Rechercher

Antisémitisme: Le rappeur britannique Wiley (encore) exclu de Twitter et d’Instagram

C'est la deuxième fois qu'il est banni de ces réseaux. Il avait créé un deuxième compte pour véhiculer sa "haine raciste" et dénoncer les "Juifs sataniques"

Le rappeur britannique Wiley a été banni une nouvelle fois de Twitter, vendredi 3 décembre 2021, après une série de tweets haineux, dont un qui le représentait comme un juif orthodoxe avec la légende " Gang shit ". (Capture d'écran via Jewish News)
Le rappeur britannique Wiley a été banni une nouvelle fois de Twitter, vendredi 3 décembre 2021, après une série de tweets haineux, dont un qui le représentait comme un juif orthodoxe avec la légende " Gang shit ". (Capture d'écran via Jewish News)

Le rappeur britannique Wiley a été suspendu d’Instagram et de Twitter, pour la deuxième fois, vendredi, en raison d’une série de posts antisémites, dont un sur les « Juifs sataniques ».

Le chanteur avait déjà été banni de Twitter, Instagram, Facebook et YouTube en juillet 2020, et avait depuis créé des seconds comptes sur certaines de ces plateformes de médias sociaux.

Wiley, dont le vrai nom est Richard Kylea Cowie, a utilisé le handle @WileyRecordings sur Twitter pour envoyer de la « haine raciste envers les Juifs », selon l’association britannique à but non lucratif Campaign Against Antisemitism (CAA), a rapporté vendredi le Jewish Chronicle.

Wiley avait utilisé une photo du directeur de la CAA, Joe Glasman, sur son propre profil Twitter et avait dirigé un certain nombre d’attaques en ligne contre le militant antiraciste.

Il avait également partagé une photo du profil Twitter de Glasman sur Instagram, en écrivant « Don’t hide Joe come outside bro », selon le Jewish Chronicle.

Depuis son nouveau compte Twitter, Wiley a posté une vidéo du prédicateur de Nation of Islam Louis Farrakhan, un antisémite notoire, disant qu’il était « ici pour séparer les bons Juifs des Juifs sataniques. »

D’autres posts montraient Wiley apparaissant comme un juif orthodoxe avec la légende « gang shit », et un autre qui disait : « Les visages juifs qui contrôlent le hiphop et la musique noire grand public ».

« L’antisémite Wiley a pu retourner sur Twitter et cracher de la haine raciste, adoptant même l’image d’un de nos personnels comme photo de profil », a déclaré le journal britannique Jewish News citant un porte-parole de la CAA.

L’artiste de musique grime Wiley lors d’un événement à Londres, le 18 octobre 2017. (Ian West/PA via AP)

« Twitter a suspendu son compte après l’avoir demandé à la plateforme de le faire, mais la société n’a pas réussi à l’empêcher de rejoindre la plateforme à plusieurs reprises au cours de l’année écoulée, malgré ses promesses de l’interdire », a déclaré le porte-parole.

L’année dernière, la police britannique a clos une enquête contre le rappeur suite à ses précédentes tirades antisémites parce qu’il n’était apparemment pas dans le pays à l’époque et ne pouvait pas être poursuivi en vertu de la loi britannique. Wiley se trouvait alors aux Pays-Bas.

Le manager juif de Wiley avait coupé les ponts avec lui après sa tirade de l’année dernière, qui avait provoqué un boycott de 48 heures de Twitter par des Juifs britanniques mécontents de la réponse de la plateforme de médias sociaux.

L’année dernière, Wiley avait publié un flot de tweets antisémites, dans lesquels il affirmait l’existence de liens entre la communauté juive et le Ku Klux Klan, et répétait des tropes sur les Juifs et l’argent.

« Il y a deux catégories de personnes que personne n’a vraiment voulu remettre en question : les juifs et le Ku Klux Klan, mais quand on est dans les affaires depuis 20 ans, on commence à comprendre pourquoi… Les cous rouges sont le Ku Klux Klan et les juifs sont la loi… Trouvez une solution », avait tweeté l’artiste grimé à ses près d’un demi-million de followers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...