Rechercher

Agressions sexuelles : Un célèbre animateur de radio ultra-orthodoxe nommé

Au moins six femmes avaient accusé Dudi Shwamenfeld ; L'une d'entre elles a officiellement porté plainte

Dudi Shwamenfeld de la station de radio ultra-orthodoxe Kol Berama, le 1er juillet 2009 (Crédit :  Yaakov Naumi/Flash90)
Dudi Shwamenfeld de la station de radio ultra-orthodoxe Kol Berama, le 1er juillet 2009 (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Dudi Shwamenfeld a été désigné comme l’animateur radio haredi accusé par plusieurs femmes d’abus sexuels.
L’histoire a éclaté au début du mois, lorsqu’il est apparu qu’au moins six femmes avaient accusé l’animateur radio, alors sans nom, d’agression sexuelle. Aujourd’hui, selon le site d’information Ynet, au moins l’une des plaignantes a déposé une plainte officielle auprès de la police contre Shwamenfeld, un vieil animateur de la station de radio populaire Kol Berama qui s’adresse à la communauté ultra-orthodoxe.

La femme, aujourd’hui âgée de 31 ans, a déclaré à Ynet qu’elle avait 19 ans lorsqu’elle a entendu pour la première fois l’émission de radio de Shwamenfeld et qu’elle a décidé d’entrer en contact avec lui via Facebook. « Nous avons commencé à correspondre. À un moment donné, il a suggéré que nous nous rencontrions, mais je ne voulais pas », a-t-elle déclaré. Mais elle raconte que Shwamenfeld l’a convaincue de la rencontrer et lui a « promis que ce serait intéressant ».

Shwamenfeld lui a demandé de le rencontrer dans son appartement de Bnei Brak, a-t-elle affirmé, disant qu’il ne voulait pas être vu en public avec une femme. « Je suis montée chez lui, nous avons parlé un peu… puis il m’a poussée contre le mur de manière très agressive », a-t-elle dit. Elle a dit qu’il l’a embrassée de force et a poussé sa main à l’intérieur de ses sous-vêtements. « J’ai essayé de me débattre, mais il a utilisé son poids pour me bloquer », a-t-elle dit, avant qu’il ne la force à entrer dans sa chambre et ne la coince sur le lit.

« J’ai crié ‘lâche-moi’, mais ça n’a pas aidé », a-t-elle dit à Ynet. « Je suis devenue folle furieuse, je me suis battue contre lui comme dans un film, et il a résisté encore plus ». Elle a dit qu’elle a finalement réussi à se libérer et s’est enfuie dans le salon. Il l’a suivie, a attrapé sa main et l’a forcée à toucher ses parties génitales, selon la femme.

Josiane Paris, 73 ans, bénévole au Tahel Crisis Center for Religious Women and Children, (Centre de crise Tahel pour les Femmes et les Enfants Religieux) est photographiée à Jérusalem le 5 janvier 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Plusieurs autres femmes ont fait part à Ynet, sous couvert d’anonymat, d’allégations d’agressions similaires, dont une qui a déclaré qu’elle avait 16 ans lorsque les abus ont commencé.

Shwamenfeld, qui s’est présenté sans succès à la Knesset en 2015 avec le parti Yachad d’Eli Yishai, aujourd’hui disparu, a nié toute allégation de ce type.

Lundi après-midi, Shwamenfeld figurait toujours sur le site Internet de Kol Berama comme l’un de ses animateurs, mais il n’est pas du tout apparu dans l’émission en 2022. Dans l’épisode du 2 janvier, son co-animateur a déclaré que Shwamenfeld était absent en raison du COVID ; le 12 janvier, le nom de Shwamenfeld avait été retiré de l’intro de l’émission ; et dimanche, une nouvelle intro enregistrée avec le remplaçant de Shwamenfeld a été mise en place.

Les plaintes contre Shwamenfeld ont été rendues publiques, sans le nommer, le 4 janvier. La station de radio n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

A LIRE : Le #metoo de juifs ultra-orthodoxes en Israël

Un avocat de Shwamenfeld a affirmé que les histoires sont fausses et qu’il s’agit d’une tentative pour salir son client et attirer l’attention.

« De telles publications anonymes sont le refuge de tout méchant et de tout lâche », a déclaré l’avocat à Ynet. « La tentation de publier de fausses informations sur mon client est grande, surtout ces jours-ci, lorsque l’attribution des abus sexuels aux ultra-orthodoxes obtient une cote plus élevée que d’habitude. »

L’article concernant Shwamenfeld a été publié pour la première fois quelques jours après le suicide de Chaim Walder, un auteur haredi très populaire, accusé de multiples agressions sexuelles et de viols, y compris sur des mineurs, qui s’est récemment suicidé.

Chaim Walder in 2011 (Crédit : CC BY-SA Yoninah/Wikimedia Commons)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...