Rechercher

Aleph Farms dévoile sa stratégie de remplacement de la vache entière

La société veut proposer des alternatives aux "nombreux et importants sous-produits" de la vache abattue, la viande ne représentait que 30 à 35 % de l'animal, explique le PDG

Illustration d'un prototype de steak produit dans un laboratoire d'Aleph Farms Ltd. à partir de cellules de vaches (Autorisation)
Illustration d'un prototype de steak produit dans un laboratoire d'Aleph Farms Ltd. à partir de cellules de vaches (Autorisation)

Aleph Farms, la première entreprise à cultiver des steaks de bœuf, a annoncé vendredi qu’elle élargissait sa gamme de produits pour inclure une plateforme unique de production de collagène par culture cellulaire. En développant une alternative complète aux animaux dans l’élevage intensif, la stratégie intégrée et hautement différenciée de l’entreprise témoigne de sa vision globale visant à compléter les pratiques d’élevage durables, mais moins productives.

« L’industrie de l’agriculture cellulaire a fait de grandes promesses pour remplacer une grande partie des pratiques d’élevage intensif, qui représentent jusqu’à 70 % de la production mondiale de viande. La viande cultivée ne constitue toutefois qu’une partie de cette solution, car la viande ne représente que 30 à 35 % de la vache abattue. Le reste comprend de nombreux et importants sous-produits. Pour concrétiser notre vision, nous devons également proposer des alternatives aux autres parties animales, notamment les produits à base de collagène, a déclaré Didier Toubia, cofondateur et PDG d’Aleph Farms.

« Se concentrer sur des catégories uniques de produits animaux ne rend pas compte de la complexité de l’écosystème de l’agriculture animale. La transition protéique doit s’appuyer sur une approche systémique pour contribuer avec succès à une transition globale, juste et inclusive de l’agriculture animale. »

Le collagène conventionnel est produit en faisant bouillir et en traitant des peaux et des os de vache, et est largement utilisé dans toute une série d’industries. Le collagène cultivé d’Aleph Farms, breveté, offre les attributs du collagène naturel d’origine animale qui sont inégalés par les alternatives végétales ou fermentées recombinantes.

L’équipe dirigeante d’Aleph Farms, de gauche à droite : Le professeur du Technion Shulamit Levenberg, cofondatrice et conseillère scientifique en chef ; Didier Toubia, cofondateur et PDG ; le Dr Neta Lavon, responsable de la technologie et vice-présidente de la recherche et du développement. (Rami Shalosh)

Aleph Frontiers, une division du centre de recherche d’Aleph Farms, se concentre sur le développement de nouvelles technologies et de nouveaux produits en vue d’une éventuelle commercialisation. En tant que premier produit à émerger de l’incubateur de l’entreprise récemment annoncé, et après 18 mois de recherche en mode furtif par une équipe d’experts, le collagène d’Aleph passe maintenant au stade du développement complet du produit et devrait être lancé en 2024.

« Nous tirons parti des composants clés de notre méthode de production de steaks – y compris nos sources de cellules bovines et notre milieu de croissance sans composants animaux – afin de produire plusieurs types de collagène identiques à la nature directement à partir de cellules de vache, ainsi que l’ensemble de la matrice extracellulaire (MEC) qui comprend une variété de protéines formant des fibres et représente la matrice complète de la peau, des os et des articulations », a déclaré le Dr Neta Lavon, directeur technique et vice-président de la R&D chez Aleph Farms. « Le collagène est la protéine la plus abondante de la MEC et ses bienfaits sont bien connus. »

Cette annonce fait suite à l’expansion de la société dans sa nouvelle usine pilote de production de steaks de bœuf cultivés. Les deux plateformes partagent en grande partie des intrants et des équipements similaires et présentent des synergies opérationnelles et de réduction des coûts.

Aleph Farms cultive des steaks de bœuf à partir de cellules non génétiquement modifiées et non immortalisées, prélevées sur une vache vivante, sans abattre l’animal et avec un impact considérablement réduit sur l’environnement.

L’entreprise a été cofondée en 2017 par Didier Toubia, The Kitchen Hub du Groupe Strauss et le professeur Shulamit Levenberg de la faculté de génie biomédical du Technion – Institut de technologie d’Israël. La vision de l’entreprise est de fournir à tous, à tout moment et en tout lieu, une nutrition de qualité, de manière inconditionnelle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...