Amnesty réclame un procès « équitable » pour le chef d’une ONG arrêté par Israël
Rechercher

Amnesty réclame un procès « équitable » pour le chef d’une ONG arrêté par Israël

Mohamed Halabi est accusé d'avoir détourné des dizaines de millions de dollars en fonds et en matériel au profit du Hamas

Mohamed Halabi, membre du Hamas et directeur des opérations de l'organisme World vision dans la bande de Gaza, a été inculpé le 4 août 2016 par Israël pour avoir détourné les fonds de l'organisme de bienfaisance au profit de l'organisation terroriste. (Crédit : capture d'écran World Vision)
Mohamed Halabi, membre du Hamas et directeur des opérations de l'organisme World vision dans la bande de Gaza, a été inculpé le 4 août 2016 par Israël pour avoir détourné les fonds de l'organisme de bienfaisance au profit de l'organisation terroriste. (Crédit : capture d'écran World Vision)

Amnesty International a appelé lundi Israël à garantir un « procès public et équitable » pour le responsable à Gaza d’une ONG américaine accusé d’avoir détourné de l’argent au profit du Hamas, citant des informations sur des abus lors de sa détention.

Les autorités israéliennes ont annoncé le 4 août avoir arrêté et inculpé le directeur de World Vision dans la bande de Gaza, Mohamed Halabi (38 ans). Elles l’accusent d’avoir détourné au cours des dernières années des dizaines de millions de dollars en fonds et en matériel au profit du groupe terroriste palestinien du Hamas au pouvoir à Gaza.

World Vision, une ONG chrétienne américaine qui se présente comme l’une des plus importantes organisations humanitaires avec plus de 40 000 employés dans près de 100 pays, a dit n’avoir « aucune raison » de croire aux incriminations contre son directeur à Gaza, enclave palestinienne contrôlée par le Hamas et soumise à un blocus israélien.

« Il s’est vu refuser dans un premier temps l’accès à un avocat et lorsqu’elle [l’avocate] a finalement été autorisée à le rencontrer, il a dit avoir subi de graves abus en détention », a indiqué Amnesty dans un communiqué.

Les bureaux de l'ONG chrétienne américaine World Vision, à Gaza Ville, le 4 août 2016. (Crédit : AFP/Mohammed Abed)
Les bureaux de l’ONG chrétienne américaine World Vision, à Gaza Ville, le 4 août 2016. (Crédit : AFP/Mohammed Abed)

« Les autorités israéliennes doivent immédiatement enquêter sur les informations selon lesquelles Mohamed Halabi a été maltraité en détention et qu’il ait pu faire des ‘aveux’ sous la contrainte », poursuit l’ONG.

« Toute preuve obtenue sous la torture ou autre traitement cruel, inhumain ou dégradant doit être exclue des procédures. Le procès risque d’être fondamentalement entaché d’irrégularités si l’on n’a pas d’enquêtes indépendantes et impartiales. »

Mohamed Halabi a été arrêté le 15 juin au point de passage d’Erez entre Israël et l’enclave, avait indiqué le Shin Bet. Il a été inculpé le 4 août de 12 chefs d’atteinte à la sécurité d’Israël.

Le Shin Bet affirme qu’il est membre du Hamas depuis 1995 et qu’il a été recruté en 2004 par la branche armée « avec une mission : infiltrer World Vision, monter en grade et accéder à un poste d’influence ».

Embauché par World Vision en 2005, il en a pris son poste dans la bande de Gaza en 2010, ajoute la sécurité israélienne qui l’accuse d’avoir détourné depuis chaque année 7,2 millions de dollars (environ 6,5 millions d’euros) pour le Hamas et ses activités militaires.

« L’accusation d’avoir volé de l’argent destiné […] à atténuer la crise humanitaire à Gaza est extrêmement sérieuse », a ajouté Amnesty.

« Cela rend d’autant plus urgent de s’assurer que les droits de Mohamed Halabi sont totalement respectés et que son procès soit équitable et transparent. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...