Alona Barkat, propriétaire de l’Hapoel Beer Sheva, rejoint HaYamin HaHadash
Rechercher

Alona Barkat, propriétaire de l’Hapoel Beer Sheva, rejoint HaYamin HaHadash

Après avoir conduit son équipe à la victoire national trois années de suite, Alona Barkat a décidé de "répondre à l'appel" de la politique et serait numéro 3 sur la liste du parti

Alona Barkat, propriétaire de l'Hapoel Beer Sheva, au Turner Stadium de Beer Sheva le 8 mai 2018. (Crédit : AFP / MENAHEM KAHANA)
Alona Barkat, propriétaire de l'Hapoel Beer Sheva, au Turner Stadium de Beer Sheva le 8 mai 2018. (Crédit : AFP / MENAHEM KAHANA)

Alona Barkat, propriétaire de l’équipe Hapoel Beer Sheva, a annoncé jeudi qu’elle entrait en politique et rejoignait le parti HaYamin HaHadash.

« J’ai décidé de répondre à l’appel », a-t-elle dit dans une conférence de presse.

« J’ai choisi de venir à Beer Sheva parce que nous voulions prouver que nous pouvions faire de grandes choses dans le Negev. Nous voulions prouver qu’il était possible d’inculquer des valeurs par le biais du football », a-t-elle dit. « Après 12 années merveilleuses, il est de mon devoir de passer à l’étape supérieure. Tenter d’amener le changement social de l’équipe à tout Israël.

Le journal Calcalist a rapporté que Barkat recevra la troisième place du parti chapeauté par le ministre de l’Education Naftali Barkat et la ministre de la Justice Ayelet Shaked, anciens de HaBayit HaYehudi.

Barkat est la belle-sœur de l’ancien maire de Jérusalem Nir Barkat qui figure en neuvième position sur la liste du Likud, après les primaires du parti.

Barkat est devenue la première femme à posséder une équipe de football professionnelle en Israël lorsqu’elle a acheté l’Hapoel Beer Sheva en 2007, avec le soutien de son mari Eli Barkat, un homme d’affaires de la high-tech.

Après une période dorée dans les années 1970, l’Hapoel traînait alors sa peine en deuxième division, dans un stade au bord du délabrement, plombé par les difficultés financières et surtout connu pour les débordements de ses supporteurs.

Dès 2009, le club remonte néanmoins en première division, avant de remporter en 2016 son premier titre national en 40 ans.

En 2017 et 2018, les « chameaux » – surnom de l’équipe, en référence à l’animal emblématique du désert – récidivent.

Le capitaine de l’Hapoel Beer Sheva, Elyaniv Barda, deuxième à partir de la gauche, avec son équipe pour célébrer leur victoire de la Ligue des Champions israélienne, à Beer Sheva, le 8 mai 2017. (Crédit : Roy Alima/Flash90)

Sous sa conduite, l’Hapoel a beaucoup investi dans les catégories de jeunes. Dans un but social, il parraine quatre centres d’éducation spécialisée, avec des entraînements pour enfants en difficulté encadrés par le staff du club.

A lire : Découvrez la seule femme propriétaire d’un club de foot en Israël

Barkat a déclaré qu’elle espérait amener en politique « ces mêmes valeurs que nous avons défendues [à Beer Sheva] et ainsi tenter d’influencer l’ensemble de la société israélienne ».

Elle a indiqué qu’elle resterait propriétaire de l’équipe mais confierait la gestion de l’équipe à son PDG Asi Rahamim, pour ne pas mélanger sport et politique.

La ministre du Likud Miri Revev a salué l’arrivée de Barkat en politique. « C’est une bonne chose qu’ils aient réussi à faire venir une femme, séfarade, du [monde du] football », a-t-elle déclaré à la radio militaire.

Elle a ajouté que Barkat devait rompre avec l’Hapoel Beer Sheva : « quiconque est en politique ne peut pas avoir… de potentiel conflit d’intérêt ».

Le parti HaYamin HaHadash doit également inclure l’ancien de HaBayit HaYehudi, Shuli Moalem-Refaeli. Depuis qu’il s’est séparé de HaBayit HaYehudi en décembre, le parti a intégré la journaliste du Jerusalem Post Caroline Glick, une militante pour les droits des sourds Shirley Pinto et l’ancien pilote de chasse Matan Kahana.

Selon les sondages, le parti obtiendrait 7 sièges au scrutin du 9 avril.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...