Après l’Eurovision, Tel Aviv ambitionne de prolonger le « miracle touristique »
Rechercher

Après l’Eurovision, Tel Aviv ambitionne de prolonger le « miracle touristique »

La Ville Blanche souhaite développer ses attractions, mettre à jour son infrastructure et attirer de nouveaux touristes d'ici 2030

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Vue aérienne de la plage de Tel Aviv. (Crédit : Municipalité Tel Aviv Yafo, Barak Brinker)
Vue aérienne de la plage de Tel Aviv. (Crédit : Municipalité Tel Aviv Yafo, Barak Brinker)

Plus tôt ce mois, la municipalité de Tel Aviv a présenté un « grand plan » pour le tourisme sur 10 ans dans l’espoir de transformer la ville en l’une des premières destinations touristiques urbaines au monde.

Le projet appelle à une mise à jour de l’infrastructure touristique, à la construction de nouvelles attractions et à une amélioration des campagnes de publicité auprès de publics ciblés

La publication du projet ambitieux de 66 pages intervient après une année de records pour le tourisme israélien : 4,9 millions de personnes ont visité le pays en 2019. Dix compagnies aériennes ont commencé à proposer des liaisons vers Israël, avec un total de 140 compagnies aériennes volant à destination de Tel Aviv. L’aéroport international Ben Gurion a enregistré 24 millions d’entrées internationales en 2019, une augmentation de 1,6 million par rapport à l’année précédente.

En 2019, Tel Aviv a accueilli le concours de chanson très populaire de l’Eurovision, qui était le plus grand événement jamais organisé dans la ville, selon la municipalité.

« Ces dernières années, nous avons assisté à un miracle touristique. Autrefois, Tel Aviv-Jaffa était une petite ville visitée par peu de touristes. Cela reste une petite ville, mais une ville dont le nom est maintenant reconnu dans le monde et dont beaucoup de gens veulent faire l’expérience, s’est réjoui le maire de Tel Aviv Ron Huldai dans un communiqué. Ce Grand Plan vise à pérenniser le développement touristique, à le gérer avec prudence et à prévoir avec sagesse le futur. Le tourisme à Tel Aviv-Jaffa constitue un moteur économique très important pour la ville et l’ensemble de la métropole ».

Le « Grand Plan » vise à faire reposer l’industrie touristique de Tel Aviv sur trois grands piliers : le vieux port de Jaffa, que la ville considère comme sa « principale attraction », la vitalité urbaine de Tel Aviv moderne et la plage.

Des pêcheurs dans le port de Jaffa, le 28 juillet 2018. (AP Photo/Oded Balilty)

Ce projet tire son origine du plan stratégique de « Vision de la ville » publié en 2017, qui place le tourisme sur un pied d’égalité avec d’autres thématiques prioritaires de la municipalité, comme l’éducation et l’économie locale.

Ces dernières années, le tourisme – à Tel Aviv, et en Israël dans son ensemble – est devenu une ressource économique très importante. Le gouvernement a massivement investi dans l’infrastructure touristique, notamment l’aéroport, les hôtels et le centre de convention Expo Tel Aviv.

Le nouveau plan de Tel Aviv met en valeur les données du tourisme de 2018, qui ont établi que 46 % des visiteurs étaient chrétiens et 24 % juifs. La plus grande part des touristes est constituée de Français, avec 15 % des visiteurs, suivi des États-Unis, avec 12 %. Le lieu le plus populaire était le Vieux Jaffa, visité par 70 % des touristes.

Ce qui a le plus satisfait ces touristes sont les plages, leur sécurité personnelle et l’accueil chaleureux réservé par les habitants locaux. Ils étaient moins contents du coût du séjour, des taxis, des informations disponibles dans leur langue maternelle et de la propreté.

La ville cherche à répondre au problème du coût élevé, des difficultés de transport public, du manque de propreté, de la pénurie de logements et des fermetures pendant le Shabbat, expliquait l’article.

L’année dernière, la municipalité a lancé un service de bus pendant Shabbat, surnommé « On bouge le week-end », qui a entraîné les protestations des Israéliens ultra-orthodoxes, mais qui s’est révélé très populaire auprès du public laïc.

Vue aérienne de la plage de Tel Aviv. (Crédit : Municipalité Tel Aviv Yafo, Barak Brinker)

Les hôtels sont l’un des principaux problèmes évoqués dans le plan pour le tourisme en ville.

Le prix moyen par nuit pour un hôtel à Tel Aviv est de 195 euros, ils ont un très fort taux d’occupation et sont principalement situés dans une petite partie de la ville à côté de la plage. La ville estime qu’elle aura besoin de presque deux fois plus d’hôtels d’ici 2030, avec une augmentation autour de 7 000 à 10 000 nouvelles chambres.

L’année dernière, Tel Aviv a augmenté sa capacité d’accueil de 783 chambres d’hôtel, avec actuellement 11 170 chambres disponibles au total.

La ville prévoit d’encourager la construction de nouvelles infrastructures hôtelières en délivrant des permis de construire et en incitant à la conversion de bâtiments de bureaux en hôtels. La municipalité cherchera aussi à mieux réguler le marché de la location d’appartements.

Plus de 17 000 chambres sont disponibles pour des locations de courte-durée sur Airbnb. Le taux de location d’appartement par rapport aux chambres d’hôtels est l’un des plus hauts au monde, et les chambres sont parmi les plus chères sur le marché que dans n’importe quel pays. Le marché de la location d’appartements est peu régulé dans l’ensemble, a noté le rapport.

Les autres points faibles de l’industrie touristique de la ville tournent autour du manque de destinations « incontournables » et des attractions ouvertes la nuit.

Un couple israélien ultra-orthodoxe profite d’un après-midi ensoleillé au port de Tel Aviv le 5 février 2016. (Photo par Tomer Neuberg/Flash90)

La ville cherche à développer le nombre de touristes en ciblant plusieurs marchés prometteurs :

  • Accueillir de grands rassemblements internationaux, comme des conférences, des salons commerciaux et des expositions. Attirer plus de touristes chinois. En 2018, la Chine est entrée pour la première fois dans le top 10 des pourvoyeurs de touristes à Tel Aviv.
  • Attirer les touristes musulmans et arabes. La ville a enregistré une augmentation du nombre de visiteurs issus des communautés arabes israéliennes et de Cisjordanie. La municipalité pense qu’elle peut en attirer davantage, à la fois des pays occidentaux et d’autres pays du Moyen Orient, alors que les tensions avec certains voisins d’Israël s’apaisent.
  • Attirer plus de visiteurs âgés, que le municipalité décrit comme le « tourisme des cheveux gris » et le « secteur de senior ». Tel Aviv a été classée comme une ville « adaptée aux personnes âgées » par l’Organisation Mondiale de la Santé en 2018.
  • Et enfin, attirer plus de Juifs. La municipalité prévoit de développer ses musées et d’autres sites culturels juifs. Elle envisage l’ouverture d’un musée qui « mette en avant les réussites du peuple juif ».

Certaines des attractions prévues incluent une plage ouverte 24h/24, une tyrolienne allant du sommet de la colline vers la mer, un parcours de jogging sur l’eau, un parc d’attraction flottant, la promotion de la plongée dans une réserve de corail à proximité.

La municipalité envisage aussi d’ouvrir un musée LGBTQ, d’élargir les heures d’ouverture des musées, de rendre le stationnement et les bus mieux adaptés aux anglophones et de proposer des visites gratuites de la ville.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...