Rechercher

Assad : Israël est derrière toutes les forces anti-gouvernementales en Syrie

Dans une interview, le dictateur dit que l'Israël moderne n'existe pas et théorise que le raid contre le chef terroriste Baghdadi n'a pas réellement eu lieu

Le président syrien Bashar el-Assad lors d'un entretien accordé au palais présidentiel à Damas, en Syrie, en septembre 2016. (Présidence syrienne via AP)
Le président syrien Bashar el-Assad lors d'un entretien accordé au palais présidentiel à Damas, en Syrie, en septembre 2016. (Présidence syrienne via AP)

Le président syrien Bashar el-Assad a allégué jeudi que toutes les forces qu’il a combattues pendant les huit années de guerre civile du pays étaient « des outils au service d’Israël directement ou par l’intermédiaire des Américains » et a déclaré qu’il ne reconnaît pas l’existence de la nation moderne d’Israël.

Dans une vaste interview préenregistrée et diffusée par la télévision d’Etat, Assad a également mis en doute l’assassinat du chef terroriste Abu Bakr al-Baghdadi, défendu les pourparlers avec la Turquie et déclaré qu’Israël « n’a jamais été absent » du champ de bataille syrien.

« Nous combattons ses mandataires, agents, larbins ou outils, de différentes manières, certains militaires, d’autres politiques, a-t-il déclaré, selon une traduction de SANA. « Ce sont tous des outils au service d’Israël, directement ou par l’intermédiaire des Américains. Israël est en fait un partenaire principal dans ce qui se passe, et en tant qu’État ennemi, c’est ce qu’on attend de lui. Va-t-il rester les bras croisés et regarder ? Non. Il sera proactif et plus efficace pour frapper la Syrie, le peuple syrien, la patrie syrienne et tout ce qui concerne la Syrie. »

A la question de savoir si Israël tirait profit des récents développements, qui ont vu la Turquie envahir le nord du pays, M. Assad a répondu : « Cela va de soi. Même si nous n’en discutons pas, c’est l’un de nos acquis nationaux en Syrie. »

Assad a dit qu’il ne voulait pas faire de la Turquie voisine un « ennemi » malgré l’impasse entre leurs forces dans le nord du pays, et a expliqué pourquoi il était prêt à rencontrer et à négocier avec Ankara, en tant que force occupante, mais pas avec Jérusalem.

« La différence entre eux et Israël, c’est que nous ne reconnaissons pas la légitimité de son existence en tant qu’État », a-t-il dit. « Nous ne reconnaissons pas l’existence du peuple israélien. Il n’y a pas de peuple israélien sauf celui qui a existé pendant plusieurs siècles avant Jésus-Christ, maintenant ils sont une diaspora qui est venue et a occupé la terre et a expulsé ses habitants. Alors que le peuple turc existe, qu’il est un peuple voisin et que nous avons une histoire commune. »

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’adresse aux membres de son parti AKP à la Grande Assemblée nationale de Turquie à Ankara, Turquie, le 30 octobre 2019. (Adem Altan/ AFP)

Assad a cependant déclaré que le président turc Recep Tayyip Erdogan lui-même était un « ennemi » en raison de politiques hostiles à la Syrie et contestés par la plupart de l’élite politique de son pays.

« Nous devons veiller à ne pas faire de la Turquie un ennemi et c’est là le rôle de nos amis », comme la Russie et l’Iran, a dit le président.

La Turquie soutient les forces rebelles syriennes qui ont combattu le gouvernement d’Assad pendant les huit années de guerre qui ont fait plus de 370 000 morts.

Ce mois-ci, Ankara a lancé une opération à travers la frontière nord de la Syrie contre les forces kurdes.

Les Kurdes ont mené une campagne militaire soutenue par les Etats-Unis contre le groupe terroriste d’Etat islamique qui a fait fuir les djihadistes du territoire syrien en mars de cette année, mais Ankara considère les forces kurdes comme des terroristes.

Abandonnés par leur allié Washington – qui, au début du mois, a retiré ses propres troupes de la zone frontalière, permettant ainsi à la Turquie d’attaquer – les Kurdes se sont tournés vers Damas qui s’est rapidement déployée et a récupéré des pans de territoire qu’elle avait perdus il y a des années.

M. Assad a déclaré que le déploiement est un prélude au rétablissement d’un contrôle total du gouvernement central sur la région dans un processus qu’il a qualifié de « progressif » et de « respectueux des nouvelles réalités sur le terrain ».

La semaine dernière, la Turquie a conclu un accord avec la Russie pour mettre fin à ses opérations qui durent depuis des semaines. L’accord prévoit le retrait des combattants kurdes syriens des zones situées le long de la frontière entre la Turquie et la Syrie, en vue de créer une « zone de sécurité » où Ankara prévoit de rapatrier une partie des 3,6 millions de réfugiés syriens qu’elle accueille actuellement.

Les forces kurdes se retirent devant les forces russes dans une zone près de la frontière turque avec la Syrie, près de la ville d’Amuda, le 27 octobre 2019. (AP Photo/Baderkhan Ahmad)

Des patrouilles mixtes turco-russes doivent entrer en action dans les zones proches de la frontière syrienne vendredi, après que le Kremlin eut déclaré que les combattants kurdes syriens s’étaient retirés conformément aux termes de l’accord entre Ankara et Moscou.

Dans l’interview diffusée jeudi, Assad a dit que l’accord était « temporaire ».

« Nous devons faire la distinction entre les objectifs ultimes ou stratégiques… et les approches tactiques », a-t-il souligné, soulignant que ses forces récupéreront finalement le territoire pris par Ankara dans sa dernière offensive.

La situation autour de la région nord-ouest d’Idlib a montré comment le régime pouvait contourner Ankara, a-t-il ajouté.

L’année dernière, la Russie et la Turquie sont parvenues à un accord de cessez-le-feu visant à protéger la région d’Idlib, qui compte trois millions d’habitants, contre un assaut total du régime.

Dans le cadre de l’accord, les forces turques se sont déployées autour d’Idlib afin d’assurer le retrait des combattants djihadistes et des rebelles alliés de la zone de désescalade qui les entoure.

Mais les opposants d’Assad n’ont pas reculé et la semaine dernière, le président syrien a déclaré que gagner le front Idlib serait la clé pour gagner la guerre. Il a noté que ses troupes avaient terminé les préparatifs d’une offensive.

La province d’Idlib est le dernier grand bastion de l’opposition qui échappe au contrôle du régime.

Brisant le silence du régime sur l’assassinat du chef de l’Etat islamique Abu Bakr al-Baghdadi par des commandos américains près d’Idlib, Assad a exprimé des doutes sur l’opération et a nié tout rôle de Damas dans celle-ci. Dans le passé, le régime syrien a accusé le groupe terroriste d’avoir été créé et d’être soutenu par les États-Unis et Israël.

« Nous ne savons pas vraiment si l’opération a eu lieu ou non. Aucun avion n’a été détecté sur les écrans radar », a-t-il affirmé.

« A-t-il vraiment été tué ? A-t-il été tué mais par une méthode différente, d’une manière très ordinaire ? A-t-il été kidnappé ? A-t-il été caché ? Ou a-t-il été enlevé et a-t-on procédé à un lifting ? Dieu seul le sait », a-t-il ajouté. « Je crois que tout ce qui concerne cette opération est un leurre. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...