Après la GB, l’ADL et Israël demandent aux autres pays de proscrire le Hezbollah
Rechercher

Après la GB, l’ADL et Israël demandent aux autres pays de proscrire le Hezbollah

Jonathan Greenblatt a déclaré que l'initiative prise par Londres était "très attendue" et que le groupe chiite ne menace pas seulement Israël mais tout le Moyen-Orient

Jonathan Greenblatt, directeur exécutif de l'ADL. (Crédit : autorisation)
Jonathan Greenblatt, directeur exécutif de l'ADL. (Crédit : autorisation)

L’Anti-Defamation League (ADL) a applaudi la décision prise lundi par le Royaume-Uni de classer le Hezbollah tout entier sur la liste des groupes terroristes, appelant les autres pays à suivre le même mouvement.

Londres faisait jusqu’à présent la différence entre les ailes politique et armée du Hezbollah. Seule l’aile armée était alors interdite. Mais, depuis lundi, c’est l’organisation dans son ensemble qui est dorénavant proscrite.

« Le Hezbollah ne menace pas seulement la sécurité d’Israël mais également celle de tout le Moyen-Orient. Nous saluons la décision prise par le gouvernement britannique d’interdire finalement le Hezbollah dans sa globalité en tant que groupe terroriste », a commenté dans une déclaration le président de l’ADL, Jonathan Greenblatt.

« Cette initiative était très attendue. L’ADL appelle tous les gouvernements dans le monde – en particulier dans ces zones d’Europe, d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie où le groupe lève des fonds – à interdire entièrement le Hezbollah en tant que groupe terroriste », a-t-il ajouté.

La distinction entre les branches politique et armée est « artificielle, les deux étant contrôlées et soutenues par l’Iran », a dit l’ambassadeur d’Israël aux Nations unies, Danny Danon. Cette distinction permet au Hezbollah « de lever des fonds sur le sol européen », a-t-il dit dans un communiqué.

Le ministre israélien des Affaires étrangères Israel Katz a salué lundi la décision du gouvernement britannique de considérer le mouvement chiite libanais Hezbollah dans son intégralité comme une organisation « terroriste », et non plus seulement son aile militaire.

Les responsables israéliens ont appelé les Nations unies et l’Union européenne à suivre l’exemple.

« Je voudrais féliciter le gouvernement britannique de la décision qu’il a prise de déclarer le Hezbollah tout entier une organisation terroriste », a dit M. Katz sur Twitter. « Quand je rencontrerai le secrétaire général de l’ONU à New York la semaine prochaine, je soulignerai la nécessité pour les institutions onusiennes d’adopter une résolution similaire », a-t-il ajouté.

Le ministre israélien de la Sécurité publique Gilad Erdan a exhorté l’UE à emboiter le pas au gouvernement britannique.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a « félicité » Londres pour cette décision. « Ce groupe terroriste parrainé par l’Iran a du sang américain sur les mains. Il continue de préparer et mener à bien des attentats au Moyen-Orient, en Europe et dans le monde entier », a-t-il commenté sur Twitter.

Réagissant lundi soir à Beyrouth, le chef de la diplomatie libanaise Gebran Bassil a estimé que la décision « n’aura pas d’impact négatif direct sur le Liban, car on a déjà l’habitude de cette situation avec d’autres pays ».

Les responsables britanniques, notamment la Première ministre Theresa May, ont assuré aux autorités libanaises « qu’ils ne voulaient pas que cette question ait un impact sur les relations bilatérales », a précisé M. Bassil en conférence de presse, aux côtés de la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

Londres va également interdire les organisations jihadistes Ansaroul Islam et Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), la principale alliance jihadiste du Sahel, liée à Al-Qaïda.

En tout, 74 organisations sont actuellement interdites au Royaume-Uni en vertu de la législation antiterroriste, outre 14 groupes liés à l’Irlande du Nord.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...