Alexandria Ocasio-Cortez : la réduction de l’aide à Israël est « sur la table »
Rechercher

Alexandria Ocasio-Cortez : la réduction de l’aide à Israël est « sur la table »

La Démocrate de New York est critiquée par le Conseil démocrate juif pour avoir déclaré que le caucus avait eu des débats sur le soutien à Israël suite à la réélection de Netanyahu

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

La représentante Démocrate de New York, Alexandria Ocasio-Cortez, lors d'une audience de la Commission des services financiers de la Chambre, le 10 avril 2019 à Washington, DC. (Alex Wroblewski/Getty Images/AFP)
La représentante Démocrate de New York, Alexandria Ocasio-Cortez, lors d'une audience de la Commission des services financiers de la Chambre, le 10 avril 2019 à Washington, DC. (Alex Wroblewski/Getty Images/AFP)

WASHINGTON – La nouvelle représentante démocrate élue au Congrès Alexandria Ocasio-Cortez a récemment déclaré que la réduction de l’aide américaine à Israël devrait être une considération politique au Capitole après la réélection du Premier ministre Benjamin Netanyahu, recevant des reproches des démocrates juifs mais des éloges du groupe de pression de gauche J Street.

Interrogée sur le podcast Skullduggery de Yahoo News sur la question de savoir si la politique américaine à l’égard d’Israël devrait changer à la suite de la promesse faite par le Premier ministre israélien à la veille des élections d’annexer les implantations en Cisjordanie, la législatrice de New York a déclaré que cette question devrait être envisagée et comparée au président américain Donald Trump, suggérant qu’ils partageaient tous deux les mêmes tendances autocratiques.

« Je pense que oui », a dit Ocasio-Cortez. « Je pense que cela fait partie des débats que nous avons dans notre caucus, mais je pense que ce que nous voyons vraiment, c’est une montée de l’autoritarisme à travers le monde. Je pense que Netanyahu est comme Trump. »

Cette interview a été diffusée lundi et enregistrée la veille.

Elle a dit que la réduction de l’aide militaire ou économique à Israël était « assurément sur la table ».

« J’espère jouer un rôle de facilitateur et de soutien dans ce débat », a-t-elle ajouté.

Les États-Unis fournissent à Israël une aide militaire annuelle de 3,8 milliards de dollars, en vertu d’un accord signé par l’ancien président Barack Obama.

Dans les jours qui ont précédé les élections, M. Netanyahu a promis à la télévision d’appliquer progressivement la souveraineté israélienne à toutes les implantations – celles des blocs, ainsi que les implantations isolées, qui comptent quelque 400 000 habitants au total – et il a déclaré vouloir et espérer le faire avec le soutien américain.

On ignore s’il s’agit d’une promesse électorale vide de sens visant à asseoir sa base de droite ou de l’annonce d’une politique qu’il allait véritablement appliquer.

Netanyahu a été réélu la semaine dernière et on s’attend à ce qu’il forme une coalition de droite avec des partenaires qui appuieraient une telle initiative.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’adresse à ses sympathisants alors que les résultats des élections sont annoncés à Tel Aviv, le 9 avril 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Mme Ocasio-Cortez a déclaré qu’il existait « beaucoup de moyens » de répondre à la promesse de Netanyahu et de protéger les droits des Palestiniens, notamment en soutenant un projet de loi qui obligerait le secrétaire d’Etat américain à certifier que les fonds publics américains ne sont pas utilisés pour la détention par Israël des enfants palestiniens en Cisjordanie.

Cette loi, qui a été présentée pour la première fois en novembre 2017, s’intitule Promoting Human Rights by Ending Israeli Military Detention of Palestinian Children Act.

Le Jewish Democratic Council of America [Conseil démocrate juif d’Amérique] l’a critiquée pour avoir lancé l’idée de réduire l’aide à Israël en lui disant de parler aux membres de la Jewish Democratic House ayant un rôle de direction.

« Nous sommes heureux qu’Alexandria Ocasio-Cortez reconnaisse qu’elle n’est PAS un leader sur Israël au Congrès. Nous lui recommandons de prendre contact avec les dirigeants démocrates Eliot Engel, Nita Lowey et Ted Deutch avant d’envisager l’avenir de l’aide militaire américaine à Israël », a déclaré le groupe. « Les liens américano-israéliens doivent l’emporter sur la politique. »

Pourtant, Jeremy Ben-Ami, qui dirige J Street, lui attribue le mérite d’avoir exprimé une opinion « nuancée » sur la politique américaine envers Israël.

« Position nuancée de @AOC à la suite de la promesse d’annexion de Netanyahu : ouvrir la discussion sur les relations américano-israéliennes », a-t-il tweeté. « J Street : Les Etats-Unis peuvent assurer la sécurité israélienne sans financer des activités qui vont à l’encontre des valeurs américaines, des intérêts tels que l’annexion, les démolitions. »

Ocasio-Cortez a critiqué la politique israélienne dans le passé, en particulier son contrôle de la Cisjordanie, et a préconisé la création d’un État palestinien.

« Je crois absolument au droit d’Israël à exister », a-t-elle dit. « Je suis en faveur d’une solution à deux États. »

Elle a également admis qu’elle n’était pas experte en la matière lorsqu’elle a été interrogée à ce sujet par PBS en juillet, avant les élections générales de l’automne dernier.

« Je ne suis pas experte en géopolitique en la matière », a-t-elle dit. « Je vois les choses sous l’angle des droits de l’homme et je n’utilise peut-être pas les bons mots… La politique du Moyen Orient n’est pas au centre de mes préoccupations chaque soir. »

Ocasio-Cortez est l’une des législatrices fraîchement élues qui ont remis en question le soutien traditionnel des démocrates à Israël. Les analystes ont également souligné que l’influence de M. Netanyahu sur Trump a conduit à une polarisation de l’appui d’Israël au Congrès.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...