Après le rejet des Palestiniens, Israël envoie 700 000 vaccins en Corée du Sud
Rechercher

Après le rejet des Palestiniens, Israël envoie 700 000 vaccins en Corée du Sud

Jérusalem livrera des doses arrivant bientôt à expiration et recevra en retour un nombre similaire de vaccins à la fin de l'année

Des flacons du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 à l'hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 20 décembre 2020. (AP Photo/Ariel Schalit)
Des flacons du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 à l'hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 20 décembre 2020. (AP Photo/Ariel Schalit)

Israël enverra à la Corée du Sud 700 000 doses de vaccin Pfizer qui arrivent bientôt à expiration dans le cadre d’un accord signé mardi entre les deux pays, a annoncé le Premier ministre Naftali Bennett, qui a qualifié cet accord de « gagnant-gagnant » pour les deux pays.

Cet accord intervient quelques semaines après que l’Autorité palestinienne s’est retirée d’un accord similaire, affirmant que les doses de vaccin étaient trop proches de leur date d’expiration, bien qu’Israël utilise les mêmes lots pour vacciner ses adolescents.

En vertu de l’accord conclu avec Séoul, Israël fournira des doses à usage immédiat dont la date d’expiration est fixée à la fin du mois de juillet. En contrepartie, Israël recevra le même nombre de doses reçues par la Corée du Sud plus tard dans l’année.

« Nous continuons à défendre la vie des citoyens israéliens », a déclaré Bennett dans un communiqué.

« Les vaccins sont efficaces et permettent de sauver des vies – c’est un fait. Nous avons convenu d’un échange qui est une situation gagnant-gagnant. La Corée du Sud recevra des vaccins provenant de nos stocks existants, et nous recevrons [une partie de] leurs futures commandes », a ajouté Bennett.

L’accord a été négocié par le ministère israélien de la Santé, le ministère des Affaires étrangères et le Conseil national de sécurité.

Le communiqué précise que l’accord a été conclu avec la coopération de Pfizer et qu’il est intervenu après plusieurs conversations ces derniers jours entre Bennett et le PDG de Pfizer, Albert Bourla.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett, à gauche, et le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz , lors d’une conférence de presse organisée dans un centre de vaccination de la Maccabi à Holon, le 29 juin 2021. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

L’accord entrera en vigueur dans les prochains jours après l’inspection des vaccins par la Corée du Sud, précise le communiqué. Les vaccins coréens arriveront en Israël au cours du quatrième trimestre de 2021.

L’accord avec Séoul intervient après que l’Autorité palestinienne a signé un accord similaire avec Israël, avant de se rétracter.

En juin, Ramallah a déclaré annuler l’accord qui prévoyait la remise de quelque 1 million de doses de vaccins Pfizer à l’AP, en invoquant la date d’expiration proche des doses. L’AP a déclaré avoir rejeté un premier lot de 100 000 doses qui lui avaient été transférées et qui devaient expirer à la fin du mois de juin.

Suite à cela, le ministère de la Santé à Jérusalem a exprimé sa surprise, déclarant dans un communiqué que les doses de l’inoculation Pfizer-BioNTech étaient « parfaitement saines » et « identiques en tous points aux vaccins actuellement administrés aux citoyens d’Israël ».

Les responsables affirment qu’il est courant d’utiliser des vaccins dont la date d’expiration est proche et que, tant que cette date n’est pas dépassée, les fabricants les jugent parfaitement sûrs.

Des flacons vides du vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 dans une boîte pendant une campagne de vaccination à Ebersberg, près de Munich, en Allemagne, le 15 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Matthias Schrader)

Israël dispose d’un total de 1,4 million de doses expirant à la fin du mois de juillet et Bennett espère en utiliser le plus possible en faisant vacciner 300 000 enfants âgés de 12 à 15 ans d’ici le 9 juillet, ce qui laisse suffisamment de temps pour une deuxième dose.

Israël a acheté des millions de vaccins à Pfizer et a été parmi les premiers pays à les recevoir à la fin de l’année dernière, pour un montant non divulgué. Bien qu’il dispose de millions de doses inutilisées, le pays a conclu en avril, sous la direction de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, un accord portant sur 18 millions de doses supplémentaires, au cas où elles seraient nécessaires pour des injections de rappel. Ces doses n’ont pas encore été livrées.

Plus de 5,6 millions de personnes – sur une population israélienne de plus de 9,3 millions – ont reçu au moins une injection de vaccin. Parmi elles, près de 5,2 millions ont également reçu une deuxième dose.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...