestantes, dont beaucoup portaient des voiles couvrant le visage et qui se sont rassemblées devant le ministère de l’Éducation.

Elles ont marché sur quelques centaines de mètres avant d’être stoppées par des talibans en civil, venus pour disperser la manifestation, a constaté un correspondant de l’AFP.

« Nous voulions lire une déclaration mais les talibans ne l’ont pas permis », a déclaré à l’AFP après la marche une participante, Zholia Parsi.

« Ils ont pris les téléphones portables de certaines filles et nous ont également empêchées de prendre des photos ou des vidéos de notre manifestation », a-t-elle ajouté.

Depuis leur retour au pouvoir, les talibans ont imposé une série de restrictions à la société civile, dont une grande partie visent à soumettre les femmes à leur conception intégriste de l’islam.

Ils ont largement exclu les femmes des emplois publics, ont restreint leur droit à se déplacer, et ils ont interdit l’accès des filles au collège et au lycée.

La dernière restriction date de début mai, quand le gouvernement a publié un décret, approuvé par le chef suprême des talibans et de l’Afghanistan, Hibatullah Akhundzada, rendant obligatoire pour les femmes le port du voile intégral en public.

Des femmes afghanes marchent dans le vieux marché alors qu’un combattant taliban monte la garde, au centre-ville de Kaboul, en Afghanistan, le mardi 3 mai 2022. Le samedi 7 mai, les dirigeants talibans de l’Afghanistan ont ordonné à toutes les Afghanes de porter des vêtements de la tête aux pieds en public (Crédit : AP Photo/Ebrahim Noroozi).

Les talibans ont précisé que leur préférence allait à la burqa, ce voile intégral le plus souvent bleu et grillagé au niveau des yeux, mais que d’autres types de voile ne laissant apparaître que les yeux seraient tolérés.

Ils ont aussi estimé qu’à moins que les femmes n’aient de raison pressante de sortir, il était « mieux pour elles de rester à la maison ».

Ces nouvelles mesures ont suscité l’indignation de la communauté internationale.

Vendredi, les talibans ont rejeté l’appel du Conseil de sécurité de l’ONU à revenir sur ces restrictions, jugeant « sans fondement » les inquiétudes exprimées sur ces questions.

Ces deux dernières décennies, les Afghanes avaient acquis des libertés nouvelles, retournant à l’école ou postulant à des emplois dans tous les secteurs d’activité, même si le pays est resté socialement conservateur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...