Rechercher

Akunis condamné à payer une amende pour avoir qualifié une femme de ‘laide’

Répondant à un commentaire qu'elle avait laissé sur sa page Facebook, le ministre israélien avait aussi dit que Batya Shefi Gottlieb avait une 'opinion écoeurante'

Ofir Akunis (Crédit : CC-BY-SA Shay Hayak/Wikipedia)
Ofir Akunis (Crédit : CC-BY-SA Shay Hayak/Wikipedia)

Le ministre israélien des Sciences et des Technologies Ofir Akunis a été condamné à payer des milliers de shekels jeudi pour avoir calomnié une femme sur Facebook.

En septembre 2016, alors que le ministre, membre du parti du Likud au pouvoir, était en visite officielle aux Etats Unis, Batya Shefi Gottlieb avait publié un commentaire sur sa page Facebook : « Je ne vous y ai pas envoyé alors n’hésitez pas à rester ».

Le ministre avait répondu à son commentaire en écrivant : « Equipe Akunis : Vous êtes une femme sans gêne et laide. Personne ne vous a demandé votre opinion écoeurante ».

Gottlieb, qui souffre de paralysie faciale, selon le site d’informations Walla, avait alors écrit : « Je ne me souviens pas d’avoir écrit quelque chose sur votre apparence. Et si vous ne comprenez pas, sur Facebook, vous n’avez pas besoin de me demander mon opinion. Je la donne librement. »

Elle a traduit Akunis en justice pour diffamation et, sept mois après l’incident, la cour des magistrats de Tel Aviv a condamné le ministre à payer une amende.

Selon la Deuxième chaîne, les registres du Tribunal révèlent qu’Akunis devra payer 12 000 shekels en plus d’un coût de 3 500 shekels. Le bureau du ministre a confirmé que le ministre avait accepté de payer.

Batya Shefi Gottlieb, qui a remporté 16 500 shekels de dommages et intérêts de la part du ministre de la Science  Ofir Akunis (Capture d'écran : Deuxième chaîne)
Batya Shefi Gottlieb, qui a remporté 16 500 shekels de dommages et intérêts de la part du ministre de la Science Ofir Akunis (Capture d’écran : Deuxième chaîne)

« C’est la première fois qu’un ministre en exercice dans le gouvernement israélien est obligé de payer une indemnité sous les termes de la loi de diffamation », a déclaré Guy Ofir, avocat de Gottlieb, à Walla.

« Dans sa défense, [le ministre] a écrit qu’il était entré dans un taxi à New York, qu’il s’était mis en colère l’espace d’un instant et qu’il avait publié cette vulgaire réponse lui-même », explique Ofir. « Même s’il a écrit ‘équipe d’Akunis’ « , il l’a rédigée lui-même ».

Gottlieb a indiqué qu’elle ne désirait pas poursuivre le ministre mais que ses demandes d’excuses étaient restées vaines.

« J’ai attendu pendant des mois des excuses personnelles ou publiques, une condamnation de la part du ministre ou du parti qu’il représente », a-t-elle précisé auprès de Walla. « Je n’ai jamais entendu ni reçu d’excuses ».

Toutefois, immédiatement après l’incident, Akunis avait présenté des excuses publiques lors d’une interview accordée à la radio israélienne.

« Je demande pardon à Madame Gottlieb et j’utilise cette tribune pour le faire », avait-il déclaré. « Je voulais le faire personnellement mais malheureusement, elle a refusé mon appel passé depuis les Etats-Unis… C’était incorrect et si nécessaire, je m’excuse encore en espérant que ce pardon sera accepté ».

Gottlieb a expliqué à la Deuxième chaîne que le bureau d’Akunis l’avait appelée une fois alors qu’elle s’occupait de ses petits-enfants. Elle avait demandé qu’on la rappelle mais n’a plus jamais entendu parler du ministre ou de son bureau.

Un porte-parole du ministre a commenté la décision du tribunal. « La plaignante avait demandé 150 000 shekels. Le tribunal a réclamé l’accord des parties… pour trouver un compromis, et le ministre a accepté. Le ministre sera heureux de faire don de cet argent en faveur de n’importe quel dessein public sioniste qui le mérite et que proposera la plaignante. »

L’avocat de Gottlieb a rejeté l’offre faite par le ministre de donner l’argent à une organisation caritative. « Ce n’est pas une contribution de charité », a dit Ofir. « C’est une indemnisation et il doit la payer. S’il ne le fait pas, nous appliquerons le jugement ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...