Alors que les marchés s’effondrent, les investissements en Israël se poursuivent
Rechercher

Alors que les marchés s’effondrent, les investissements en Israël se poursuivent

Un rapport indique que 300 start-ups ont été financées en 2015 par des fonds en capital-risque les plus actifs du pays

David Shamah édite notre section « Start-Up Israel ». Spécialiste depuis plus de dix ans en technologies et en informatique, il est un expert reconnu des start-up israéliennes, de la high-tech, des biotechnologies et des solutions environnementales.

Kobi Rozengarten, Gadi Tirosh and Raffi Kesten de JVP (Crédit : Autorisation)
Kobi Rozengarten, Gadi Tirosh and Raffi Kesten de JVP (Crédit : Autorisation)

Les marchés boursiers du monde entier sont en berne mais cela ne signifie pas nécessairement des mauvaises nouvelles pour le secteur de la technologie. En réalité, les investissements en capital-risque dans les sociétés en haute technologie israéliennes, y compris les start-ups à un stade précoce étaient solides en 2015.

Selon un nouveau rapport publié par Israel Venture Capital (IVC) et le cabinet d’avocat APM and Co, plus de 300 start-ups en 2015 ont reçu des financements de fonds de capital-risque les plus actifs du pays – avec Singulariteam, fondée par Moshe Hogeg et Kenges Rakishev, qui est en tête du peloton.

Hogeg, connu pour son affinité pour investir dans des start-ups à des stades préliminaires – y compris comme dans les starts-ups excentriques telles que Yo! App, qui ne fait rien d’autre que d’envoyer que le message « Yo! » aux contacts qui ont téléchargé l’application – a investi dans 12 start-ups avec son partenaire en 2015. Parmi eux, il y a E-card et la plate-forme de vente Kukupal, BidFlyer, qui fournit un espace en ligne pour les compagnies aériennes pour vendre leurs billets difficiles à vendre sur certains vols via un processus d’appel d’offres, et le portail de web design Webydo.

Classé deuxième, avec neuf premiers investissements chacuns, on retrouve le fond israélien Carmel Ventures et l’American Fund Innovation Endeavors, co-fondé par le président de Google, Eric Schmidt, et Dror Berman.

Parmi les investissements de Carmel, il y a CrediFi, le premier cabinet d’analyse des données du marché de l’immobilier commercial, et CellWize, qui développe des réseaux auto-organisés pour les opérateurs mobiles.

Innovation Endeavors a, quant à lui, investi dans CropX, qui utilise des capteurs intelligents, et les applications smartphone pour économiser de l’eau dans les systèmes d’irrigation standard pour les agriculteurs et chez Illusive Networks, une entreprise spécialisée en cyber-sécurité qui fournit de fausses données pour permettre aux pirates informatiques de « jouer » avec, laissant les « vraies » données sur un serveur sécurisé.

La troisième place est également partagée par deux fonds d’investissement, l’Israélien Magma et First Time, avec huit investissements chacun.

Magma, qui gère 450 millions de dollars, a investi à partir de son quatrième fonds, réuni en 2014. First Time est un fond vintage de 2014, qui gère 60 millions de dollars et qui est gèré par les fondateurs de l’incubateur technologique TheTime. Leurs investissements ont porté principalement sur le soutien aux diplômés de l’incubateur avec un financement supplémentaire.

La plus grande entreprise en capital risque à avoir cependant investi dans des start-ups israéliennes est Jerusalem Venture Partners (JVP), qui, selon l’IVC, a investi quelque 1,2 milliard de dollars dans les entreprises en haute technologie israélienne au cours de la dernière décennie.

JVP a fait sept investissements initiaux l’année dernière – parmi eux, il y a ScadaFence, qui développe des solutions en cyber-sécurité pour les infrastructures critiques et les entreprises de fabrication, Iguaz.io, une grande entreprise de gestion de données et de stockage, et Secret Double Octopus, qui crypte et déchiffre les données envoyées sur les réseaux sans exiger les clés de chiffrement.

Parmi les tendances en investissement l’année dernière, a déclaré l’IVC, il y a eu une diminution du nombre total des investissements initiaux, ainsi que du nombre total de fonds en capital risque actif en 2015, par rapport aux chiffres records de 2014.

La tendance à la baisse est une conséquence directe du rapport réduit de l’activité des fonds étrangers en 2015, suite à une tendance globale similaire, tandis que les fonds israéliens ont en fait augmenté leur activité en 2015, à la fois dans le nombre de fonds et le nombre de transactions effectuées.

Avec cela, les fonds étrangers ont ouvert la voie à l’investissement en capital de risque. Les fonds étrangers ont fait 178 investissements initiaux (52 % du total investi dans ces entreprises) l’an dernier, comparativement aux 221 investissements (58 %) en 2014, a souligné le rapport. Les fonds en capital risque israéliens ont fait 166 investissements, par rapport aux 157 en 2014, avec un investissement des fonds israéliens qui sont passés de 42 % à 48 % en 2015.

Le capital risque, ainsi que des investissements en fonds de placement privé en actions, sont devenus le véhicule de choix pour les investisseurs qui cherchent à faire de l’argent dans le domaine de la haute technologie, selon Jon Medved, le PDG d’OurCrowd, qui a fait 10 investissements initiaux dans les entreprises en haute technologie israéliennes l’année dernière – faisant lui de ‘Le’ fond en Micro-Capital Risque le plus actif (avec un million de dollars ou moins par investissement) de l’année.

Presque tous les retours pour les grandes entreprises dans le domaine de la technologie qui sont devenues publiques après 2000 – y compris Google (2004), Facebook (2012) et Twitter (2013) – ont cumulé les investissements en capital risque ou en des investisseurs privés.

« IPO sont en désordre, parce que vous devez vous conformer à un grand nombre de règlements et publier des rapports publics, etc. », a déclaré Medved. « Si vous pouvez augmenter de 60 milliards $ sans passer publique – qui est la valorisation actuelle de Uber – alors pourquoi voudriez-vous rendre public ? »

Koby Simana, directeur général du Centre de recherche IVC, observe une autre différence entre VCs israéliens et étrangers : « Notre analyse des données montre une différence significative dans les premiers modèles d’investissement entre les fonds étrangers et israéliens. Traditionnellement, plus de 80 % des premiers investissements par des fonds israéliens sont faites dans les premiers stades de la vie d’une entreprise – démarrage semences et R & D – tandis que l’activité des fonds étrangers est un peu plus équilibrée entre les différentes étapes, à partir des graines de la croissance jusqu’aux étapes finales », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...