Rechercher

Tsahal lance l’opération « Aube » sur Gaza ; le chef du Jihad islamique palestinien tué

L'armée annonce l'opération "Aube" et une "situation spéciale" sur le front intérieur ; un commandant du Jihad islamique tué ; les résidents du sud priés de rester près des abris

Un site dans le nord de Gaza frappé par l'armée israélienne, le 5 août 2022. (Crédit : réseaux sociaux)
Un site dans le nord de Gaza frappé par l'armée israélienne, le 5 août 2022. (Crédit : réseaux sociaux)

L’armée israélienne a indiqué vendredi mener des frappes sur la bande de Gaza, sur fond de craintes d’attaques en provenance de l’enclave palestinienne après l’arrestation en début de semaine du chef du Jihad islamique palestinien et quelques heures après que le ministre de la défense, Benny Gantz, a averti le Jihad islamique palestinien qu’Israël prendrait des mesures si le groupe terroriste ne revenait pas sur ses intentions de mener des attaques contre le pays.

Le chef du Jihad islamique a été tué dans la frappe, a indiqué le groupe terroriste armé palestinien dans un communiqué.

Depuis mardi, le groupe terroriste menace d’attaquer en réponse à l’arrestation de son chef en Cisjordanie, entraînant des jours de fermeture des routes et de bouclage des communautés dans les zones proches de la frontière sous la menace immédiate.

L’armée israélienne « est en train de frapper la bande de Gaza », a-t-elle rapporté dans un court communiqué, indiquant qu’une « situation spéciale » avait été déclarée sur le front intérieur. Elle a précisé que des détails supplémentaires seraient fournis ultérieurement.

Une « situation spéciale » est un terme juridique utilisé en période d’urgence, qui accorde aux autorités une plus grande juridiction sur la population civile afin de rationaliser les efforts de sauvegarde de la population.

Les rassemblements dans les zones situées jusqu’à 80 kilomètres de Gaza ont été restreints, et les résidents des zones proches de la frontière ont reçu l’ordre de rester près des abris anti-bombes.

L’armée a déployé des batteries de défense antimissile Dôme de fer dans le centre d’Israël, dans un contexte de craintes d’attaques de missiles depuis Gaza.

L’armée israélienne a ajouté que le nom de l’opération s’appelait « Aube » (Alot HaShahar).

Des témoins et des sources de sécurité palestiniennes ont indiqué à l’AFP avoir vu plusieurs frappes, notamment une dans le centre de la ville de Gaza.

Le chef du Jihad islamique a été tué dans la frappe, a indiqué le groupe terroriste armé palestinien dans un communiqué.

« Le mouvement Jihad islamique en Palestine et sa branche armée les brigades Al-Quods pleurent la mort du grand commandant jihadiste Tayseer Al-Jabari » dans la ville de Gaza, a rapporté le groupe armé.

« L’ennemi a déclenché une guerre contre notre peuple et nous devons collectivement nous défendre et défendre notre peuple, nous ne permettrons pas à la politique de notre ennemi de saper notre résistance », a réagi le Jihad islamique dans un communiqué.

Jabari a remplacé Baha Abu al-Ata comme commandant du Jihad islamique dans le nord de Gaza, après son assassinat par Israël en 2019.

Le ministère de la Santé de la bande de Gaza, contrôlé par le Hamas, a indiqué que quatre personnes ont été tuées et 19 autres blessées par les frappes aériennes israéliennes dans l’enclave côtière.

Des sauveteurs et des pompiers éteignent un incendie après une frappe aérienne israélienne sur la ville de Gaza, le 5 août 2022. (Crédit : Mohammed ABED / AFP)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, se trouve actuellement au quartier général de l’armée à Tel Aviv, alors que des frappes aériennes ont lieu dans la bande de Gaza, selon un communiqué de son bureau.

La ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked a déclaré au micro de la Douzième chaîne que « nous ne savons pas comment ce [conflit] va se dérouler… mais cela pourrait prendre du temps… Cela pourrait être un long cycle [de conflit] et un cycle difficile ».

Elle a affirmé que le Jihad islamique « a cherché à paralyser la vie dans les communautés frontalières de Gaza et nous n’étions pas prêts à le permettre ».

Le gouvernement a décidé que « nous ne sommes pas prêts à être pris en otage par un groupe terroriste de Gaza », ajoute-t-elle.

Elle a souligné qu’Israël ne vise que le Jihad islamique pour le moment, Jérusalem cherchant apparemment à limiter les combats à ce groupe terroriste.

Une source de sécurité anonyme a déclaré au nouveau site Ynet que « les efforts pour amener le Jihad islamique à renoncer » à ses intentions de mener des attaques « ont été épuisés ».

Il a précisé que « c’est pourquoi Israël a lancé une attaque contre le groupe » et ajoute qu’Israël s’efforcera de maintenir l’organisation terroriste Hamas en dehors du conflit.

Les tensions autour de la bande de Gaza sont montées en flèche après l’arrestation de Bassam Saadi à Jénine, lundi soir. Depuis lors, l’armée israélienne a renforcé ses effectifs et fermé les routes le long de la frontière par crainte d’une attaque imminente de missiles guidés antichars ou de tireurs d’élite par le Jihad islamique. Les précautions prises ont largement placé les résidents des communautés frontalières en situation de confinement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...