Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Après-guerre à Gaza : Washington partage l’inquiétude de Gallant

Alors que Netanyahu a affirmé qu’il n’était "pas prêt à remplacer le Hamastan par le Fatahstan", l'administration Biden a salué l'appel du ministre israélien de la Défense

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) avec le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv, le 16 décembre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) avec le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv, le 16 décembre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

WASHINGTON – L’administration Biden s’est félicitée mercredi de l’appel lancé par le ministre de la Défense Yoav Gallant au Premier ministre Benjamin Netanyahu pour qu’il propose un plan de gestion de la bande de Gaza après la guerre.

Lors d’une allocution télévisée mercredi, Gallant a mis en garde contre le fait que l’absence de remplacement du Hamas compromettrait les succès militaires d’Israël, car le groupe terroriste palestinien serait en mesure de se reconstituer et de reprendre le contrôle de la bande de Gaza.

« Nous partageons l’inquiétude du ministre de la Défense quant au fait qu’Israël n’a élaboré aucun plan pour tenir et gouverner les territoires libérés par l’armée israélienne, permettant ainsi au Hamas de se reformer dans ces zones. C’est une préoccupation car notre objectif est de voir le Hamas vaincu », a déclaré un haut fonctionnaire de l’administration Biden au Times of Israel.

Gallant a déclaré qu’à moins de trouver un substitut au Hamas dans la bande de Gaza, les succès militaires d’Israël seront compromis car le groupe terroriste parviendra à se regrouper et à exercer un contrôle civil.

Le ministre de la Défense a indiqué que depuis des mois, il soulevait la question de trouver un remplaçant au Hamas lors des réunions du cabinet de Sécurité, mais qu’il s’était heurté à une fin de non-recevoir. « Un régime palestinien local est avant tout un intérêt israélien », a-t-il expliqué.
« Malheureusement, la question n’a pas été soulevée et aucune solution alternative n’a été proposée. »

Gallant a encore déclaré qu’il appelait le Premier ministre Benjamin Netanyahu à prendre une décision et à déclarer qu’Israël n’exercera pas d’autorité civile dans la bande de Gaza, parce qu’aucune administration militaire israélienne ne sera établie à Gaza, et qu’un gouvernement alternatif au Hamas dans la bande de Gaza sera mis en avant immédiatement. C’est notre obligation et notre responsabilité afin de mener l’État vers une situation meilleure ».

Benny Gantz, ministre du cabinet de guerre, a pris la défense de Gallant face aux appels à son limogeage. « Le ministre de la Défense dit la vérité, la responsabilité des dirigeants est de faire ce qui est juste pour le pays, à tout prix », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Répondant à Gallant, Netanyahu a affirmé qu’il n’était « pas prêt à remplacer le Hamastan par le Fatahstan ».

Le Fatah est le parti du dirigeant de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas.

« Après le terrible massacre du 7 octobre, j’ai ordonné la destruction du Hamas », a déclaré Netanyahu dans une réponse vidéo aux propos de Gallant. « Tant que le Hamas restera debout, aucune autre partie n’interviendra pour gérer les affaires civiles à Gaza, et certainement pas l’Autorité palestinienne. 80 % des Palestiniens de Judée-Samarie soutiennent le terrible massacre du 7 octobre », a déclaré Netanyahu, faisant référence à la Cisjordanie.

Le ministre du Patrimoine, Amichai Eliyahu, s’est joint à d’autres politiciens d’extrême droite pour demander le remplacement du ministre de la Défense.

« Si Gallant respectait un tant soit peu la démocratie israélienne, il démissionnerait. [Le ministre de l’Agriculture du Likud, Avi] Dichter ou le brigadier-général Ofer Winter peuvent le remplacer. Gallant ne représente pas la volonté du peuple », a estimé Eliyahu sur l’antenne de la radio militaire.

Dichter est un ancien chef de l’agence de sécurité du Shin Bet et Winter, un officier supérieur de Tsahal pour le moins controversé mais populaire auprès de la droite, qui devrait être démobilisé car laissé sans affectation durant près de deux ans.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.